Grammaire française Participe passé

12426282930

Réponses

  • Bonsoir à tous,
    J'ai longtemps cherché dans les Grevisse, les Bescherelle et les Larousse pour essayer d'avoir des réponses claires à mes questions. Or, il s'avère que je suis toujours sans réponses. Je viens donc sur ce forum dans l'espoir que plusieurs personnes me répondent.
    L'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif sont deux temps réservés de nos jours à l'écrit dans un style soutenu. Mais bien que la concordance des temps ne se fasse plus - et c'est fort dommage - je désire appliquer ladite concordance qui, je pense, a dû faire souffrir plus d'un.
    Ainsi, je souhaiterais qu'une âme charitable me vienne en aide.

    Par exemple, Nicolas Sarkozy déclara lors d'une interview :
    "J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il [Jean-Louis Borloo] restât"

    Bien que le subjonctif ne soit pas son fort, cette phrase me laisse néanmoins dubitatif. N'aurait-il pas fallu dire : "J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il fût resté" ?
    Ou même : "J'eusse d'ailleurs souhaité qu'il fût resté" ?

    Merci beaucoup d'avance et bonne soirée à tous.
  • Lorsque l'action principale est au conditionnel passé, on utilise
    * le plus-que -parfait du subjonctif si le fait subordonné est antérieur à l'actrion principale : J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il fût resté.
    * l'imparfait du subjonctif si le fait subordonné est simultané ou postérieur à l'actrion principale : J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il restât.
    D'après Bescherelle.
    Donc tout dépend si Nicolas Sarkozy considère que rester est simultané ou antérieur à son souhait.

    Quant à utiliser au lieu du conditionnel passé, ex conditionnel passé 1re forme, le subjonctif plus-que-parfait, ex conditionnel passé 2e forme, je n'en vois pas l'intérêt sauf à insister sur l'aspect prétentieux.
  • Par exemple, Nicolas Sarkozy déclara lors d'une interview :
    "J'aurais d'ailleurs souhaité qu'il [Jean-Louis Borloo] restât"
    Eh bien oui, bien que Nicolas Sarkozy ne soit pas un modèle de grand orateur, cette phrase est correcte.
    Rien de surprenant là-dedans qu'un imparfait du subjonctif de moins en moins employé de nos jours à l'oral.
    Mais combien plus surprenantes et précieuses eussent paru les formulations que vous suggérez !
    ...Mais il me semble qu'Anne 345 vous l'a déjà dit. ;)
  • Donc en résumé toutes les phrases sont correctes en fonction du contexte de simultanéité/antériorité ?
    Un autre exemple : dans une série en VOSTFR je lis : "je croyais que vous pourriez le faire"
    Cette phrase me bloque mais je ne saurais dire pourquoi.
    Je tiens à préciser que quand le personnage la prononce, l'action de cette phrase est passée et révolue.
    Merci d'avance.
  • "je croyais que vous pourriez le faire"
    Nous sommes dans un contexte de concordance des temps avec verbe principal au passé.
    Au présent, on aurait :
    « Je crois que vous pourrez le faire »
    Le futur simple se transforme en conditionnel (sans idée de condition) lorsque le verbe principal est à un temps du passé. On parle aussi de futur dans le passé.
  • Mais ne serait-il pas plus judicieux de dire : je croyais que vous pouviez le faire ?
    Cette phrase ne signifie-t-elle pas alors : un moment donné je croyais que tu le ferais et que tu aurais la capacité de le faire mais maintenant que ce moment est passé je constate que tu n'as pas su le faire ?
  • Proposition principale à un temps passé de l'indicatif et subordonnée à l'indicatif (y compris au condit.)
    - action sub. antérieure à l'action principale ===> PQP de l'ind. ==> Elle pensait que j'avais eu tort
    - action sub. postérieure à l'action principale ==> Cond. présent ==> Elle pensait que j'aurais tort (plus tard)
    - action sub. concomitante à l'action principale ==> Imparfait de l'ind. ==> Elle pensait que j'avais tort.
  • Mais ne serait-il pas plus judicieux de dire : je croyais que vous pouviez le faire ?
    On peut le dire.
    Ce n’est pas plus judicieux.
    La nuance est différente.
  • Merci beaucoup pour vos réponses. :)
  • Merci Jehan !

    Bonjour à tous,
    J'ai une question qui reste sans réponse. On nous a appris à appliquer le principe de concordance :

    Si tu fais tomber un oeuf du troisième étage, il se casse.
    Présent = présent [de vérité]

    Si j'ai le temps, je me promènerai.
    Présent = futur

    Si j'avais le temps, je me promènerais.
    Imparfait = conditionnel présent

    Si j'avais eu le temps, je me serais promené.
    Plus-que-parfait = conditionnel passé

    Mais est-il correct de changer ces structures, c'est-à-dire ne pas appliquer ces modèles ?

    Merci d'avance.
  • Mais est-il correct de changer ces structures, c'est-à-dire ne pas appliquer ces modèles ?
    Pour la première phrase tu peux écrire :
    Si tu fais tomber un oeuf du troisième étage, il se cassera.
  • Ah..j'ai toujours lu que quand il s'agissait d'une vérité (eau qui bout à 100 degrés, etc.) il fallait employer le présent.
    Mais ma question ne porte pas sur cette phrase. Je n'ai plus les exemples que j'avais en tête mais je ne sais pas si employer par exemple un imparfait dans la condition et le conditionnel passé dans la principale est correct. Bonjour,

    Souvent je regarde des phrases au conditionnel - présent ou passé - dans la principale et d'un subjonctif dans la subordonnée. Néanmoins, je me demande quel temps du subjonctif il faut utiliser si on souhaite appliquer la concordance des temps - et par extension écrire dans un français soutenu et formel.

    J'aurais tellement aimé que vous puissiez assister au concert.

    Ici le verbe de la subordonnée "puissiez" est au présent du subjonctif.
    Mais quel est le bon temps ?

    Merci beaucoup
  • et par extension écrire dans un français soutenu et formel.

    J'aurais tellement aimé que vous puissiez assister au concert.
    Que vous assistassiez (Subjonctif imparfait)
    Que vous eussiez assisté (Subjonctif PQP)

    ???
  • J'aurais tellement aimé que vous pussiez assister au concert.
  • En effet, j'avais omis le verbe 'pouvoir'. :(
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.