Grammaire française Participe passé

2456730

Réponses

  • Un petit truc mnémotechnique que ma mère me disait souvent :

    "les si n'aiment pas les raies, ils n'aiment que les navets"

    En d'autres termes, j'amais de si j'aurais toujours un si j'avais ;)
  • neluta a écrit:
    "Je pensais que ma fille ne (pouvoir) pas résoudre ce problème."
    On peut répondre de plusieurs manières à ta question :

    * si je pensais qu'elle ne pouvait pas, sans en être sûr => "Je pensais que ma fille ne pourrait pas résoudre ce problème."
    * si je suis sûr qu'elle ne peut pas => "Je pensais que ma fille ne pouvait pas résoudre ce problème." Mais il est vrai que dans ce cas, on dira pliutôt "Je savais que ...".

    * enfin si, après une tentative infructueuse, je constate et je renchéris : "Je savais que ma fille ne peut pas résoudre ce problème."

    Je savais qu'il ne viendrait pas : valeur de futur dans le passé (comme le signale Jean-Luc).
    Je savais qu'il ne venait pas : valeur de certitude dans le passé => indicatif + concordance des temps.
  • EdyEdy Membre
    Vous avez raison, cher Lebeau.

    La différence est plus évidente encore dans ceci :
    * Je suis sûr qu'il n'est pas médecin.
    * Je ne suis pas sûr qu'il est / soit médecin.
    L'affirmation est plus forte dans le premier énoncé. Le second appelle d'ailleurs normalement le subjonctif de doute.
    Moralité : la place de la négation n'est pas innocente.
  • "Meme si je me trouvais en un lieu où vous ne serez pas avec moi"ou "Même si je me trouvais en un lieu où vous ne seriez pas avec moi ".
    Quel est le bon accord s'il vous plaît ?
    Merci pour votre réponse.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Le futur "vous ne serez pas avec moi" présenterait le fait comme certain.

    Or, ici, ce n'est qu'une hypothèse soumise à une condition ("si je me trouvais en un lieu").

    Le verbe de la principale s'écrit donc au conditionnel :

    "Même si je me trouvais en un lieu où vous ne seriez pas avec moi ".

    Ce n'est pas une question d'accord, mais d'emploi correct des modes.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Anabase,

    "Seriez" est le seul accord possible à cause de la présence de si.
  • JehanJehan Modérateur
    Ce n'est pas la présence de "si" qui oblige au conditionnel dans la principale. C'est surtout l'emploi de l'imparfait modal dans la subordonnée. Avec l'emploi du présent à valeur de futur, tout changerait. Le futur en subordonnée redeviendrait admissible.

    "Même si demain je me trouve en un lieu où vous ne serez pas avec moi ".
  • Jehan a écrit:
    Ce n'est pas la présence de "si" qui oblige au conditionnel dans la principale. C'est surtout l'emploi de l'imparfait modal dans la subordonnée. Avec l'emploi du présent à valeur de futur, tout changerait. Le futur en subordonnée redeviendrait admissible.

    "Même si demain je me trouve en un lieu où vous ne serez pas avec moi ".
    Merci Jehan, merci Jean Luc pour vos réponses éclairantes. C'est une phrase que l'on m'a demandé de corriger, j'ai proposé aussi le conditionnel " seriez", cela dit cette phrase a comme un défaut mais je ne sais lequel et n'arrive pas à l'améliorer : "même si j'étais en un lieu où vous ne seriez pas" serait suffisant et plus correct non ? Merci beaucoup.

    PS : Jehan, pour moi, "si" introduit ici une supposition et non pas une condition. Serait-ce la même chose ? merci
  • Bonjour a tous les grammairiens et litteraires,

    en fait dans les concordance des temps je cherche une bonne lecon claire pas trop compliquee, pourriez vous m'en indiquez une (pas seulement pour le subjonctif)

    Par ailleurs pourriez vous me dire si ces phrases sont correctes:

    1- Si le bonheur etait gagner en abondance, Pierre ne se serait pas revolte et n'aura pas combattu contre son pere.

    ou:
    Si le bonheur etait gagner en abondance, Pierre n'allait pas se revolter et n'allait pas combattre contre son pere.

    Priere de m'expliquer quelle est la regle d'emploi des verbes.

    je ne comprends pas du tout comment opter pour un temps plutot qu'un autre.

    Est ce que c'est : "se serait" ou " se sera" ?
    est ce que c'est : "n'aura pas combattu" ou " n'aurait pas combattu"?



    Qu'est ce que le temps de : allait se revolter?
    allait a l'imparfait + infinitif
    est ce un temp verbal?


    Mille merci
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Elissa.

    Mille excuses pour le retard :

    On a le choix, selon le sens.

    Conditionnel présent si l'on est au moment du combat et de la révolte :
    Si le bonheur était gagné en abondance, Pierre ne se révolterait pas et ne combattrait pas contre son père.

    Conditionnel passé si la révolte et le combat ont déjà eu lieu :
    Si le bonheur était gagné en abondance, Pierre ne se serait pas révolté et n'aurait pas combattu contre son père.

    Pour d'autre renseignements, tape "concordance des temps" dans le moteur de recherche du site.
  • C'est moi qui vous remercie infiniment, il ne faut quand meme pas exagerer en pressant une reponse. =)

    NB : le sens que je cherche c'est :
    Si le bonheur c'était juste: gagner en abondance, Pierre ne se révolterait pas et ne combattrait pas contre son père.

    et non pas :
    Si le bonheur était gagné en abondance, Pierre ne se révolterait pas et ne combattrait pas contre son père.



    Quant a :
    n'allait pas se revolter,

    ca peut se dire ca?

    aller a l'imparfait + infinitif
    quand emploi t on cette construction ?


    Autre phrase:
    quand je dis:
    Le policier savait que l'accuse ne reviendra / reviendrait pas.

    Y a t il une regle de concordance ?
    ou est ce que les deux temps (futur / conditionel) son juste selon le sens comme dans votre reponse precedente.

    Merci beaucoup.

    PS: J'ai pas mal epluche le site sur les concordance , mais rien n'ai vraiment clair, pas de lecon precise qui l'explique.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Si le bonheur était de gagner en abondance, Pierre ne se révolterait pas et ne combattrait pas contre son père.

    Si "gagner" est bien un infinitif, il est donc attribut, et doit se construire avec un "de" explétif. C'est pour cela que je n'avais pas compris...

    Il convient d'écrire : ."... Pierre n'irait pas se révolter." (conditionnel, comme "se révolterait")
    Il y a une idée d'imminence : quelque chose de futur, qui n'est pas fait, mais qu'on va très bientôt faire :
    Il va se révolter (il s'apprête à le faire); il allait se révolter (il s'apprêtait à le faire)

    Voici les corrélations :
    Le policier sait (présent) que l'accusé ne reviendra pas (futur).
    Le policier savait (imparfait : passé) que l'accusé ne reviendrait pas (Le conditionnel, en emploi temporel, exprime une action future par rapport à un moment passé ).
  • Dans la phrase :

    il allait se révolter (il s'apprêtait à le faire)

    est ce que le sens c'est qu'il s'appretait a le faire, mais il ne l'a pas fait?


    Alors qu'en fait , Pierre s'est revolte, car il s'enfichait de l'argent de son pere qui le menacait de le desheriter.
    Et comme il ne trouvait pas son bonheur dans l'argent de son pere et de bien gagner, il s'est revolte contre lui.

    Donc est ce qu'on dit :
    il n'allait pas se revolte, sachant que l'action de se revolter a eu lieu?
    Ou y a t il autre temps qui exprime cela?


    Quand est ce que j'emploi aller a l'imparfait + l'infinitif ?
    Quelle valeur cela donne t il?


    Merci bien
    Elissa
  • Si je t'ai bien compris, il faut tout mettre à l'irréel du passé.
    Si avec + que parfait de l'indicatif, principale avec conditionnel passé.


    Si le bonheur avait consisté en l'abondance de biens, Pierre ne se serait pas révolté, et n'aurait pas combattu contre son frère.


    Aller + infinitif indique le futur proche, qui ne sert pas à grand chose ici.
    Je sais que je vais manger équivaut à je sais que je mangerai
    Je savais que j'allais manger équivaut à je savais que je mangerais
  • Lucretius a écrit:
    Si je t'ai bien compris, il faut tout mettre à l'irréel du passé.

    Non pas a l'irreel, puisque Pierre s'est revolte effectivement.

    Si avec + que parfait de l'indicatif, principale avec conditionnel passé.


    Si le bonheur avait consisté en l'abondance de biens, Pierre ne se serait pas révolté, et n'aurait pas combattu contre son frère.


    Est ce que le sens de cette phrase fait comprendre que Pierre s'est revolte ou non, moi je souhaite un temps qui fait comprendre qu'il s'est revolte et qu'il a lutte contre son pere qui essayait de l'acheter par l'argent ?

    Aller + infinitif indique le futur proche, qui ne sert pas à grand chose ici.

    Pourquoi il ne sert a rien ici?
    Pour moi en disant, "Je savais que j'allais manger", l'action de manger a eu lieu. N'est ce pas ou je me trompe?

    Je sais que je vais manger équivaut à je sais que je mangerai
    Je savais que j'allais manger équivaut à je savais que je mangerais
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.