Grammaire française Participe passé

1151618202123

Réponses

  • Grammaticalement parlant, c'est correct.
  • hh3hh3 Membre
    Merci beaucoup, c'est sympa d'avoir répondu.
  • Bonjour,

    voilà je ne comprend pas l'accord du subjonctif imparfait dans cette phrase :

    "il serait bon que vous en eussiez aussi pour la défendre, et que vous n'allassiez pas vous mettre dans la mêlée...".

    Le verbe savoir au début de la phrase est au conditionnel présent donc j'aurais mis le subjonctif présent dans ce qui suit par

    concordance ce qui aurait donné : "il serait bon que vous en ayez aussi pour la défendre, et que vous n'alliez pas vous mettre dans la mêlée...".

    Où est l'erreur dans mon raisonnement ?

    Merci.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Votre proposition de subjonctif présent est tout à fait acceptable aujourd'hui. Ce sont les règles anciennes de la concordance des temps qui imposaient en principe un subjonctif imparfait quand la principale était au conditionnel. Plus de détails ici :
    Jadis, après une proposition rectrice au conditionnel, la subordonnée, si elle était au subjonctif, contenait généralement un subjonctif imparfait ou un subjonctif plus-que-parfait. En voici des exemples : « –Je ne vous aime pas, chère mère ! – Non. – Et dites-moi ce qu’il faut que je fasse pour vous le prouver. – Il faudrait que vous le devinassiez » (6, page 155), « Il me semblait que les forces m’abandonnaient et que j’allais défaillir ; cependant je ne saurais dire que ce fût de la peine que je ressentisse » (6, page 156), « Est-ce que vous souhaiteriez que j’en sollicitasse la permission ? » (6, page 173), « M. de la Fayette aurait bien désiré que le Roi consentît à sortir » (7, chapitre 1), « Serait-il possible, s’écria M. Malouet, qu’on pût justifier des libelles qui provoquent au meurtre et au carnage, et à la dissolution de toutes les autorités ! » (7, chapitre 6), « Trouveriez-vous bon, leur répondis-je, que la bonne de vos enfants raisonnât sur vos actions, refusât de vous obéir, et vous dictât la conduite que vous devriez tenir ? » (7, chapitre 11), « Elle [la princesse de Lamballe] s’empara des poches de Pauline, brûla tous les papiers et les lettres qu’elle y trouva, pour que rien ne pût la compromettre, et elle était aux aguets pour écouter si elle n’entendrait rien qui pût nous donner quelque connaissance de son sort » (7, chapitre 23), « Mais à l’époque où le Roi accepta la Constitution, une partie considérable de la nation se flattait encore qu’il se prêterait sincèrement à l’établir, et que si une fois le Roi en avait juré l’observation, il n’y aurait plus que des factieux et des agitateurs qui pussent conserver des doutes sur sa fidélité à remplir ses engagements » (8, page 260), « Mais si une fois ils ne l’avaient plus [le duc d’Orléans, présumé chef des révolutionnaires, dans l’esprit des émigrés], il faudrait bien qu’ils se soumissent » (8, page 331).
    "Contribution à la grammaire et à l'orthographe"

    On préfère généralement aujourd'hui le subjonctif présent dans la langue normale, j'aimerais que vous en fussiez bien convaincu ! :lol: oups, pardon, que vous en soyez bien convaincu !
    https://grammaire.reverso.net/1_1_18_La_concordance_des_temps.shtml
  • Merci,

    assez surprenant en effet :)
  • Bonjour,

    Je bloque sur la concordance de certains temps depuis un bout de temps sans trouver de réponse, que ça soit sur internet ou dans les bouquins.

    Prenons une phrase simple :
    Pierre surveilla les alentours pendant que Frank ouvrait la porte.

    Disons que le contexte se situe pendant l'intrusion de deux individus chez des tiers.
    Je comprends parfaitement le sens de cette phrase tirée d'un livre, là n'est pas le problème, mais je n'arrive pas à saisir la concordance des temps dans ce genre de cas. Le pire étant lorsqu'il s'agit de mes propres phrases, car je n'arrive jamais à savoir quand celles-ci sont bien écrites !

    Ma logique :
    Le passé simple exprime un fait passé et terminé.
    L'imparfait, lui, exprime un fait passé, dont l'action s'étale sur la durée et qui n'est pas forcément terminé.

    Donc, si l'on se replace dans le contexte de cette phrase, je pars du principe que Pierre surveillera les alentours jusqu'à ce que Frank ait fini d'ouvrir la porte, ou alors je ne ferai jamais appel à lui si je dois un jour entrer par effraction chez quelqu'un...

    Mais dans ce cas, ne devrait-on pas plutôt lire : Pierre surveillait les alentours pendant que Frank ouvrait la porte ?
    Ou : Pierre surveilla les alentours pendant que Franck ouvrit la porte ?

    Si la première phrase me paraît acceptable, la seconde, en revanche, pas du tout à cause de "pendant", qui pour moi justifie l'emploi de l'imparfait.

    Par ailleurs, on pourrait aussi la formuler ainsi : Pendant que Pierre surveillait les alentours, Frank ouvrit la porte.

    Là, les temps sont inversés et pourtant je trouve que la concordance correspond à l'idée chronologique que je me fais de la scène. Car, pierre surveille les alentours pendant une durée indéterminée, mais qui dépend de la vélocité de Frank à ouvrir la porte. D'un autre côté, ce dernier n'a peut-être qu'à baisser la poignée pour arriver à ses fins, ce qui peut aussi justifier, dans ce sens, l'emploi du passé simple...

    Je sais que le français est compliqué, tout comme je sais que certains se diront que je me fais des nœuds au cerveau (et ils auront raison), mais mes doutes sont réels et j'aimerai que quelqu'un m'éclaire sur le sujet.

    La phrase du livre est-elle mal écrite ?
    Suis-je simplement dans l'erreur la plus totale ?
    Ou existe-il plusieurs façons d'écrire cette même scène sans que l'une soit meilleure que l'autre ?

    Merci d'avance pour vos réponses et remarques constructives !

    À bientôt !
  • Ou existe-il plusieurs façons d'écrire cette même scène sans que l'une soit meilleure que l'autre ?
    En fait, il ne s'agit pas de mieux ou de moins bien, mais de nuances de sens.
    Pierre surveilla les alentours pendant que Frank ouvrait la porte.
    Cette phrase n'est pas mal écrite, le passé simple s'inscrit probablement dans un récit.
    Ils arrivèrent...Pierre, surveilla...ils entrèrent sur la pointe des pieds...etc.
    Pierre surveillait les alentours pendant que Frank ouvrait la porte.
    Cette phrase est également correcte bien sûr. Les deux actions sont mises sur le même plan, et l'imparfait donne un caractère descriptif à la chose.
  • Merci Laoshi !
  • bonjour,
    j'ai un grand problème avec la concordances des temps en rédigeant et je ne sais pas comment je peux surmenter ce problème. Svp pouvez vous me proposer des titres des ouvrages qui peuvent m'aider ?merci d'avance :)
  • Peut-être ceci
  • Merci beaucoup,
    je vais essayer d'étudier cela soigneusement et j'espère que j'arrive finalement à bien utiliser les temps verbaux :)
  • Bonjour,

    J'ai des doutes sur la conjugaison des verbes dans cette phrase:
    Lors de la consultation de ce matin vers 9h00, vous m'aviez parlé d'un article que vous avez rédigé. Je serais curieux de le lire.

    Quelle est la bonne conjugaison:
    Lors de la consultation de ce matin vers 9h00, vous m'avez parlé d'un article que vous avez rédigé. Je serais curieux de le lire.
    Lors de la consultation de ce matin vers 9h00, vous m'aviez parlé d'un article que vous avez rédigé. Je suis curieux de le lire.
    Lors de la consultation de ce matin vers 9h00, vous m'avez parlé d'un article que vous aviez rédigé. Je serais curieux de le lire.


    Bref je me mélange les pinceaux
    Merci
  • Je pense que c'est la bonne phrase
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Lors de la consultation de ce matin vers 9h00, vous m'avez parlé d'un article que vous aviez rédigé. Je serais curieux de le lire. est excellent.
  • Bonjour à tous,

    Mais si, le titre du sujet est limpide... ;)

    Je bloque sur une phrase qui semble simple, mais à force de le relire, je suis de moins en moins sûr de sortir quelque chose de correct.

    Nous sommes aujourd'hui le 12/11/2017 et nous parlons d'une action qui est prévue dans le futur, disons le 19/11/2017. Et la phrase parle d'un moment encore plus loin, par exemple le 26/11/2017, moment où nous nous référençons ce 19/11/2017. Quel doit être le temps employé dans ce cas ?

    Ce sera plus clair avec des propositions de cette phrase :

    1) Ils n'auront (le 26/11/2017) pas la possibilité de savoir que nous l'aurons fait (le 19/11/2017).
    2) Ils n'auront pas la possibilité de savoir que nous l'avons fait.
    3) Ils n'auront pas la possibilité de savoir que nous l'aurions fait.
    4) Ils n'auront pas la possibilité de savoir que nous l'avions fait.

    Voilà. Les propositions ne sont bien sûr pas exhaustives, il est possible que le vrai temps soit dans une 5ème proposition.

    Merci d'avance pour vos réponses.
  • Ils n'auront pas la possibilité (plus tard) de savoir que nous le ferons (bientôt) ou que nous l'aurons fait (avant qu'ils puissent le constater.) (?)
  • Merci Laoshi, je pense que je vais adopter "que nous l'aurons fait".
    Dur d'être certain, mais c'est effectivement celui qui sonne le plus juste, à l'heure actuelle. ;)
  • Est-ce que la concordance des temps est correcte dans cet extrait?
    "mais c’eût été trop facile de croire que la réponse s’y trouvât."
  • Tout à fait.
    Je préférerais : "il eût été..."
  • Vous avez raison, à y regarder de plus près, la tournure "il eût été " est plus adaptée. Merci.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.