Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,

J'ai sauté sur l'occasion, en apprenant la sortie des sujets de Pondichéry, pour m'essayer au commentaire proposé aux séries générales... Avant tout, le texte.
Texte C -Jean Giono (1895-1970), Regain, deuxième partie (1930).
[Le village abandonné et son dernier habitant sont presque revenus à l'état sauvage; mais Panturle, en fondant une famille avec sa compagne qui attend un enfant et en reprenant son activité d'agriculteur, va faire renaître le bonheur et la civilisation paysanne.]

Maintenant Panturle est seul.
Il a dit:
– Fille, soigne-toi bien, va doucement; j'irai te chercher l'eau, le soir, maintenant. On a bien du contentement ensemble. Ne gâtons pas le fruit.
Puis il a commencé à faire ses grands pas de montagnard.
Il marche.
Il est tout embaumé de sa joie.
Il a des chansons qui sont là, entassées dans sa gorge à presser ses dents. Et il serre les lèvres.
C'est une joie dont il veut mâcher toute l'odeur et saliver longtemps le jus comme un mouton qui mange la saladelle du soir sur les collines. Il va, comme ça, jusqu'au moment où le beau silence s'est épaissi en lui et autour de lui comme un pré.
Il est devant ses champs. Il s'est arrêté devant eux. Il se baisse. Il prend une poignée de cette terre grasse, pleine d'air et qui porte la graine. C'est une terre de 15 beaucoup de bonne volonté.
Il en tâte, entre ses doigts, toute la bonne volonté.

Alors, tout d'un coup, là, debout, il a appris la grande victoire.
Il lui a passé devant les yeux, l'image de la terre ancienne, renfrognée et poilue avec ses aigres genêts et ses herbes en couteau. Il a connu d'un coup, cette lande terrible qu'il était, lui, large ouvert au grand vent enragé, à toutes ces choses qu'on ne peut pas combattre sans l'aide de la vie.
Il est debout devant ses champs. Il a ses grands pantalons de velours brun, à côtes; il semble vêtu avec un morceau de ses labours. Les bras le long du corps, il 25 ne bouge pas. Il a gagné: c'est fini.
Il est solidement enfoncé dans la terre comme une colonne.

Voici donc mon travail. Je n'ai volontairement pas rédigé, par manque de temps - mais ce n'est pas l'envie qui manque ;) !

* PROBLEMATIQUE : En quoi ce passage est-il le récit d’une naissance ?

I- Personnage qui entre dans l’introspection : il domine et contemple les champs de sa vie :
a) Une attitude symbolique ;
b) Corrélation entre paysage extérieur et paysage intérieur ;
c) Une scène de rupture : en contemplant la terre, il réalise sa métamorphose.


II- Une terre sacrée, comme allégorie de la vie : elle porte en son sein la Vie :
a) Vitalité de la scène ;
b) Terre qui germe (= parturition) : elle est la finalité de sa vie ;
c) Symbole d’une renaissance : la Vie reprend ses droits.


III- La Germination de l’homme :
a) Lyrisme de la scène ;
b) Le bonheur d’avoir engendré l’envahit ;
c) Il est le fruit d’une lente parturition : il a pu donner son adhésion à la vie.


Il est très rare que je parvienne à construire un plan de commentaire en 3 axes ! En fait, c'est la première fois :roll:, donc je suis déjà satisfait sur un point - négligeable, j'en conviens... J'aimerais particulièrement savoir ce que vous pensez de la répartition, de l'ordre du traitement, et de l'interprétation globale que je présente par rapport à ce texte... Cette lente parturition, cette naissance, sont sans doute farfelues !

Merci pour votre attention et bonne rentrée pour la zone A !
Zadek

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Zadek,

    Tu n'as pas à rougir de ta production.
    Elle exprime bien l'essentiel.

    Tu aurais pu rattacher cette analyse au titre de l'oeuvre.
    Peut-être n'as-tu pas assez insisté sur l'importance des odeurs, la joie contenue du début, sur l'ivresse panique (inspirée par le dieu Pan), sur le travail civilisateur du paysan et du pasteur dans ta dernière partie. De même il aurait fallu dire un mot du panthéisme de cette scène, du symbolisme religieux, de la symbiose salvatrice de l'homme avec la nature.

    Je crois lire dans ce texte une pâque, une résurrection païenne : le héros est mort dans son vieil être aride et égoïste, il a été "embaumé" comme le Christ au tombeau pour renaître transfiguré dans son don de la vie...

    Mais je le répète, cette analyse est excellente.
  • Vos propos sont très intéressants ! C'est très aimable de votre part d'avoir consacré votre temps à me répondre. Je prends en note tout cela. J'ai encore des difficultés, paraît-il, à relier mon analyse à ce que je connais déjà : j'aurais du parler du panthéisme, en connaissant quelques principes, et peut-être aurait-il été également judicieux d'évoquer la physiocratie ?

    Merci encore pour votre analyse : je n'avais absolument pas songé aux traditions païennes, et particulièrement à la résurrection de Jésus-Christ, c'est très finement observé. Je salue votre sagacité ! Si jamais quelques autres éléments vous paraissent importants, n'hésitez pas, je suis toujours là ;) !

    Zadek.
  • love555love555 Membre
    j'ai essayé de faire le commentaire de jean giono et je ne vois pas du tout comment zadek a tu trouvé tes axes ? j'aimerai s'îl te plait que tu m'expliques...
  • Vous me mettez dans une panique totale. :O
    J'aurais jamais trouvé qu'il y avait dans ce texte " la symbiose salvatrice de l'homme avec la nature " ou même de voir " la résurrection de Jésus-Christ " Ou le panthéisme de la scène...
  • Bonjour, j'ai trouvé aussi ce sujet sur internet de la session 2009, mais comme je suis nouveau, je voulais savoir, c'est pa le vrai sujet qui va tomber le jour du bac? merci de me rép
  • ComateenComateen Modérateur
    Bah si, les sujets qui vont tomber au bac sont déjà connus, bien évidemment... :cool:
  • nadia16nadia16 Membre
    qui veut m'aider un peu ,j'ai fait plusieurs plan de commentaire mais j'ai nulle idée s'ils sont vrais ou pas :| :|
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Commence au moins par en proposer un.
  • nadia16,

    Tu as oublié :
    1) le bonjour et le merci :| ,
    2) une ou plusieurs de tes idées de plan :( ,
    mais aussi...
    3) de dire sur quoi porte ton projet de commentaire :lol: .

    Alors pour t'aider, il faut vraiment beaucoup d'abnégation... :rolleyes:
  • nadia16nadia16 Membre
    merci pour l'aide en avance , et bonsoir hah ouais
    Jean Giono (1895-1970), Regain, deuxième partie (1930).
    [Le village abandonné et son dernier habitant sont presque revenus à l'état sauvage; mais Panturle, en fondant une famille avec sa compagne qui attend un enfant et en reprenant son activité d'agriculteur, va faire renaître le bonheur et la civilisation paysanne.]

    Maintenant Panturle est seul.
    Il a dit:
    – Fille, soigne-toi bien, va doucement; j'irai te chercher l'eau, le soir, maintenant. On a bien du contentement ensemble. Ne gâtons pas le fruit.
    Puis il a commencé à faire ses grands pas de montagnard.
    Il marche.
    Il est tout embaumé de sa joie.
    Il a des chansons qui sont là, entassées dans sa gorge à presser ses dents. Et il serre les lèvres.
    C'est une joie dont il veut mâcher toute l'odeur et saliver longtemps le jus comme un mouton qui mange la saladelle du soir sur les collines. Il va, comme ça, jusqu'au moment où le beau silence s'est épaissi en lui et autour de lui comme un pré.
    Il est devant ses champs. Il s'est arrêté devant eux. Il se baisse. Il prend une poignée de cette terre grasse, pleine d'air et qui porte la graine. C'est une terre de beaucoup de bonne volonté.
    Il en tâte, entre ses doigts, toute la bonne volonté.
    Alors, tout d'un coup, là, debout, il a appris la grande victoire.
    Il lui a passé devant les yeux, l'image de la terre ancienne, renfrognée et poilue avec ses aigres genêts et ses herbes en couteau. Il a connu d'un coup, cette lande terrible qu'il était, lui, large ouvert au grand vent enragé, à toutes ces choses qu'on ne peut pas combattre sans l'aide de la vie.
    Il est debout devant ses champs. Il a ses grands pantalons de velours brun, à côtes; il semble vêtu avec un morceau de ses labours. Les bras le long du corps, il ne bouge pas. Il a gagné: c'est fini.
    Il est solidement enfoncé dans la terre comme une colonne.

    ma problématique est comment l'auteur exploite la focalisation interne pour montrer la proche relation entre la terre et Panturle?
    (j'ai l'impression qu'elle est carrément fausse)
    I.la relation proche entre les 2
    1-une relation paternelle
    2-une relation corporelle
    3-une ... instructive
    II.l'illustration du texte
    1-le pt de vue interne
    2-le mouvement du texte
  • Oui : une problématique ne doit pas concerner un procédé narratif...

    Reporte-toi au début de la discussion, tu auras une idée de ce qu'il faut faire. Lis aussi les critiques de Jean-Luc.
  • nadia16nadia16 Membre
    @Jacques mais ça peut l'être
  • Si tu fais une étude spécifiquement linguistique, oui, mais pas un commentaire composé. Ta focalisation interne ne être qu'un moyen d'arriver au sens. D'ailleurs, l'évocation même de la focalisation interne est discutable : est-elle générale ici ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.