Traduire "un seul œil" en latin

Non erant pulchri, nam in fronte, habebant solum oculum.

Dans le texte ci-dessus, pour traduire "un seul oeil" l'utilisation de la tournure "solum oculum" est-elle juste ?

Cyclopes ubi est voster allius oculus ? In capite ?

CéPâDrôle d'avoir changé le titre du message ! J'aimais bien "une tite question avec une seul oeil vous repondrez"

Réponses

  • unum plutôt que solum
    alius : un seul l
    vester et non voster, mais il n'est pas indispensable
    et sans doute au pluriel les autres yeux des Cyclopes.
  • Ça n'est pas alius qu'il faut utiliser ici, mais alter... Par ailleurs le nam n'est pas une conjonction de subordination ! Et on ne vouvoie jamais un singulier...

    Cordialement.
  • Quel singulier ? Cyclopes est au pluriel.
  • Mille pardons sont nécessaire pour excuser ce "voster" à la place de "vester" !
    Bien vu pour le "alter" car en effet il s'agit de l'autre oeil, le second !
    Décidément vous êtes tous et toutes très forts !!!
    Pour le pluriel, c'était effectivement mon idée donc "Cyclopes".
    Par contre pour "nam" je ne comprends pas bien l'erreur commise. "car" est bien une conjonction de subordination et "nam" signifie "car ; en effet". Faut-il utiliser "enim" ? et à ce moment qu'est-ce qui les distingue ?

    Je corrige donc ma citation latine :
    Cyclopes ubi est vester alter oculus ? In capite ?

    Ajouté plus tard
    P.S. : Pourquoi "solus" était mal utilisé pour dire "un seul oeil" ?
    ... merci pour votre immense patience !
  • "Car" est une conjonction de coordination. Cela est grammaticalement possible en latin et en français, mais une conjonction de subordination serait préférable. Tu as une autre solution, toute simple : le relatif de liaison.
    Non erant pulchri, qui in fronte...
  • Absalon a écrit:
    Ajouté plus tard
    P.S. : Pourquoi "solus" était mal utilisé pour dire "un seul oeil" ?
    ... merci pour votre immense patience !
    Parce que, dans "un seul oeil", "seul" signifie "unique". Or, "solus" signifie "qui est seul", "solitaire" ou encore "à lui seul", mais pas "unique". C'est "unus" qui possède ce sens. Différentes langues répartissent les sens entre différents mots... Cela s'apprend à l'usage. =)
  • JehanJehan Modérateur
    Trouvé sur ce dictionnaire http://www.prima-elementa.fr/Dico.htm :
    solus :
    1 - s?lus (arch. sollus), a, um : - a - seul, unique. - b - seul, sans compagnie. - c - isolé, délaissé, abandonné. - d - solitaire, désert.
  • C'est là un article succinct : Quand il n'y a pas d'exemples, on a du mal à voir dans quels cas s'appliquent les traductions proposées du mot. Si je prends l'article du Gaffiot, je vois aussi que le premier sens est "seul, unique" (quelle coïncidance), mais si on regarde ensuite les exemples, on voit que "unique" est une manière de préciser dans quel sens le terme français de "seul" est employé, ce qui ne signifie pas que le mot français "unique" pourra se traduire en tous les cas par le mot latin "solus".

    223360solus.jpg

    Il n'y a que dans un cas que le terme "unique", sous la forme adverbiale "uniquement", est attesté dans ces exemples : ex uno oppido solo.
    Solus dans les autres cas indique surtout que le nom auquel il se rapporte se distingue des autres éléments de la même catégorie que lui, ou bien en est séparé. Si "solus" tend vers le sens d' "unique", précisons "unique en son genre", et non pas "exemplaire absolument unique, sans autres exemplaires du même genre". "Solus" indique un isolement au sein d'une multiplicité. "Unus" indique l'unité. Si le cyclope avec trois yeux dont un seul fût rose fushia (les deux autres étant vert-pomme), alors on dirait "solus". Mais il n'en a qu'un, et il faut donc dire "unus".
  • Un grand merci pour cette sagacité !
    "car" conjonction de coordination ! hé oui où avais-je la tête ? En fait c'est le terme de subordination que je ne connaissais pas... je vais de ce pas ré étudier mes bouquins de grammaire !!!

    je suis de retour de mon étude de grammaire
    J'ai un peu de mal avec cette histoire de subordination. Quelle serait alors la traduction de cette option "Non erant pulchri, qui in fronte..."
    "Ils n'étaient pas beaux, qui avaient sur le front un oeil unique."
    Bon sang mais c'est bien sûr ! On peut le traduire à ce moment par :
    "(Ceux) qui avaient sur le front un oeil unique n'étaient pas beaux."
  • Absalon a écrit:
    Quelle serait alors la traduction de cette option "Non erant pulchri, qui in fronte..."
    "Ils n'étaient pas beaux, qui avaient sur le front un oeil unique."
    Bon sang mais c'est bien sûr ! On peut le traduire à ce moment par :
    "(Ceux) qui avaient sur le front un oeil unique n'étaient pas beaux."
    Pas exactement. Le sens n'est pas "partitif". Cela ne veut pas dire "ceux d'entre eux qui... n'étaient pas beaux", mais "ils n'étaient pas beaux, eux qui...".
    Le relatif de liaison est un latinisme courant qu'il faut apprendre (il existe aussi en grec).

    P.S.: merci à Lucretius de m'avoir soutenu pour la distinction entre unus et solus!
  • C'est noté !
    merci pour cette information.
    J'allais ronchonner un peu mais en ronchonnant je me suis rendu compte que j'avais tort de ronchonner, "ceux" est bien un partitif ! Bisque ...

    Ei qui scient magnam iram habebunt rationem post biberint iram.

    Ajouté plus tard :
    D'ailleurs ne pourrait on pas dire tout simplement, si je suis ce qui a été dit par le précédent message de Jean-Luc Picard

    Qui (eux qui) scient magnam iram habebunt rationem post biberint iram.

    Ajouté ENCORE plus tard :
    A force de réfléchir on réfléchit encore plus ...
    Dans la citation suivante :
    Morituri te salutant
    comment est construit "morituri" et "ceux qui" est-il sous entendu ?
    Dans ce cas on peut carrément écrire :
    Scient magnam iram habebunt rationem post biberint iram.
    Bon c'est tout pour ce soir ...
  • pour absalon :

    morituri est la forme au nominatif masculin pluriel du participe futur de morior,iris, iri/i, mortuus sum .

    Dans la plupart des cas, pour les formes actives en tout cas, il me semble que le participe futur se forme en rajoutant la désinence -urus,a,um, selon le genre, le nombre et le cas naturellement, au radical du supin .

    exemple : supin de amo : amatum
    radical : amat-
    participe futur : amaturus

    pour les autres :

    moriturus, a um
    est il une exception ? ou le fait que morior soit déponent influe-t-il sur la construction du participe futur ?
  • Le participe futur, qui n'existe pas au passif, se forme donc pour les verbes déponents comme pour les verbes actifs. C'est le cas aussi du participe présent, du gérondif et bien sûr de l'infinitif futur.
  • Merci encore une fois pour avoir éclairé ma lanterne !

    P.S. Je poste une nouvelle lanterne très très terne qu'il faudrait éclairer à nouveau ...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.