Fiches méthode Bac de français 2021

Voici le poème:
La tzigane savait d'avance

Nos deux vies barrés par les nuits

Nous lui dîmes adieu et puis

De ce puits sortit l'Espérance


L'amour lourd comme un ours privé


Dansa debout quand nous voulûmes

Et l'oiseau bleu perdit ses plumes

Et les mendiants leurs Ave


On sait très bien que l'on se damne


Mais l'espoir d'aimer en chemin

Nous fait penser main dans la main

A ce qu'à prédit la tzigane

Je dois faire une petite analyse de ce poeme, et j'aimerais surout insister sur le contraste entre le theme d'amour et de bohème (assez "classiques" et l'écriture technique du poème qui est assez moderne ( absence de ponctuation, rejets)

Cependant j'ai un peu de mal à bien comprendre la significations de ce poème.. :/ La deuxième strophe en particulier me semble confuse.

Pourriez vous donner un avis sur ce poème et m'éclaircir son sens?

Merci

Réponses

  • L'expression "l'ours privé" me semble très curieuse en effet...
    Très beau texte en tout cas.
  • oui c'est vrai, mais je n'arrive pas à le comprendre très bien...
  • Avez-vous réussi a faire une analyse complète de ce poème ?
    Je n'y parviens pas. J'ai beaucoup de mal pour ce qui est d'analyser un poème.
    Si vous pouviez m'aider cela serait vraiment gentil et vous me sauverez!
    Merci d'avance.

    A.V
  • Bonjour,
    je suis en train d'analyser "La Tzigane" d'Apollinaire mais je bloque en ce qui concerne une phrase. IL s'agit du vers 7, je ne comprends pas ce que Apollinaire veut dire avec cette phrase. C'est l'amour qui danse ? Est-ce que ça implique que malgré leur amour voué à l'échec l'amour était toujours là et vivant?
    La tzigane

    La tzigane savait d’avance
    Nos deux vies barrées par les nuits
    Nous lui dîmes adieu et puis
    De ce puits sortit l’Espérance

    L’amour lourd comme un ours privé
    Dansa debout quand nous voulûmes
    Et l’oiseau bleu perdit ses plumes
    Et les mendiants leurs Ave

    On sait très bien que l’on se damne
    Mais l’espoir d’aimer en chemin
    Nous fait penser main dans la main
    A ce qu’a prédit la tzigane
  • L'ours montré dans les foires dansait debout, maladroitement. L'amour apparaît ici bien pesant dans le cœur du mal-aimé.
  • Bonjour,
    « Comme un ours privé »
    Le mot « privé » ici veut dire domestiqué
    J’espère ça vous aidera
  • JehanJehan Modérateur
    Effectivement, "privé" veut ici dire "apprivoisé". Les deux mots sont d'ailleurs apparentés.
  • Très bien! Je vois! Juste pour confirmer. Il s’agit bien d’un poème qui parle d’un amour qui est voué à l’échec ? Et la Tzigane prévient le couple mais ils ont tout même un espoir, sauf que la réalité fait que ça fait souffrir le poète ?
  • Ben non Jehan, mj1213 a bien posé une question ce matin sur ce poème !
  • JehanJehan Modérateur
    Au temps pour moi... J'avais pourtant cru bien regarder !
    Peut-être les messages du dernier demandeur ont-il été déplacés ici ?
    Bon, je supprime ma remarque sur les dix ans, alors ! :)
  • Moi, je ne suis pas sûr que "privé" signifie "domestiqué". Mais privé est... privé de complément ! De toutes manières, ce ne change pas l'idée générale.

    Bien commenter l'oiseau bleu, allusion au conte de Perrault, image en germe dans quelques autres poèmes, mais ici détournée, évidemment.

    Pour l'ouverture ou la fermeture, comme on veut, bien faire ressortir que ce poème, qui fait partie des Rhénanes, se fait l'écho de la désillusion du côté d'Annie (Playden).

    Mais bien séparer le poème et la vie : ne pas mélanger les deux dans l'étude. Sans cela, on ne rend pas service à la poésie, on la banalise en l'autobiographisant.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Il y a dans ce poème un arrière-plan religieux qui me semble évident
    La tzigane

    La tzigane savait d’avance
    Nos deux vies barrées par les nuits
    Nous lui dîmes adieu et puis
    De ce puits sortit l’Espérance

    L’amour lourd comme un ours privé
    Dansa debout quand nous voulûmes
    Et l’oiseau bleu perdit ses plumes
    Et les mendiants leurs Ave

    On sait très bien que l’on se damne
    Mais l’espoir d’aimer en chemin
    Nous fait penser main dans la main
    A ce qu’a prédit la tzigane

    D'abord je remarque une opposition entre espoir d'aimer avec Espérance (avec majuscule).
    À noter que l'Espérance est une vertu théologale.
    Comment comprendre alors le cheminement de la pensée d'Apollinaire ?
    La Tzigane a prédit l'avenir, or l'avenir n'appartient qu'à Dieu. Vouloir le connaître, c'est entrer par effraction dans un domaine interdit. De plus la prédiction de la Tzigane dénie la liberté humaine, elle lie l'avenir par le destin inéluctable. En outre les prédictions sont souvent mensongères dans leur ambiguïté (voir Macbeth de Shakespeare), or le père du mensonge est Satan.
    La Tzigane révèle aussi dans sa prédiction pessimiste, "vies barrées par les nuits", que l'amour humain est fragile, inconstant et infidèle, à la différence de l'amour divin éternel et surabondant.
    Enfin l'amour passionnel en-dehors du lien matrimonial est condamné par la morale ecclésiale, d'où la perte des Ave.
    Il y a donc là un triple sujet de damnation.
    Pourtant le poète semble surmonter la malédiction grâce à l'Espérance dans la miséricorde divine, le véritable nom de l'amour qui pardonne celui qui se reconnaît pécheur. L'amour n'est plus alors synonyme de chute ("puits") mais "espoir d'aimer en chemin", une possible voie de salut.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    J'en profite aussi pour faire remarquer que d'habitude, c'est la Vérité qui sort du puits. Ici, c'est l'Espérance. Le poète veut donc continuer à croire malgré l'évidence.
  • JehanJehan Modérateur
    Moi, je ne suis pas sûr que "privé" signifie "domestiqué"
    Cela semble pourtant plausible...
    Un ours apprivoisé qui dansa debout "quand nous voulûmes".
    https://www.cnrtl.fr/definition/priv%C3%A9
  • Ce n'est pas l'ours qui danse, c'est l'amour... Mais oui, on ne peut pas bien savoir.

    Jean-Luc, attention à ce que le demandeur ne fasse pas d'Apollinaire un poète religieux. Ce qui n'empêche pas chez lui les thèmes religieux, générateurs souvent de nostalgie (genre qu'as-tu fait de ton baptême ?) ou en association avec le thème de la damnation. L'Espérance, en ce sens, est moins une "vertu théologale" qu'une sorte d'élan vital et poétique.
    Bien voir que le poème s'ouvre et se clôt sur la tzigane, donc sur le thème de la divination à laquelle cette espérance s'oppose, comme une révolte de l'esprit "nous fait penser". On veut y croire et vivre en dépit de l'évidence annoncée par la prédiction.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Je suis bien d'accord avec toi.
    Apollinaire manie à sa manière poétique et personnelle une foi revisitée. Pour lui, ici, il s'agit d'échapper au "puits" du désespoir puisque amour ne rimera jamais avec toujours.
    C'est un traitement original du lyrisme élégiaque, du "carpe diem", de la jouissance du temps présent alors que l'avenir est irrémédiablement bouché car l'amour humain ne tient jamais ses promesses, l'amour est tragique. Notons à ce sujet l'opposition entre temps du présent et ceux du passé, avec ce passé composé final qui signifie combien le présent est marqué par la conséquence de ce qui a été proféré naguère.
    Apollinaire s'est servi de connotations religieuses pour exprimer enchantement et désillusion.
  • Tout à fait. Je retiens le mot de "tragique" que tu as employé : c'est bien l'idée de destin inexorable qui est exprimée dès le premier vers et dans le très beau vers qui le suit...

    Un dernier mot, mais le demandeur ne reviendra pas je pense...

    Il n'y a pas de relation d'ordre entre le désespoir et l'espérance, ce serait du reste banal : les deux coexistent, on le voit dans ce poème. C'est ce qui gêne souvent la lecture d'Apollinaire, mais c'est aussi ce qui fait son charme et sa modernité (à l'époque).
    Jehan a écrit:
    Yvain a écrit:

    Moi, je ne suis pas sûr que "privé" signifie "domestiqué"

    Cela semble pourtant plausible...

    Oui, plus que plausible en effet.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.