Quelle vision ces textes donnent-ils du poète, de sa place dans la société ?

Peuples! écoutez le poète !
Ecoutez le rêveur sacré !
Dans votre nuit, sans lui complète,
Lui seul a le front éclairé.
Des temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres
Le germe qui n'est pas éclos.
Homme, il est doux comme une femme.
Dieu parle à voix basse à son âme
Comme aux forêts et comme aux flots.

C'est lui qui, malgré les épines,
L'envie et la dérision,
Marche, courbé dans vos ruines,
Ramassant la tradition.
De la tradition féconde
Sort tout ce qui couvre le monde,
Tout ce que le ciel peut bénir.
Toute idée, humaine ou divine,
Qui prend le passé pour racine,
A pour feuillage l'avenir.


Il rayonne! il jette sa flamme
Sur l'éternelle vérité !
Il la fait resplendir pour l'âme
D'une merveilleuse clarté.
Il inonde de sa lumière
Ville et désert, Louvre et chaumière,
Et les plaines et les hauteurs ;
A tous d'en haut il la dévoile;
Car la poésie est l'étoile
Qui mène à Dieu rois et pasteurs !

Victor Hugo, Les Rayons et les Ombres (1840)
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.


Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!


Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857)
Ces deux textes parlent du poète. Quelle vision donnent-ils de lui, de sa place dans la société? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant sur les registres, les figures de style, les rythmes.


Pouvez vous me faire un petit rappel des registres .... ? SVP

Réponses

  • Burlesque
    Comique
    Didactique
    Élégiaque
    Épique
    Fantastique
    Ironique
    Laudatif
    Lyrique
    Oratoire
    Pathétique
    Polémique
    Réaliste
    Satirique
    Tragique

    Une simple recherche dans google t'aurait immédiatement éclairé.
  • merci
  • Bonsoir,
    Lui seul a le front éclairé.
    Des temps futurs perçant les ombres
    Lui seul distingue en leurs flancs sombres
    Le germe qui n'est pas éclos.
    Dieu parle à voix basse à son âme
    C'est lui qui, (...) / Marche, courbé dans vos ruines, / Ramassant la tradition.
    Il la [vérité] fait resplendir pour l'âme
    Car la poésie est l'étoile
    Qui mène à Dieu rois et pasteurs !
    Victor Hugo, Les Rayons et les Ombres


    A peine les ont-ils déposés sur les planches,
    Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
    Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
    Comme des avirons traîner à côté d'eux.
    Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
    naguère si beau, qu'il est comique et laid!
    L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !
    Le Poète est semblable au prince des nuées
    Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
    Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

    Ce sont les citations les plus loquaces, qui sont plutôt explicites ! Baudelaire est plus subtile, et, pour désigner le poète, il va utiliser la métaphore filée de l'oiseau... Remplacez albatros par poètes et vous parviendrez à saisir le portrait qu'il dresse des poètes !

    Valete !
  • merci

    Voila ce que j'ai écrit sur mon brouillon pour l'instant
    Pour le texte de charles baudelaire

    A l'aide d'une métaphore, le poète révèle dans la derniere strophe sa vision du poète il se voit comme unétre indifférent mais surtout inadapté a la vie en société.
    Vision du poète:
    *comparaison albatros/poète dans la derniere strophe
    *dans les 2 premiers vers: le poète est surhumain et donc extraordinaire



    1er strophe: mise en situation, récit d'habitude→ présent
    2é strophe: effet de se poser sur la plate forme d'un porte avion
    3é strophe: perte de dignité de l'albatros, jeux de l'équipage
    4é strophe: comparaison albatros/poète


    Pour le texte de Victor Hugo

    -mission sacrée(un prophète): -lui seul a la front éclairé/ il rayonne/ il jette sa flamme/ le reveur sacré

    -dépositaire de la tradition(un phare): -ramassant la tradition

    -détient la vérité(un guide): -des temps futurs perçants les ombres/ lui seul distingue

    Métaphore: front éclairé/ ramassant la tradition/ la poésie est l'étoile
    Comparaison: doux comme une femme/ comme aux forets et comme aux flots.

    Champ lexical du sacré: bénir, sacré, Dieu, divine, éternelle vérité.
    Champ lexical de la lumière: flamme, clarté, lumière, étoile, rayonner, resplendir.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.