Que pouvez-vous me dire de cet auteur?
j'ai lu des essais le concernant, ainsi que certains de ses articles, je vous avoue que son procédé m'ennuie et m'intrigue. Paradoxale non?

Réponses

  • Il travaille sur le nouveau roman , lui . Par exemple dans les gommes , son objectif est de traiter les objets avec une précision toute géométrique qui l'applique à la description . Les hommes sont aussi objets . Il fait le contraire de Balzac , il cherche à DETRUIRE l'illusion de réel .
  • NENE Membre
    Merci :)
    Mais depuis ce message j'ai eu le temps de lire les gommes, la jalousie et dans le labyrinthe ;)
  • …Et votre jugement a-t-il changé? (Du coup, c'est moi qui suis intriguée ;))
  • NENE Membre
    Et bien, disons que c'est un style d'écriture plutôt déconcertant. Il s'agit d'abolir la signification des choses pour ne plus garder que le "être là" de l'objet. Une chaise vide ne sera pas considérée comme une attente ou une abscence mais juste comme ce qu'elle est d'un point de vue visuel - littéralement à travers un objectif-: des formes, des lignes, de la matière dans l'espace. Si bien que l'intrigue et les personnages sont effacés par la présence de l'objet qui donne sa structure à l'oeuvre, hors de tout (ou presque) principe temporel, chronologie,...

    Finalement, ses écrits et réflexion sont pertinents et sont une ouverture pour l'esprit du lecteur mais cela reste tout de même très hermétique.
  • Dans le même genre de nouveau roman je te conseille l'Immortalité de Milan Kundera , très intéressant à lire .
  • 25p25p Membre
    Seltice a écrit:
    son objectif est de traiter les objets avec une précision toute géométrique qui l'applique à la description . Les hommes sont aussi objets . Il fait le contraire de Balzac , il cherche à DETRUIRE l'illusion de réel .
    Mais justement s'il est très précis, ne veut-il pas reproduire le réel tel quel ? Ne serait-ce pas le contraire de Balzac, mais son prolongement, selon ce raisonnement ?
  • Il ne suit pas l'illusion de réel établit par Balzac dans ses romans ou Stendhal .
    Il peut en effet créer l'illusion de réel à sa façon mais les sentiments ne sont pas décrit de la même manière . Lorsque j'ai dit qu'il faisait le contraire de Balzac c'était dans le style utilisé .
  • VittiVitti Membre
    Pour les écrivains du Nouveau Roman, Balzac c'est l'ennemi. Ils cherchent à contrer le roman traditionnel balzacien, donc pour moi non plus c'est pas du tout le prolongement de Balzac
  • NENE Membre
    Balzac voulait égaler l'état civil, c'est à dire se créer des personnages au paroxysme du réalisme tandis que Robbe-Grillet représente bien plus un "triomphe" de l'Objet que de l'Homme.
  • TruhlTruhl Membre
    NE a écrit:
    Balzac voulait égaler l'état civil, c'est à dire se créer des personnages au paroxysme du réalisme tandis que Robbe-Grillet représente bien plus un "triomphe" de l'Objet que de l'Homme.
    Mouais...

    Le Nouveau Roman, s'il réfute (parfois violement, les engagements idéologiques et esthétiques étant plus francs, radicaux qu'aujourd'hui) toute forme d'anthropocentrisme, fonde la subjectivité du point de vue...donc de l'homme.

    Tout ce qui est perçu dans les romans d'A R-G l'est pas un être humain, même dans La Jalousie...L'interpretation étant laissée au lecteur. Et encore... Il faudrait revenir, pour aller dans le fond des choses, sur le concept Husserlien d'intentionnalité, sur le vide conscient fondamental. Ce que je n'ai pas le temps de faire ce matin.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.