2

Réponses

  • Je trouve ça dangereux parce que hasardeux comme raisonnement. Il y a effectivement des pays où l'Histoire est réellement manipulée — ou du moins, où on y adjoint des formules morales et politiques à seul but d'endoctriner. Mais je ne pense pas que les pays occidentaux véhiculent une quelconque idéologie dans leurs cours d'Histoire (enfin, du moins dans les programmes... les professeurs sont souvent emprunts d'un certain courant de pensée... (du professeur royaliste ou professeur communiste, j'ai tout eu :lol: )).

    Il faut se méfier aussi de ne pas tomber dans une paranoïa aigüe : on nous cache la vérité, le complot est là... :o
  • J'ai pas dis qu'on nous caché la vérité. J'aime beaucoup l'Histoire car elle nous permet de comprendre le passé pour mieux aborder le présent et le futur. Je dis juste qu'on nous présente pas forcément les choses de la bonne manière et qu'on n'évoque pas forcément tous les côtés d'une époque à un moment donné.
    L'Histoire nous permet entre autre de nous rendre compte de la bêtise humaine et à présent ou voyons nous les améliorations. L'Histoire devrait nous permettre de réfléchir sur le présent et le futur. Quand on pense qu'encore la majorité des français réfléchit en terme de races par rapport à la couleur de peau alors que nous descendons tous de l'homo sapiens. Ou qu'on montre du doigt les musulmans et qu'on dit tous les idées préconçues qu'on s'en fait. Les crises financières d'hier n'ont pas encore assez secouer les esprits au niveau des régulations financières. Ou encore l'absurdité des guerres et leurs motivations qui sont toutes intéressés. Je reviens sur mes dires et je déclare que c'est dans la façon dont nous abordons l'histoire qui n'est pas forcément bonne. C'est pour ça que je dis que c'est une question vaste et difficile.
    Elle peut aussi mettre l'accent sur les améliorations. Mais quand on s'intéresse à l'histoire des mentalités si je peux me permettre un terme aussi barbare les améliorations sont maigres au niveaux d'une population.
    L'Histoire devrait nous permettre de devenir meilleur et de réfléchir efficacement sur le présent pour que nous ayons un meilleur avenir aussi. Regarder ou nous ont menés l'exploitation des richesses de la planète et l'évolution de la société depuis l'arrivée du capitalisme et de la société de consommation. L'Histoire est une matière à partir de laquelle nous devrions réinventer le futur. On s'est mal compris ou je me suis peut être mal exprimer. L'Histoire se répète sans que nous apprenons d'elle. L'affaire des roms par exemple fait penser aux rafles des juifs bref vous m'aurez compris je pense.
  • Vos interprétations n'ont pas forcément valeur universelle et ce que vous présentez comme évident ne l'est pas par nature. Dont acte.

    Désolé, mais je ne peux poursuivre sur le terrain de la politique :
    • Les discussions à caractère politique ne sont pas autorisées sur ce forum.

    https://www.etudes-litteraires.com/forum/rules.html
  • Theudis bien évidemment mes interprétations n'ont pas forcément de valeur universelle, je le sais bien. Chacun voit le monde différemment. Nos royaumes intérieurs ne sont pas remplis des mêmes richesses et des mêmes fondations si vous me permettez de dire ça. Bien entendu que la communication entre nos royaumes intérieurs est rude et laborieuse. Nous ne parlons pas forcément la même langue et les mots n'ont pas le même sens pour chacun. Bref, oui cessons ce débat interminable qui nous mènera vers des terrains politiques
    Donc restent-on là pour cette petite parenthèses et retournons au sujet initiale.
  • Mais je ne pense pas que les pays occidentaux véhiculent une quelconque idéologie dans leurs cours d'Histoire (enfin, du moins dans les programmes... les professeurs sont souvent emprunts d'un certain courant de pensée... (du professeur royaliste ou professeur communiste, j'ai tout eu )).
    Détrompez-vous. Un certain marxisme, latent évidemment, empreint par exemple l'étude des périodes révolutionnaires. Plus récent, l'on voit apparaître l'écologisme dans la discipline géographique, notamment vis-à-vis du Tiers-Monde - pardon, des Suds.
  • Bonjour à tous,
    moi je dirais que si je lis des romans c'est parce que je recherche quelque chose de différent de ma vie, quelque chose de magique. Sortir de mon monde quotidien et lassant pour rentrer dans un autre, qu'il soit meilleur ou pire. C'est aussi pour le voir sous différents points de vue, accepter ce que l'auteur nous propose...
    Personnellement, j'adore lire pour les émotions qui passent à travers le livre. Je me souviendrais toujours du 1er livre qui m'a fait pleurer...J'ai adoré !! :D
  • S. a écrit:
    Mais je ne pense pas que les pays occidentaux véhiculent une quelconque idéologie dans leurs cours d'Histoire (enfin, du moins dans les programmes... les professeurs sont souvent emprunts d'un certain courant de pensée... (du professeur royaliste ou professeur communiste, j'ai tout eu )).
    Détrompez-vous. Un certain marxisme, latent évidemment, empreint par exemple l'étude des périodes révolutionnaires. Plus récent, l'on voit apparaître l'écologisme dans la discipline géographique, notamment vis-à-vis du Tiers-Monde - pardon, des Suds.

    L'écriture de l'Histoire a en effet été faite dans une époque empreinte de marxisme et d'ailleurs, notre vision de l'Histoire est marxiste. Mais cela, ce n'est pas dû aux livres qui relatent des faits mais aux professeurs qui le véhiculent ainsi.
  • theudis a écrit:
    Mais cela, ce n'est pas dû aux livres qui relatent des faits mais aux professeurs qui le véhiculent ainsi.
    Euh, les livres sont écrits par... des profs. Les historiens qui construisent les manuels ont eux aussi une conception propre de l'Histoire, qui transparaît dans ceux-ci. Pour la littérature, c'est pareil : les manuels sont faits en fonction de l'idéologie dominante de la critique.
  • Pour avoir encore récemment feuilleté des manuels scolaires d'Histoire, ce qui est en majorité dedans, ce sont des dates et des documents (donc impartiaux). Il est vrai que certains textes explicatifs ne sont pas très objectifs :/ mais dans l'ensemble, lire un manuel ne constitue que très rarement un endoctrinement... écouter certains profs si.
  • Un contenu se choisit. Il faut non seulement être attentif à ce qui est dit mais encore à ce qui ne l'est pas. D'aucuns évoqueront les aléas de la synthèse, mais un choix n'est jamais innocent.
  • Bonjour. Je dois avouer qu'il m'est arrivé de ma poser la même question en effet. Pour ma part, je pense que lire permet d'acquérir une certaine culture, du vocabulaire bref, un enrichissement personnel.
    Personnellement, je dois dire que lire un livre m'apporte aussi une certaine fierté lorsque je le termine. :)
    Mais après tout, sommes nous vraiment obligés de rechercher quelque chose de particulier lorsque nous lisons? ;)
  • parfois on lis juste pour le plaisir de vivre , parfois je lis pour connaitre de nouveaux emotions dont je n'ai jamais su qu'il existai , mais autrefois je lis des romans romantiques pour avoir des bonnes phrases romantiques et si passionant pour acceder au coeurs des filles, et aussi pour ne pa etre un idiot
  • Moi, je cherche un moment pour m'évader, me mettre dans la peau du personnage, et vivre ses expériences, et de nouvelles aventures .. :)
  • Pour enrichir le vocabulaire et même pour avoir encore des citations ...
    N'importe qui peut écrire et utilise sa langue inventif, mais en revenant aux grands écrivains comme Victor Hugo, Stendhal ... On remarque qu'ils n'ont pas écrit des œuvres pour remplir seulement les papiers mais pour permettre aux autres d'avoir des expériences pour apprendre à bien vivre, un écrivain c'est celui qui en pensant à écrire, pense aussi à laisser toute une vaste place pour la philosophie ... et en parallèle le vrai lecteur c'est celui qui en lisant un livre, cherche à comprendre et à expliquer la sagesse qui doit être tirée de chaque histoire.
    Cordialement
  • S. a écrit:
    Un contenu se choisit. Il faut non seulement être attentif à ce qui est dit mais encore à ce qui ne l'est pas. D'aucuns évoqueront les aléas de la synthèse, mais un choix n'est jamais innocent.

    +1Pour illuster la digression ci-dessus sur l'histoire et la manière de l'écrire et (ou) de la lire.

    Anecdote véridique :
    "Napoléon était un dictateur" tel est le message que ma fille en CM2 aura retenu de sa leçon d'histoire de la semaine dernière...
    Les aléas de la synthèse...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.