13567379

Réponses

  • Je n'arrive pas à me mettre dans Jacques (ohoh, jeu de mots!), les digression me perturbent et pourtant je suis d'une nature courageuse avec les livres...Quelqu'un a une solution pour rendre ma lecture plus attractive...?
    Help, I need somebody...
    [pOupi]
  • Jamais essayé de lire Jacques le fataliste et son Maître si c'est bien de ça que tu parle mais il semble passionnant ce bouquin, et résolument moderne. Quand j'ai lu quelques passages du Neveu de Rameau j'ai trouvé l'intelligence de Diderot flamboyante et un humour délirant. Mais bon tu dis tout en disant que t'es de "nature courageuse avec les livres". Fais ce que doit, ferme ce livre et garde ton plaisir intact.
  • koukikouki Membre
    Georges Sand a écrit:
    Il y a quelques jours j'ai fini Madame Bovary que j'ai trouvé très bon, du coup j 'ai eu envie de continuer avec Flaubert et je suis en train de lire l'éducation sentimentale,je le trouve magnifiquement bien écrit.

    Sinon mes lectures depuis la rentrées ont été:-La bête humaine, l'assomoir,Germinal(Zola)
    -voyage au bout de la nuit ( L.F Celine)
    -la controverse de Valladolid(J-C Carrière)
    -Le rouge et le noir (Stendhal)

    C'est tout ce que j'ai lu depuis début septembre...
    Pas mal pour une seconde, non?
    Haha jai limpression que c'est le programme de seconde standard jai lu la meme chose que toi avec en plus un peu de théatre et d'autres livres du 19ème siècle
  • koukikouki Membre
    lebeau a écrit:
    Je viens de finir "les bienveillantes": avec soulagement!
    Je suis dans Suskind:"le parfum": délirant mais bien vu. Ah! l'homme et sa passion...
    heureuse de m'attribuer le mérite de faire un petit commentaire sur les bienveillantes qui ont participé au prix goncourt de cette année mais évidemennt je n'ai pas voté pour ce livre j'ai été beacoup plus impressioné par "le contours du jour qui vient" (mais afin d'éviter tout malentendu je prefer ne pas citer son auteur : jen ai oublié le non une certaine miliano je pense) qui a emporté haut les mains le prix .ah oui une petite vue: c'est ue jeune fille chassée par sa mère mais animé dune telle ambition de la retrouver , une fille de 5ans abondonnée dans une afrique déchirée par la guerre qui tente tant bien que mal de retrouver la trace de sa mère;une seul phrase pour résumer ce livre "on est le nom qu'on porte, loin de sa ville natale ce mot est étouffé et ne veut plus rien dire sa vibration n'existe plus" mot de lauteur evidemment (je sais pas bien écrire moi snif :() un mot disuasif pour tous les immigrants. je vous assyre un livre que vous ne regreterez pas . Sinon pour revenir au bienveillante un livre qui dresse un véritable flash de la seconde guerre mondiale les premières pages en font le rescenssement. cepandant différent de tous les autres livres qui traitent le meme sujet car dans ce livre on donne une nouvelle facette a cette guerre .Bon afin de ne pas en disuader la leture je prefère pas donner de résumé je suis mal "foutu " pour ce genre de "truk". je suis malheureusement médiocre en rédac malgré toute mes lectures!! et c'est pour cette raison que je ne saurai pas donné a ce livre sa vrai valeur en tout cas un livre excellent malgré le fait qu'il fasse 100 page quand il est achevé on se di " waw jai lu ça super fier de soi!!"= ou du moins c'était ma réfléxion a la fin!
  • Pour ma part je viens de terminer Rue des Archives de Michel del Castillo que j'ai dévoré. Il offre une réfléxion très intéressante sur l'écriture autobiographique (c'est d'ailleurs ma prof de français qui me l'a conseillé) et réussit notamment le tour de force de créer deux personnages distincts qui en réalité n'en forment qu'un : son "moi-enfant" et son "moi-adulte", qui entretiennent un relation tendre, subtile et émouvante.

    Je commence également à lire la Peau de Chagrin de Balzac et je peux déjà dire que comme dans la grande majorité de ses romans les disgressions sont longues mais passent facilement avec la beauté de son écriture et la pertinence de ses réfléxions. L'ambiance et très sombre et le moral descend vite à zéro au bout de quelques page :/

    Sinon en classe j'étudie le Supplément au voyage de Bougainville de Diderot que j'ai lu assez facilement et que j'ai trouvé intéressant. Reste à savoir si mercredi j'ai réussi mon commentaire composé sur le discours du vieillard
  • koukikouki Membre
    hey loic tu nes pas en seconde par hasard par ce que c'est exactement ça le programme et j'ai meme fait le comentaire sur le vieillard très raté
  • Non je suis en 1ère L :)

    Je l'ai pas trop loupé mon commentaire : 12, on va dire que c'est correct mais pas extraordinaire non plus...
  • EdyEdy Membre
    1 Si la Gauche savait, de Michel Rocard.
    Remarquable d'intelligence et de mémoire.
    2 J'ai commencé Ulysse de Joyce, mais cela m'ennuie depuis le début, alors que c'est une grosse brique... Finirai-je ce monument (dit-on) du siècle dernier ?
  • Je lis Alcools d'Apollinaire...

    Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas lu "pour moi" mais uniquement pour les cours, et à vitesse grand V, que toutes vos lectures me donnent pleins d'idées!
  • MilieMilie Membre
    Je lis Les chants de Maldoror de Lautréamont. Lecture ambigüe entre horreur et
    saisissement des images extrêmement violentes et beauté de l'écriture poétique. Un contraste saisissant et pourtant je suis une grande habituée de la lecture moi aussi!!
    Pour reprendre l'incipit de l'oeuvre: "Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre[...]"
    Eventuellement, je vous en dirai plus à la fin!
  • ade60ade60 Membre
    Etant dans ma période "Lisons les classiques", je m'attaque à l'oeuvre de Corneille. Après avoir terminé L'illusion comique, je viens de lire ce matin, Le Cid: génialissime cette tragi-comédie, non?

    La semaine dernière, registre totalement différent, j'ai lu Voyage au bout de la nuit de Céline. Malgré quelques longueurs ce roman me semble INCONTOURNABLE!!!
  • je suis entrain de lire ma vie d'enfant de maxime gorki, je suis a fond dedans :)
  • nournour Membre
    en ce moment je suis entrain de lire le père goriot de balzac, un chef d'oeuvre, un roman qui t'apprend beaucoup de chose, le sens du respect de soi, le sen de paternité, l'aristocratie qui régnait ce fut un temps à paris.
    bonne lecture!
  • Là je viens d'achever L'art de péter de Hurtaut écrit en 1751: je vous le conseille si vous voulez vous divertir, c'est court, érudit, amusant et agréable à lire, un peu banal tout de même mais ça vaut le coup! en tout cas le titre est très original et toujours aussi moderne !! lol ;)
  • bonjour en ce moment je lis l'étranger d'albert camus voila bisous quelqu'un peut t il m'aider pour ma dissertation ?
  • moi je viens de terminer "et si c'était vrai" le 1 et le 2 "vous revoir" de marc levy et c'est génial je vous le conseille c'est un mélange de fiction d'amour et d'action
  • J'ai lu Le Cid de Corneille dernièrement et j'ai adoré: c'est merveilleusement écrit :rolleyes: ...

    Là je suis en train de lire L'amour en plus d'Elizabeth Badinter. Elle se pose la question de savoir si l'instinct maternel existe vraiment ou s'il peut être étouffé par les nécessités sociales et/ou économiques. Elle fait une étude balayant la période: XVIè siècle-XXè siècle... livre déroutant et passionnant!
  • Je suis en train de lire Le Premier siècle après Beéatrice d'Amin Maalouf, excellent petit roman d'anticipation (?) sur ce que serait le monde s'il ne naissait presque plus de filles; je viens de terminer le Peintre de guerre de Perez-REverte (puissant) que je vous recommande, et un roman russe de Carrère que je ne connaissais que de nom et qui me donne envie de découvrir le reste de son oeuvre... Et Dieu sait pourtant que je ne suis pas fan des oeuvres autobiographiques...
  • Je lis "Aurélien" de Louis Aragon. Le style est, je dirais, célinien :P
    Cette histoire d'amour entre Bérénice et Aurélien (n'oublions jamais cet incipit célèbre du livre, "la première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide") est à saluer ; on y lit diverses interrogations sur les relations passionnées, l'adultère, le soupçon, la jalousie, le sentiment d'absurdité face au réel. Aragon étudie d'une façon à la fois naturaliste et "embrumée" la haute et moyenne bourgeoisie de l'après-guerre, parisienne comme provinciale, rappelant quelquefois François Mauriac.
    Toutefois, ce n'est pas le genre de roman que je préfère, tant par le sujet adopté que par la mise en scène et l'exposition d'une atmosphère, ici patente.
  • pierrepierre Membre
    Le souvenir que j'ai de ce livre, c'est vraiment son style "de bric et de broc", assez symptomatique de l'époque.

    C'est-à-dire qu'on a affaire à un écrivain doué, qui a des facilités de plume évidentes ; mais qu'il n'y a pas de "directions" esthétiques vraiment puissantes au-delà.

    "Tiens, je vais faire une scène sur ce ton-là." "Tiens, je vais changer de ton pour celle-là." "Tiens, je vais brosser ce portrait sur ce mode-ci."

    C'est bien beau de vouloir gifler les grands écrivains quand ils sont morts ; mais quand on y regarde bien, Aurélien est "juste" un livre très agréable à lire, et beaucoup mieux écrit que la moyenne.

    Au fond, la vision du monde développée n'est que très peu personnelle. C'est l'équivalent d'un Beigbeder à la sauce "début de siècle". J'entends par là : du romantisme vieux comme le monde, dans un emballage un peu snob et parisianisant.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.