Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose...

Bonjour.

Voilà j'ai une Lecture analytique à faire sur le texte de Ronsard : Odes
Voici l'extrait :
Mignonne, allons voir si la rose
A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.
La question est : En quoi ce poème constitue-t-il une invitation à l'amour ?

Je pense avoir trouvé un axe de départ, cependant, il m'en manque un donc je sollicite votre aide.

Voici ce que j'ai déjà trouvé :

I/ Ce poème constitue une invitation à l'amour par sa grâce et son naturel

Merci de m'aider :)
«1345

Réponses

  • Quel est le procédé stylistique de ce poème ?
  • C'est une métaphore filée, non ?

    Comparant la femme à une fleur et inversement ?
  • Oui ; et en quoi est-ce une invitation à l'amour ?
    La métaphore c'est important dans l'étude stylistique du poème qui doit être une partie d'un de tes axes.
  • Ronsard insiste ,vane, sur la fugacité de la beauté.Il dit à Cassandre que la jeunesse et la beauté sont les attraits de son attirance.Or, une fleur se fane promptement, et Ronsard ,comme quiconque est amoureux,aime en premier lieu, les choses belles et les teints bienheureux; plutôt que la fadeur de la viellesse qui ne fait que gâter l'allegresse.

    "Carpe diem" dit Ronsard à Cassandre!

    Je pense que son propos est plus subtil encore: C'est en la comparant à une fleur qu'il l'invite à l'amour; mais cette invitation par l'éphémerité de la beauté marque plus un empressement qu'une invitation.Il la convainc plus qu'il ne la persuade.Nuance intéressante puisque convaincre= arguments et persuader=sentiments.Les points d'exclamations viennent étayer également ce que j'avançais précédemment! Notre Ronsard est persistant, percutant !
    Petit malin ce Ronsard !

    Ressens-tu la lassitude de Ronsard: "Las" est repété trois fois et sous une forme anaphorique au second sizain.Faux apitoiement ou brigue pour mieux surboner ?

    Il l'invite en disant "Allons voir" si la beauté dure !

    et il termine en disant "donc si vous me croyez".Tu vois donc que ce poème est plus une volonté de démontrer que de dévoiler son amour!

    "mignonne", tu as de la grâce et de la sensualité, mais n'oublie guère qu'elle ne sera éternelle ! Tu peux voir qu'elle est caractérisée par un vocabulaire mélioratif pour mieux servir les argurments de Ronsard!

    Je dirais même de manière ironique que Ronsard est fourbe dans ce poème: Je t'invite à voir que j'ai raison plus à voir que je t'aime ! Aime-moi vite car nous allons tous deux déperir! C'est une invitation assez étonnante, et amusante!

    Il ne faut pas regarder, Vane, la poésie comme un lyrisme à l'eau de rose ! La poésie est enchantement ! Elle peut tout dire, cachée bien mieux qu'un roman ! Le poète est un trafiquant d'âmes! Il aime jouer,découvrir, associer des termes antinomiques pour mieux en révéler l'acuité! Lis, si cela t'interesse Les Etrennes des Orphelins ET Le Forgeron d'Arthur Rimbaud.Tu verras que la poésie peut tout dire, mais y met à chaque fois une pointe merveilleuse de beauté !



    Mignonne, allons voir si la rose
    A Cassandre

    Mignonne, allons voir si la rose
    Qui ce matin avoit desclose
    Sa robe de pourpre au Soleil,
    A point perdu ceste vesprée
    Les plis de sa robe pourprée,
    Et son teint au vostre pareil.

    Las ! voyez comme en peu d'espace,
    Mignonne, elle a dessus la place
    Las ! las ses beautez laissé cheoir !
    Ô vrayment marastre Nature,
    Puis qu'une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir !

    Donc, si vous me croyez, mignonne,
    Tandis que vostre âge fleuronne
    En sa plus verte nouveauté,
    Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
    Comme à ceste fleur la vieillesse
    Fera ternir vostre beauté.
  • Waouh Benjamin, le poète trafiquant d'âmes, tu fais un peu fort là je trouve :)
  • Vane pour retomber sur nos pattes recherches sur épicurisme ça me paraît d'actualité !
  • Wahou ! Merci beaucoup :)

    Donc j'ai bien réfléchis et j'ai trouvé facilement deux axes :

    I/ Ce poème consitue une invitation à l'amour grâce à une métaphore filée

    Ici je mettrais tous ce qui concerne la comparaison de Cassandre avec la rose

    II/ Ce poème constitue une invitation à l'amour grâce à sa visée argumentative

    Ici, tous ce qui concerne les arguments de Ronsard

    Cela va-t-il ?

    Sinon, est-ce qu'il ne faudrait pas intégrer quelque chose sur les strophes, les rimes ect... qui font de ce poème une ode, et donc un texte invitant à l'amour ?
  • Attention ce n'est pas parce qu'un poème est une Ode qu'il est une invitation à l'amour ;) Et une métaphore filée n'y invite pas non plus !
  • Arg mince...
    Reformulation

    I/ Ce poème consitue une invitation à l'amour grâce à la métaphore filée entre Cassandre et une rose.

    II/ Ce poème constitue une invitation à l'amour grâce à sa visée argumentative

    Voilà ça devrait aller maintenant je pense.
  • Ben non le 1 même reformulé veut dire la même chose ;)
    L'épicurisme, tu as regardé ?
  • Oui j'ai cherché mais sans grands résultats, j'ai juste trouvé que c'était une doctrine qui se divise en trois parties : la canonique, la connaissance, et l'éthique.

    Mais je ne vois pas comment ceci pourrait m'aider.
  • Alors regarde dans le TLF (lien ci-dessus) et tu auras une définition plus simple !
  • Mmmh la recherche des plaisirs... Donc Ronsard est à la recherche de l'amour ici ?
    Il veut en réalité séduir Cassandre en usant de la flaterie, nan ?
  • La flattant en la comparant à une rose ; mais aussi lui faire prendre conscience de la fuite du temps et de la beauté
    Quelques siècles plus tard Marquise a répondu à Corneille par le truchement de Brassens
    "J'ai dix-huit ans mon vieux Corneille
    Et je t'emme... en attendant"

    Le début du poème de Corneille

    Marquise, si mon visage
    A quelques traits un peu vieux,
    Souvenez-vous qu’à mon âge
    Vous ne vaudrez guère mieux.

    Le temps aux plus belles choses
    Se plaît à faire un affront,
    Et saura faner vos roses
    Comme il a ridé mon front.

    Le même cours des planètes
    Règle nos jours et nos nuits, 1
    On m’a vu ce que vous êtes;
    Vous serez ce que je suis.
  • Merci beaucoup :)

    Mes 2 axes seront donc :

    I/ Ce poème constitue une invitation à l'amour grâce à l'épicurisme présent.
    II/ Ce poème constitue une invitation à l'amour grâce sa visée argumentative.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.