Poésie lyrique - Ce livre contient [...] autant l'individualité du lecteur que celle de l'auteur...

Bonjoura tous, j'ai un problème avec une dissertation qui m'a été donné. Je ne demande pas qu'on me fasse la dissertation a ma place, j'aimerais juste avoir un peu d'aide pour trouver le plan et me mettre en bonne voie ( je suis anglais et je n'habite en france que depuis trois ans donc j'ai encore un peu de mal, veuillez excuser les fautes d'ortographe).

le corpus comporte quatre textes:
- Pierre de Ronsard, "les amours", 1578.
- Victor Hugo, "hier au soir", les contemplations, 1856.
- Victor Hugo, "préface", les contemplations, 1856.
- Guy goffette, "tant de choses", les pêcheur d'eau, 1995.

jai deux questions en plus de la dissertation, mais pour cela je pense pouvoir les faire seul.

Questions:
1- Faites une étude précise de l'énonciation deans chacun des trois poèmes. Comment l'extrait de la préface des Contemplations permet-il de comprendre les particularités d'une expression lyrique?
2- En quoi les trois poèmes s'inscrivent-ils dans une tradition lyrique?

Dissertation:
Dans la préface des Contemplations, Victor Hugo affirme que "ce livre contient (...) autant l'individualité du lecteur que celle de l'auteur". Dans quelle mesure cette affirmation peut-elle définir l'ensemble de la poésie lyrique?

il faut répondre par un dévelloppement composé, s'appuyant sur des expemples précis tirés de corpus et de lectures personnelles.

Si quelqu'un pourrait déja me dire si le plan est analytique, dialectique ou thématique, ce serait gentil :/ . parce que déja ca j'ai du mal :(

d'apres ce que je sais du lyrisme, c'est la manifestation du JE, en rapport avec le monde et son entourage, c'est l'expression des sentiment d'amour, de mort, de la joie, de la douleur. C'est la Révolution française qui a fait renaître le lyrisme en faisant tomber les dogmes classiques et en annulant les hiérarchies; l'individu reprenait alors une place de premier plan. Le rôle et le statut du poète lyrique changent d'une époque à l'autre et d'une société à l'autre. Dans l'antiquité, en Grèce et à Rome, le poète est engagé dans la vie de la communauté à laquelle il appartient. Il est sur la place publique et s'adresse directement à ses contemporains, il en est le porte-parole, le guide spirituel; il jouit d'un grand prestige, on le comble d'honneurs (ex.: Pindare). Au moyen âge, le poète lyrique occupe aussi une place de choix: il est au service des seigneurs, il écrit pour divertir une élite oisive. Mais il n'a pas toujours une situation aussi favorable. Par exemple, au XIXe siècle, en France, il devient un solitaire, un exilé, un homme qui vit hors du monde, dans la pauvreté: c'est le poète maudit. Il occupe une place à part et n'est au service de personne (ex.: Baudelaire, Verlaine, Rimbaud). Encore de nos jours, le poète lyrique est refoulé dans les marges. Le rôle qu'il joue dans la société est considéré comme négligeable, insignifiant.

le lyrisme a commencé dans l'antiquité, avec les pièces de théâtre de Théognis, Mégare et Mimnerme de Colophon. Mais aussi Archolique et Sapho. Le lyrisme était présent chez les troubadours au moyen âge, mais aussi dans les écrits des auteurs du romantiques.

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Josh,

    Avant de choisir un plan, essaie de définir une problématique.
    La citation d'Hugo t'invite à définir le lyrisme.
    A la définition technique que tu as exposée, Hugo en rajoute une autre qui est plus proprement romantique, à savoir que l'individualité du poète est le plus sûr moyen de rencontrer celle du lecteur. Le lyrisme serait alors l'expression d'une nature humaine universelle puisée dans le culte des sentiments personnels. Le lyrisme deviendrait ainsi non l'expression d'un Moi mais d'un Nous.
    Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi.
    Tu en as une application dans le lyrisme politique d'Hugo par exemple.
  • c'est vrai que le lyrisme était au départ l'expression d'un groupe, et non pas d'un individu, c'est sous la forme des hymnes qu'il trouve ses origines.

    Donc il faudrait que ma problématique définisse le lyrisme en même temps que de répondre au sujet?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    La problématique est une question qui essaie de reformuler le sujet.
    C'est le développement qui y répond.
    Regarde la fiche de méthode ici.
  • D'aaaaccord, je crois que je commence a cerner un peu la.

    mais le theme n'est il aps une problématique en lui-même? vu que c'est une question? Ou je devrais le reformuler quand même?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Le thème est le domaine dont il s'agit. Ici, le lyrisme.
    La thèse est la position affirmée à l'égard du thème : ici, le lyrisme est...
    La problématique consiste à mettre en doute la thèse.
  • la thèse ici serait donc que le lyrisme provient en quantités égales du l'individualité du lecteur et de l'auteur?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Je reformulerais ainsi : Le lyrisme est-il une passerelle entre des individualités ? ou Le lyrisme n'est-il que l'expression du Moi de l'auteur ?

    A partir de ce moment, tu peux réfléchir et bâtir un plan soit discursif (dialectique), soit thématique.
    Regarde cette fiche de méthode ici.
  • je pense que le plan dialectique serait plus approprié quand même.
    Mais je comprends pas bien, c'est deux problématiques que tu (je tutoie pardon) me propose? ou un seul?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    C'est ton droit.
    Pour la problématique, il s'agit de la même exprimée de deux manières différentes.
    En fait c'est seulement par pure pédagogie, pour te montrer que la problématique conditionne tout le reste de ta réflexion et de ta rédaction.
  • je pensais plutot prendre un problématique du genre de " l'expression des sentiments de l'auteur compte-t-elle autant que l'interpretation du lecteur dans le lyrisme?" :/ je suis pas sur de bien réussir a dévellopper celles que tu m'a proposé...
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Libre à toi !
    Je me méfie de ces problématiques à deux versants toujours difficiles à conduire.
    Pense au plan résultant :
    Oui
    Non
    dépassement
    Par ailleurs au terme "interprétation" je substituerais celui de " son appropriation par le lecteur".
  • c'est vrai que c'est dur a faire comme plan... mais si je rédige la conclusion avant, ca devrait etre faisable

    Edit: c'est vrai que ca convient mieux que interpretationje me suis dit que j'allais poster le plan que j'ai trouvé, au cas ou que quelqu'un passerait par ici et en aurait besoin.

    en prenant comme problématique: "le lyrisme n'est il que l'expression du moi de l'auteur?" nous pouvons trouver comme plan:

    1- le lyrisme est l'expression du moi de l'auteur
    -la présence du JE(Le dernier souvenir, de Charles Lecompte De Lisle)
    -le poème est l'expression de SES sentiments, de SON histoire(Hier au soir, de Victor Hugo)
    2- cépendant le lyrisme est vu par les yeux du lecteur
    -le lecteur choisit son propre interpretation des mots( Les Ponts, de Arthur Rimbaud)
    -le lyrisme permet au lecteur de s'identifier dans le texte(les Amours, de Pierre de Ronsard)
    3- et est aussi une passerelle entre les individualités
    -poème d'amour, poème dialogue( Tant de choses, de Guy goffette)
    -la poésie lyrique engagée(Un homme est mort, de Paul Eluard)

    veuillez me corriger si c'est faux s'il vous plait
  • Bonjour!! Moi j'ai exactement le mm sujet et je ne m'en sort vraiment pas!
    J'ai décidée de faire le commentaire (Guy Goffette, "tant de choses", Le Pêcheur d'eau, 1995).

    Tant de choses

    Tu as laissé dans l'herbe et dans la boue
    tout un hiver souffrir le beau parasol rouge
    et rouiller ses arêtes, laissé la bise
    abattre la maison des oiseaux

    sans desserrer les dents, à l'abandon laissé
    les parterres de roses et sans soin le pommier
    qui arrondit la terre. Par indigence
    ou distraction tu as laissé

    tant de choses mourir autour de toi
    qu'il ne te reste plus pour reposer tes yeux
    qu'un courant d'air dans ta propre maison
    ? et tu t'étonnes encore, tu t'étonnes

    que le froid te saisisse au bras même de l'été.

    (Guy Goffette, Le Pêcheur d'eau)
    J'ai beaucoup de mal!!! S'il vous plaît aidez-moi!!!
    MERCI!!
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Missmelili,

    Moralité : la vie, ça se cultive, ça s'entretient !
    Ce pourrait être une version moderne du carpe diem de la Renaissance.
  • donc un peu pressée par le temps... et apré avoir décidé de mettre ma hônte de côté...
    j'avais pensée à dabord faire une petite description de lauteur , ensuite, énoncer tout les procédés d'écriture...
    Je ne comprend pa bien le sens du poème.. parle t-il d'un personne décédée?De la fuite du temps? Ou il y a t-il une morale sur la protection de la nature?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.