Grammaire française Participe passé

bonjour à tous,
je m'interroge sur la nature du mot "que" dans la tournure emphatique "c'est ... que". Ex: C'est le sac que je t'ai offert.
Doit-on analyser "que" comme pronom relatif même si la tournure n'est pas considérée comme une proposition relative? Est-il COD du verbe offrir?
Merci d'avance.
«1

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    "C'est le sac que je t'ai offert." n'est pas forcément une tournure emphatique. Elle peut signifier "Voilà le sac que je t'ai offert.", avec une proposition relative, et un que ayant pour antécédent "sac".

    Elle est une tournure emphatique dans :
    "Mais si, souviens-toi. C'est le sac que je t'ai offert ! Pas la valise."

    Dans ce cas, on met réellement en relief le GN "le sac".
    La fonctionnalité spécifique de la tournure "c'est...que" , qui fait bloc, incite peu à l'analyser séparément.
    Mais on considère ici aussi que comme un relatif ayant pour antécédent "sac".
  • Bonsoir Kajusiar,

    Deux discussions pourraient vous intéresser :
    - Le verbe être admet-il un cod ?
    - Et ce message d'Edy dans cette discussion...

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Muriel.

    Très intéressante, la mise au point d'Edy.

    Dans ma réponse, j'ai pris bien soin de mettre "ici",
    pour souligner que l'appellation "relatif" n'était pas tout à fait aberrante pour la phrase proposée par Kajusiar.

    Mais effectivement, lorsque le c'est...que met en relief un complément circonstanciel, l'appellation "pronom relatif" devient indéfendable. Et impossible, à l'inverse de la phrase de Kajusiar,
    de trouver un double sens emphatique / non emphatique aux phrases proposées par Edy...

    Comme il est peu logique que la nature du que change selon la fonction du terme mis en relief, considérons donc c'est...que comme un bloc, et le que non analysable.
  • Merci à vous Jehan pour votre réponse et à vous aussi Muriel pour le lien vers le message d'Edy. Bonne soirée.
  • quelle est la nature et la fonction éventuellement de QUE dans la phrase: c'est à Toulouse que je l'ai rencontré
  • JehanJehan Modérateur
    Il s'agit d'un c'est...que mettant en relief un complément circonstanciel ("à Toulouse").
    Comme dit plus haut, mieux vaut dans ce cas considérer c'est...que comme un bloc, le que n'étant pas analysable séparément.
  • Bonjour ,

    Avec un ami nous nous chamaillons quant à l'analyse grammaticale de cette phrase :
    C'est dans cet équipage que nous atteignîmes la Belle Angerie .

    Lui dit que c'est une complétive
    Moi je m'oriente plutôt vers un gallicisme : c'est ... Que
    Du coup relative

    On a sûrement tort tous les 2
    Merci pour vos réponses argumentées
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Lire les messages précédents de la présente discussion, où j'ai déplacé ton message.
    En tout cas, il ne s'agit pas d'une complétive.
    Une complétive pourrait avoir comme équivalent un GN, et ce n'est pas le cas ici.
    Nous avons bien ici le gallicisme c'est...que, qui encadre et met en relief le complément "dans cet équipage",
    Comme expliqué plus haut, l'on pourrait pleinement considérer la partie introduite par que comme une relative seulement si c'était un COD qui était mis en relief. Or "dans cet équipage" est complément de manière, pas COD...

    Nous dirons donc faute de mieux "gallicisme non analysable".
  • Bonsoir!

    Ma question porte sur l'analyse de la tournure emphatique "c'est que":

    C'est la voiture que je veux.
    Que=pronom relatif COD de "veux"

    C'est demain que je pars.
    Là je ne parviens pas à analyser le "que".
    Pouvez m'aider?
    Merci d'avance! :)
  • JehanJehan Modérateur
    Bayard a écrit:
    Bonsoir!

    Ma question porte sur l'analyse de la tournure emphatique "c'est que":

    C'est la voiture que je veux.
    Que=pronom relatif COD de "veux"

    C'est demain que je pars.
    Là je ne parviens pas à analyser le "que".
    Pouvez m'aider?
    Merci d'avance! :)

    Relis les messages précédents.

    Toutefois, je complèterai ce que j'ai dit plus haut.

    Pour un cas comme "C'est demain que je pars", Riegel dit certes qu'on ne peut guère y voir un pronom relatif, et il analyse ce que, faute de mieux, comme une conjonction.

    Le grammairien Le Goffic est plus nuancé, et y voit toujours une relative, avec un que qu'il appelle "relateur omnifonctions" ou "relatif étendu", capable d'occuper, comme ici, la fonction de CC.
    Autre exemple d'un tel que dans une tournure non emphatique : Un jour que j'étais à Paris...
    Dans cette optique, ce "relatif étendu" omnifonctions peut être aussi COI (C'est à toi que je parle) ou même complément d'adjectif attribut (C'est de Marie que Pierre est amoureux).
  • Bonjour.

    Aidez-moi à analyser une phrase :
    N'est-ce pas mon Loulou que nous avons le courrier ?
    (Loulou est le nom d'un chien.)

    Je n'arrive pas à comprendre le sens de cette phrase qui est assez courte à cause du mot 'que'.

    1) Est-ce la tournure emphatique 'c'est... que' ?
    2) Est-ce la conjonction 'que' en apposition ?
    3) Est-ce la conjonction 'que' explétif ?
    4) Ou autre ?

    J'ai fouillé dans mes grammaires, mais je ne trouve pas de solution.
    Aidez-moi, s'il vous plait.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Bonjour,
    N'est-ce pas, mon Loulou, que nous avons le courrier ?
    N'est-ce pas que... ?
    On peut trouver une complétive après n'est-ce pas placé en tête de phrase. Que est donc ici une conjonction introduisant cette complétive.
    https://www.cnrtl.fr/definition/n'est-ce%20pas
  • J'y vois simplement la locution interrogative est-ce que à la forme négative.
  • Merci, Anne et gabiana.
    Maintenant, je comprends.
    Ce 'mon loulou' est donc une appellation.
    J'ai pensé que c'était la négation de "C'est mon loulou que nous avons le courrier".
    Quelle imagination !! :D
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Gabiana a donné le lien à la définition complète de "n'est-ce pas", dont j'extrais la partie qui nous intéresse ici, concernant "n'est pas que..." :
    − [L'assertion est une complétive introd. par que] N'est-ce pas qu'Aguida est belle, −fit-il, pleurant toujours (Benoit,Atlant.,p.201).Je parlais à Anne. −N'est-ce pas que c'est utile, le baccalauréat? (Sagan,Bonjour tristesse,1954, p.98).
    La tournure est utilisée pour affirmer sous forme interro-négative, ou plus exactement pour chercher l'assentiment, l'accord, la confirmation de l'interlocuteur.
    Ici, l'interlocuteur est "mon Loulou", dénomination affectueuse qui peut désigner un homme, une femme, un chien !
    N'est-ce pas, mon Loulou, que nous avons le courrier ? pourrait se dire, de manière plus familière :
    Hein mon Loulou, que nous avons le courrier ?
    ou de façon plus formelle :
    Nous avons le courrier, n'est-ce pas, mon Loulou?
  • C'était bien cela.
    Merci, lamaneur. :)
  • J'aurais une question est-ce que dans la phrase : "
    Quant à essayer d'en faire sa maitresse, il serait sur que toute tentative serait vaine "
    Est ce qu'il y aurait une tournure emphatique
    Merci !
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Non, le "que" dans cette phrase est le "que" normal d'un verbe suivi d'une "conjonctive par que" : être sûr que...
    Pas de structure emphatique ici.
    http://grammaire.reverso.net/1_2_05_La_proposition_conjonctive.shtml
    https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-107164.php
  • La question porte peut-être sur quant à .
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.