Grammaire française Participe passé

Quels mots ou expressions détestez-vous au point d'éviter soigneusement de les employer?

Moi par exemple j'évite "c'est clair que", "société métissée, métissage, etc.", "c'est la cerise sur le gâteau", "j'habite sur Lyon"...
«1

Réponses

  • J'ai une expression abominable que j'utilise tout le temps ! :P
    Une horrible expression très toulousaine :
    "Je vais au dentiste.", "Je vais au docteur.", "Je vais au coiffeur.".

    C'est affreux, je sais bien, mais je ne peux m'empécher de l'utiliser. Tout le temps.

    Imminielle.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Lucretius.

    Pourquoi "à proscrire"? Ce n'est pas parce qu'on déteste à titre personnel telle ou telle expression (pas toujours pour des raisons grammaticales, apparemment) qu'elle serait à interdire...

    Tel tic de langage très agaçant pour une personne donnée peut laisser l'autre tout à fait placide.

    Ainsi, je n'ai personnellement rien à reprocher à la locution "C'est la cerise sur le gâteau." Tout aussi expressive et imagée, malgré son jeune âge, que bien des vénérables locutions de la même farine. Il se peut que les excès de l'époque incitent peut-être un peu trop fréquemment à son usage, mais la pauvre ne me semble pas mériter la proscription pour autant... Faudra-t-il la déloger du Robert à la prochaine édition ?
  • Bonsoir à tous,

    Quelques unes de ces expressions sont énervantes, c'est vrai. Elles sont certainement condamnables à l'écrit ; mais à l'oral, c'est savoureux !

    Par exemple, mes enfants m'ont appris : t'as avalé un clown !... J'adore, c'est très imagé !

    Une que je n'aime pas (tic de langage), c'est « j'vais t'dire »...

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Ou alors, chapitre tics, les posts de demande d'aide qui commencent par : "Bon alors voilà en fait..."
  • Jehan, ce sont des proscriptions personnelles, qu'on se donne à soi même. J'ai une grande liste noire.
  • JehanJehan Modérateur
    Ah, bon... De l'autocensure, en quelque sorte.
    J'aime mieux ça !

    J'espère tout de même que tu ne vas pas jusqu'à te savonner la bouche quand il y en a un qui t'échappe... ;)
  • Le plus pénible, c'est quand un mot ou une expression est utilisé (ou utilisée ? :)) pour dire le contraire de son sens.

    Exemples :
    Grâce au CIC, vous allez démultipliez votre épargne. On espère au contraire la multiplier voire la surmultiplier.

    Rama Yade est dans l'œil du cyclone. Elle est plutôt dans le collimateur, l'œil du cyclone étant un endroit parfaitement calme.

    Crise au PS : l'UMP tire les marrons du feu. Ce sont plutôt Ségolène et Martine qui tirent les marrons du feu et se brûlent ; Sarko s'en régale. Voir la fable de La Fontaine. Sans doute une confusion avec Tirer son épingle du jeu.

    Le projet Mariani n'a pas fait long feu. Au contraire il a fait long feu, référence à une bombe ou un pétard dont la méche brûle longuement sans jamais faire détoner la poudre. (Donc l'utilisation de cette expression dans un journal sérieux détonne !)
  • Ce n'est pas vraiment dans le sujet mais j'ai besoin d'extérioriser deux ou trois cas :

    - Ils "croyent" Non non non ! C'est "ils croiENT"
    Je n'en peux plus de cette faute de langage qui se retrouve dans tous les couloirs du lycée... en revanche, rares sont les littéraires qui font cette faute, bien heureusement...

    - Et "un sorte de rituel (par exemple)"...
    Pitié UNE sorte !

    Dernière chose, je déteste l'expression "pour nous mettre dans le bain"...

    Bref, désolée d'avoir fait passer ma mauvaise humeur du jour sur cette page...
  • Je n'en peux plus de cette faute de langage qui se retrouve dans tous les couloir du lycée... en revanche, rare sont les littéraires qui font cette faute, bien heureusement...

    Je crois - j'en suis même certain - couloir et rare s'écrivent ici avec un s


    Merci
  • Celt Vampire a écrit:
    Ce n'est pas vraiment dans le sujet mais j'ai besoin d'extérioriser deux ou trois cas :

    - Ils "croyent" Non non non ! C'est "ils croiENT"
    Je n'en peux plus de cette faute de langage qui se retrouve dans tous les couloirs du lycée... en revanche, rares sont les littéraires qui font cette faute, bien heureusement...
    - Et "un sorte de rituel (par exemple)"...
    Pitié UNE sorte !
    Je n'ai jamais entendu ça. Plutôt "un espèce de"

    Dernière chose, je déteste l'expression "pour nous mettre dans le bain"...
    Bref, désolée d'avoir fait passer ma mauvaise humeur du jour sur cette page...
    C'est fait pour!
  • sergentgarcia a écrit:
    Je n'en peux plus de cette faute de langage qui se retrouve dans tous les couloir du lycée... en revanche, rare sont les littéraires qui font cette faute, bien heureusement...

    Je crois - j'en suis même certain - couloir et rare s'écrivent ici avec un s


    Merci
    Merci !!!
    Encore désolée...
  • JehanJehan Modérateur
    Plutôt pertinentes, les remarques d'Isch-paris. :)

    À deux poils près, cependant.
    Grâce au CIC, vous allez démultiplier votre épargne. On espère au contraire la multiplier voire la surmultiplier.
    Définitions du Robert :
    sens 2 de démultiplier : "FIG. Augmenter l'effet de [qqch.] en multipliant les moyens employés."
    démultiplicateur : "MÉCAN. Système de transmission qui assure une réduction de vitesse
    avec une augmentation de force par couple."

    Rama Yade est dans l'œil du cyclone. Elle est plutôt dans le collimateur, l'œil du cyclone étant un endroit parfaitement calme.
    Certes, un endroit parfaitement calme... Mais c'est sûrement l'endroit calme où le calme est le plus précaire !
    Définition du Robert : "LOC. FIG. Être dans l'œil du cyclone, au centre des difficultés."
    Qu'on soit dans le centre d'un viseur ou dans le centre d'un cyclone, la situation n'est pas vraiment enviable.
  • Pour moi, en tout cas dans la langue parlée, et sans aller jusqu'à les proscrire, ce serait "en effet" et "effectivement".

    En particulier lorsqu'ils sont utilisés à tout bout de champ par des m'as-tu-vu sans scrupules, même pour remplacer un "oui".
  • JehanJehan Modérateur
    Celui qui m'agacerait le plus, parmi les nombreux substituts possibles de Oui ! (parfois bien utiles pour donner plus de corps à cet adverbe riquiqui), ce serait plutôt l'absolutiste et catégorique "Absolument !"
  • Absolument Jehan ! :lol:
  • Ah oui ! Enfin, je veux dire... En effet ! J'avais oublié "absolument".

    Qui me semble quand même moins fréquent que "en effet" ou "effectivement". Peut-être parce que l'un de mes amis, par habitude plus que par vanité, a fini par en devenir aussi dépendant qu'un fumeur l'est de la nicotine. Il n'existe pas de patch pour ces choses-là.

    De leur côté, "non, peut-être !" (un belgicisme, donc très courant chez moi) et "affirmatif !" sont bien rigolos... à petites doses.
  • JehanJehan Modérateur
    Il y a aussi : "Oui, mais non !"
  • Il y a aussi ceux qui disent "par contre" dès qu'ils pensent évoquer une chose désagréable. "Par contre il faudrait nettoyer la table".
  • Lucretius a écrit:
    Il y a aussi ceux qui disent "par contre" dès qu'ils pensent évoquer une chose désagréable. "Par contre il faudrait nettoyer la table".
    Je plaide coupable. :)
  • On entend trop souvent :" Il faut pallier AU manque " ou " Pour pallier A l'absence de..."

    Camus, cité par le petit Robert, a écrit : " On pallie généralement AU manque de matériel par des hommes ".

    Cela ne me plaît pas du tout !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.