Les sots admirent tout dans un auteur estimé. Je ne lis que pour moi ; je n'aime que ce qui est à mo

Bonjour à tous.

J'ai besoin de quelques pistes supplémentaires pour mon sujet de dissertation sur l'oeuvre de VOLTAIRE, Candide qui est le suivant:
"Les sots admirent tout dans un auteur estimé. Je ne lis que pour moi : je n’aime que ce qui est à mon usage."
POCOCURANTE, Chapitre 25.

En vous appuyant sur des connaissances et des lectures vous développerez méthodiquement les réflexions que vous suggère ce point de vue.

J'ai préalablement effectué des recherches:

En lisant l'œuvre on sait que Pococurante est un homme riche et comblé mais qui ne s'intéresse plus à rien. Candide le rencontre cet homme noble à Venise. Cet homme (je pense) se fie à son propre jugement et est un contraste de Candide qui lui, réfléchi avec la pensée de Pangloss. Pococurante (étymologiquement peu curieux) a atteint une sérénité matérielle et intellectuelle au cours de sa vie sans jamais subir d'épreuve comme le héros.


Maintenant je voudrais savoir quels pistes vous pourriez me proposer en plus?
Qu'est ce que cette phrase tend a montrer?
J'ai pas mal de pistes, cependant je suis un peu hésitant à me lancer.
Je ne demande pas une rédaction rédigé mais juste quelques axes de développements.

En remerciant d'avance ceux qui voudront bien m'aider un peu.
Désert.

Réponses

  • Bonjour.

    J'ai déja posté une question sur le forum a propos du Chapitre 25. Voyant que personne n'y répond je la reformule plus simplement.

    Comment voyez vous le personnage de Pococurante?
    Que vous inspire la phrase: "Les sots admirent tout dans un auteur estimé. Je ne lis que pour moi. Je n'aime que ce qui est a mon usage."

    J'ai, bien sur, fait des recherches. On voit que Pococurante est blasée par la vie et finalement pas plus heureux que Candide bien qu'a l'aise matériellement. Quand à la phrase je la reformulerais ainsi, mais je ne sais pas si cette reformulation exprime clairement le vrai message:

    "Les sots veulent se donner de grands airs en se faisant passer pour des gens cultivés. Je ne lis pas pour montrer aux autres ce que je vaux. J'aime ce qui m'est accessible."

    Voila. Merci d'avance. :P
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Pococuranté est une illusion de bonheur. C'est un oisif et un blasé. Il manifeste parfois un peu d'esprit critique dans son affectation d'être revenu de tout. Voltaire profite du personnage pour donner son propre avis sur certains auteurs et certaines formes artistiques.

    Dans la phrase que tu cites, Pococuranté manifeste ce fameux esprit critique, cet usage de la raison qu'on prête au philosophe du siècle des Lumières.

    A propos des auteurs latins que la critique encensent, le Vénitien oppose : "Les sots admirent tout dans un auteur estimé. Je ne lis que pour moi. Je n'aime que ce qui est a mon usage."

    Qu'est-ce à dire ? Le meilleur auteur n'est pas également bon dans toute son oeuvre. Le choix des lectures doit dépendre non de la réputation de l'auteur, mais du profit personnel (plaisir, enseignement) espéré.
  • Merci beaucoup pour ces pistes supplémentaires qui m'aident à y voir plus clair.
    Je vais maintenant essayer de construire un plan sur lequel je pourrais développer les trois axes en ayant beaucoup de choses a dire.

    Encore merci pour l'aide apportée. :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.