Grammaire française Participe passé

1773774776778779789

Réponses

  • LaoshiLaoshi Membre

    Tranquille a une seule forme identique au masculin et au féminin.

    Tout comme utile, fragile, futile, immobile, agile, facile, fertile, stérile, sénile, versatile...

    (Source fréquente d'erreurs orthographiques)

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Exactement. Mais "tranquille" est le seul qui ait deux "l".

  • LaoshiLaoshi Membre

    Heureusement, c'est le seul (je crois😉). Et la majorité est en -ile.

    Il faut encore excepter puéril, civil, subtil, vil...et d'autres

    Comme tout cela est compliqué ! Je ne vois pas de règle logique et facile. Y en a-t-il une ?

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Le latin explique les deux "l" de tranquille mais ça ne doit pas aider grand monde

    Pour l'opposition il/ile, non aucune règle. Disons que le travail de différenciation masculin/féminin que l'Académie avait commencé (par exemple, avec puérile qui est devenu puéril) n'a jamais été terminé.

  • Bonjour,


    Ma grand-mère m'a enseigné comment on faisait / faut un bon gâteau.

    Ma grand-mère m'a appris comment on faisait / fait un bon gâteau.


    Ma grand-mère m'instruisit comment on faisait / fait un bon gâteau.


    Je sais qu'on pourrait aussi recourir à un infinitif, mais je me demande si les 3 verbes - enseigner, apprendre et instruire - peuvent être suivis d'une interrogation indirecte. En ce qui "apprendre", je suis sûre...


    Merci d'avance

  • JehanJehan Modérateur

    Ma grand-mère m'a appris comment... Ma grand-mère m'a enseigné comment.... sont tous deux valables.

    J'ai des doutes pour Ma grand-mère m'a instruit comment...

    On rencontre cette tournure dans les textes anciens, mais elle semble inhabituelle.

    Quant à fait ou faisait... Avec la concordance des temps, plutôt faisait. Mais fait (présent de vérité générale) est admissible aussi.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Pourquoi "m'a enseigné", "m'a appris", mais "m'instruisit" et non "m'a instruit(e)"?

    Mais de toute façon, non, le verbe "instruire" est peu malléable.

    Elle m'instruisit à faire de bons gâteaux, elle m'instruisit dans l'art de faire de bons gâteaux.

  • JehanJehan Modérateur

    Elle fit mon instruction pâtissière, quoi !😉

  • Ma grand-mère m'a appris à faire de bons gâteaux.

  • lamaneurlamaneur Modérateur

    Sans compter que "grand-mère sait faire un bon café !" ☺️

  • Bonsoir,

    Désolé, le texte à analyser est un peu long (ma question porte sur la fin, mais il vaut mieux lire le paragraphe entier pour la comprendre).

    Je me demande si à la fin je dois écrire "comme les gens restent sur la première" (puisque c'est une vérité durable) ou bien appliquer les règles normales de concordance des temps et écrire "restaient sur la première".

    Du SEO et pourquoi pas de la varappe ou des claquettes, pensai-je d’abord dans un accès de colère, puis je recherchai en quoi cela consistait et compris qu’il s’agissait de modifier son blog afin d’être plus visible sur Google, touchant du doigt  toute la perversité de l’économie numérique... prenons un exemple, si un professeur d’escrime du Gers – appelons‑le d’Artagnan –, après avoir déménagé à Paris, ouvrait un blog ou un site Internet dans l’espoir de trouver de nouveaux élèves, celui‑ci serait automatiquement référencé par Google ; donc, chaque fois que quelqu’un saisirait la requête « professeur d’escrime à Paris », il obtiendrait en retour un lien vers le blog de d’Artagnan, mais ce lien apparaîtrait après ceux des sites et blogs des six cents professeurs d’escrime parisiens déjà référencés par Google, c’est-à-dire sur la soixantième page de résultats, et, comme les gens restaient sur la première, personne n’irait visiter le blog de d’Artagnan…

    Et au-delà de la réponse à ce cas particulier, je voudrais mieux comprendre le présent intemporel. On trouve beaucoup trop d'exemples caricaturaux sur les sites de langue française : est-ce qu'il n'existe pas un article fouillé sur la question qui explique ce qu'est une "vérité durable" éligible au présent intemporel.

    Merci d'avance pour votre aide !

    Bonne soirée,

    Colin

  • JehanJehan Modérateur

    Bonsoir.

    Il n'y a aucune raison ici d'utiliser l'imparfait par concordance des temps.

    Spontanément, je continuerais plutôt à utiliser le conditionnel, puisque tout ceci est posé comme hypothétique :

    ... il obtiendrait en retour un lien vers le blog de d'Artagnan, mais ce lien apparaîtrait après ceux des sites et blogs des six cents professeurs d’escrime parisiens déjà référencés par Google, c’est-à-dire sur la soixantième page de résultats, et, comme les gens resteraient sur la première, personne n’irait visiter le blog de d’Artagnan…

    Mais si tu tiens à utiliser le présent intemporel (ou "permanent", ou "de vérité générale") pour mieux souligner que tu énonces une vérité toujours valable, ce présent passera mieux si tu précises par exemple : comme en général les gens restent sur la première...

  • paulangpaulang Membre
    27 juin modifié

    Jehan a écrit : Mais si tu tiens à utiliser le présent intemporel (ou "permanent", ou "de vérité générale") pour mieux souligner que tu énonces une vérité toujours valable, ce présent passera mieux si tu précises par exemple : comme en général les gens restent sur la première...

    Oui , mais que devient n'irait ? Par ailleurs, la phrase étant interminable, ne serait-il pas bon de faire une phrase conclusive : Comme les gens restent en général sur la première page, personne n’irait /n'ira visiter le blog de d’Artagnan…

  • Bonsoir,

    Je souhaite savoir ce que prononce cet homme. J'entends "boîte à E".

    C'est une analogie comparant différents types de bateaux en cas de fissurage.

  • JehanJehan Modérateur

    N'oublions pas qu'en dehors de la vérité générale, tout le reste de la "phrase interminable" énonce des hypothèses... Les conditionnels restent donc au conditionnel, y compris iraient.

    L'on peut aussi éviter le présent ou le conditionnel dans la subordonnée de cause introduite par comme, et utiliser à la place une proposition participiale également complément de cause : ... et, les gens restant en général sur la première, personne n'irait visiter le blog.

  • Merci infiniment. J'adopte votre préconisation !

  • paulangpaulang Membre
    27 juin modifié

    Certes, mais dès lors que c'est une autre phrase, il me semble qu'on peut s'asseoir sur le conditionnel. cela rendrait d'ailleurs la vérité encore plus générale.

    Cela dit, notre ami a bien raison de se poser des questions : cette histoire de vérité générale/durable n'est pas évidente et pose bien des problèmes. Ici par exemple l'auteur donne son opinion. une opinion constitue-t-elle une vérité générale ? Moi par exemple, je ne m’arrête jamais à la première page. 😉.

  • JehanJehan Modérateur

    Cette histoire de vérité générale/durable n'est pas évidente et pose bien des problèmes. Ici par exemple l'auteur donne son opinion. une opinion constitue-t-elle une vérité générale ?

    Le présent de vérité générale n'exprime pas forcément une vérité générale pour tout le monde. Il suffit que l'auteur veuille exprimer que c'en est une pour lui. Ceux qui ne sont pas d'accord diront alors qu'il généralise abusivement.

  • JehanJehan Modérateur
    27 juin modifié

    @Shenmue est vie

    Bonsoir,

    Je souhaite savoir ce que prononce cet homme. J'entends "boîte à E".

    C'est une analogie comparant différents types de bateaux en cas de fissurage.


    Bonsoir.

    Cet homme parle tout simplement de "boîte à œufs", de boîte pour ranger les œufs.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.