Grammaire française Participe passé

134689771

Réponses

  • Bonsoir, Jehan.
    Merci beaucoup

    On écrit "Voilà un an que mon équipe ne me reconnaît plus." ?
    c'est à dire comme si j'étais un étranger ?

    2-c'est quoi la différence entre "en fin de compte" et "en fin de conte "?
    on dit aussi "à la fin du conte" ?
    Bonne soirée.
  • oui pour les points virgules.

    (Message édité) Je ne comprends pas bien le sens de ce message...
    Quel rapport avec les questions de Diab ?
  • JehanJehan Modérateur
    1-"Voilà un an que mon équipe ne me reconnaît plus."
    C'est à dire comme si j'étais un étranger ?
    - Oui, c'est cela.

    2- Les deux mots "compte" et "conte" ont la même origine, mais pas du tout le même sens.

    Le compte, c'est du calcul; c'est quand on fait une opération; et tout en bas, on écrit le résultat de l'opération.
    Par comparaison, "en fin de compte" annonce un résultat (mais pas forcément celui d'une opération). On peut aussi écrire "à la fin du compte", de même sens, mais moins usuel. On emploie aussi l'expression "tout compte fait", qui annonce la conclusion d'une réflexion.

    Le conte, lui, c'est un récit imaginaire, une histoire inventée.
    Et "à la fin du conte" ne peut signifier que "à la fin du récit, du conte." Il n'y a pas de sens figuré.

    Bonne nuit, Diab.
  • Bonjour, Jehan.

    On écrit : "J'essaie de verser un poème."
    "verser" est mieux que "écrire" ?

    2- "si je t'envoie un message, c'est pour que tu sois heureuse." ?

    3- "L'histoire de Roméo et Juliette." ?

    4-"Il n'a pas pu faire ce travail pourtant c'est lui le génie, et moi un simple débutant."
    ici , le passage "Et moi un simple débutant" ajoute quelque chose à la phrase ?

    5- "Je dis ce que j'ai sur le cœur et n'ai aucun doute."
    ici, j'ai mis "N'ai aucun doute." en non pas "n'en ai aucun doute", car je voulais dire "Je suis sûr de moi" donc, c'est correct?

    6- Quand on dit "Que choisissez-vous, ma gauche ou ma droite." = ça veut dire la main gauche ou la main droite ?

    7- "Je suis certain que tu finisses par trouver le bonheur."= c'est souhait ?
    "Je suis certain que tu finiras par trouver le bonheur." = une certitude ?

    Merci infiniment.
    Bon après-midi.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour, Diab.


    1- "J'essaie de verser un poème."
    Si cette phrase est entière, le verbe "verser" ne me semble pas correct ici. Plutôt "composer"
    "
    2- "Si je t'envoie un message, c'est pour que tu sois heureuse." Correct.

    3- "L'histoire de Roméo et Juliette." Correct.

    4- Je ponctuerais ainsi : "Il n'a pas pu faire ce travail. Pourtant, c'est lui le génie. Et moi, un simple débutant."

    5- Je formulerais ainsi : "Je dis ce que j'ai sur le cœur. Je n'ai aucun doute à ce propos."

    6- "Laquelle choisissez-vous, la gauche ou la droite ?" On saura qu'il s'agit des mains si vous faites en même temps un geste, ou si vous venez de parler des mains, ou si vous en parlez juste après.

    7-La formulation "Je suis certain" n'exprime pas le souhait en lui-même, ne laisse pas place au doute. Vous êtes sûr de la réalisation de ce souhait. Donc indicatif.
    "Je suis certain que tu finiras par trouver le bonheur."

    Mais si vous n'exprimiez que le souhait en lui-même, et non la certitude qu'il se réalisera forcément, c'est le subjonctif, mode du virtuel, qui conviendrait :
    "Je souhaite que tu finisses par trouver le bonheur."

    Bonne fin de journée.
  • Bonsoir, Jehan.

    dans la phrase "Il n'a pas pu faire ce travail. Pourtant, c'est lui le génie. Et moi, un simple débutant." = moi aussi je n'ai pas fait le travail ?

    et dans la 5ème phrase, on peut dire directement "Je n'ai aucun doute."
    = c'est à dire non seulement à propos du sujet mais une totale confiance en moi ?

    3- On écrit "On est obsédé de ce qu'il fait" ou "On est obsédé par ce qu'il fait." ?
    et c'est quoi la différence entre "obsédé de" et "obsédé par" ?


    Merci beaucoup.
    Bonne nuit !
  • JehanJehan Modérateur
    1- "Il n'a pas pu faire ce travail. Pourtant, c'est lui le génie. Et moi, un simple débutant."
    = moi aussi je n'ai pas fait le travail ?
    Non, pas forcément. Mais si vous avez fait le travail, prenez soin de le préciser, ce sera plus clair :
    "Il n'a pas pu faire ce travail . Pourtant, c'est lui le génie. Et moi, qui ai pu le faire, un simple débutant."

    2- Dans ce cas, dites plutôt :
    "Je dis ce que j'ai sur le cœur. Je suis sûr de moi."

    3- On écrit : "On est obsédé par ce qu'il fait."
    et non pas "de ce qu'il fait".
    Voulez-vous dire qu'on est obsédé par sa propre tâche, et non par les actions d'un autre ?
    Dans ce cas, écrivez : "On est obsédé par ce qu'on fait."

    Bonne nuit !
  • Bonjour, Jehan.

    On dir :"Je suis obsédé par ce qu'il fait" = c'est à dire, je veux savoir à quelle heure il rentre, à quelle heure il sort,il fait quoi au travail...etc ?

    et quand on dit "Obsédé de sport", "Obsédé de pouvoir" ..?
    pourquoi on remplace le "par" par "de"

    Bonne journée.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour, Diab.

    Dans le sens que vous indiquez, la phrase "Je suis obsédé par ce qu'il fait." convient tout à fait.

    Ici, c'est le verbe "obséder" à la forme passive, avec un complément d'agent tout à fait défini, et à valeur particulière.

    Mais quand "obsédé" est simplement employé comme adjectif synonyme de "fanatique, fou, féru, passionné", le complément de cet adjectif est introduit par de, et reste de sens indéfini, de valeur très générale : obsédé de sport, passionné de poésie , féru de science, fou de peinture, etc.
  • Bonjour, Jehan.

    On peut écrire :"On n'a qu'une seule vie, soit heureux, soit malheureux"

    ici j'ai mis "heureux" et non "heureuse" car je parle de "On" et non pas de "la vie"

    et c'est mieux que ".....,soit un heureux, soit un malheureux."
    c'est correct ?

    Merci beaucoup.
    Bonne journée.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour, Diab.

    "On n'a qu'une seule vie, soit heureux, soit malheureux"

    Cette construction, en syntaxe française, ne permet pas de qualifier le sujet on, puisque l'ensemble "soit heureux, soit malheureux" ne peut être qu'épithète apposée au nom "vie" et donc s'accorder au féminin : "soit heureuse, soit malheureuse"

    Pour une apposition correcte à on, il convient d'écrire :
    "Heureux ou malheureux, on n'a qu'une seule vie."
    En outre, la phrase est plus légère !

    Si l'on tient à garder l'ordre initial, on peut écrire, tout aussi correctement mais un peu plus lourdement :
    "On n'a qu'une seule vie, qu'on soit heureux ou malheureux."
  • Bonsoir, Jehan.

    Merci beaucoup.
    et quand on dit : "On a une seule vie à vivre, soit heureux, soit malheureux."
    c'est à dire on a le choix de choisir d'être heureux ou malheureux.
    est-ce correct ?

    2- "Espérant que ce petit bout de moi t'apporte beaucoup de joie."?
    j'ai utilisé le subjonctif parce qu'il y a le verbe "espérer"
    et à propos de "ce petit bout de moi" ici je parle d'un cadeau précieux qui a de la valeur
    donc l'expression "ce petit bout de moi" est correcte ?


    3-" J'espère que la nouvelle année t'apporte beaucoup de bonheur." ?
    ici pareil, j'ai utilisé le subjonctif comme la phrase précédente.

    4-"Mais pourquoi être malheureux." ?

    5-"On en a assez, de tout ça !" ?
    "Y'en a marre ! " c'est familier ?

    au fait, ça y est, je dispose de "Le Robert" et "Robert et Nathan", il est formidable, je vous en remercie infiniment.
    Bonne soirée !
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Diab.

    1- Mieux vaut ici éviter le soit...soit, et développer un peu plus.
    Ce sera plus clair :

    "On a une seule vie à vivre, on choisit de la vivre heureux ou malheureux."

    2- L'expression "bout de moi" pour désigner un cadeau est très inhabituelle, mais peut se comprendre. Pour montrer ce sens spécial et personnel, je vous conseille de la mettre entre guillemets.

    Contrairement à ce qu'on pourrait trouver logique, à la forme affirmative (et comme le Robert vous le confirmera ) espérer que est suivi de l'indicatif futur : "J'espère qu'il viendra." Mais à la forme négative, le subjonctif réapparaît : "Je n'espère pas qu'il vienne.". L'espérance affirmée est considérée comme une certitude, quelque chose qui arrivera forcément. Donc, ici, : "Espérant que ce petit "bout de moi" t'apportera beaucoup de joie."

    3- Donc de même : " J'espère que la nouvelle année t'apportera beaucoup de bonheur."
  • Bonsoir, Jehan.
    merci de m'avoir éclairé, j'avais une autre idée dans la tête,
    je m'explique :
    par exemple, quand quelqu'un écrit un poème et ensuite il envoie à sa chérie ou un ami, il dit par simplicité "J'espère que ce poème te plaise"
    c'est à dire même s'il sait qu'il est beau, il n'utilise pas l'indicatif,il utilise le subjonctif par simplicité, il montre aux autres qu'il n'est pas certain que son poème est beau.
    vous voyez. j'avais ça dans la tête.
    Mais maintenant, j'utilise l'indicatif.

    Merci encore une fois.
    Bonne nuit.
  • D'un autre côté, le sens du verbe "espérer" est suffisamment clair, et indique bien qu'on n'a pas de certitude. Le subjonctif reste incorrect, même s'il serait logique ici.
  • Bonjour les amis !

    J'ai une phrase que je voudrais que vous me corrigiez. Il s'agit de celle-ci :

    Les francophiles sont des adeptes de l'humour et de la culture francaisE

    Est-ce que le fait de mettre un "e" à "français" est-il correct ou non ? Quelles sont les/la règle(s) de grammaire qui justifient la bonne réponse ?

    Mille merci d'avance !
  • JehanJehan Modérateur
    Pour montrer en usant du subjonctif qu'on n'est pas certain que le poème plaise,
    mieux vaut donc utiliser un autre verbe :


    "Je souhaite que ce poème te plaise"
    Je serais si heureux que ce poème te plaise."
    "J'aimerais tant que ce poème te plaise."



    Seule solution pour garder le verbe "espérer" : mettre la subordonnée en tête. Dans ce cas, le subjonctif est de règle, quel que soit le verbe de la principale. Avant la virgule, ce qu'exprime la principale (doute, certititude, sentiment) n'est pas encore énoncé... On reste donc dans le virtuel, d'où le subjonctif.

    "Que ce poème te plaise, je l'espère de tout mon cœur."

    Même si l'on est très sûr de soi et pas modeste du tout :

    "Que ce poème te plaise, j'en suis absolument certain."
  • Est-ce que le fait de mettre un "e" à "français" est-il correct ou non ?

    J'hésite à faire une réponse tranchée, mais en tout cas, il n'est pas correct de faire l'inversion du sujet après "est-ce que".

    Je pense que l'accord doit se faire avec les deux noms, car ils sont coordonnés, et la répétition de la proposition n'y change rien. Par ailleurs le sens de la phrase est infiniment plus logique si on fait porter l'adjectif sur culture et humour. Donc, si on applique rigoureusement les règles élémentaires, il ne faut pas de e. Cela dit, c'est très laid, et des règles particulières peuvent éventuellement contredire les règles générales.
  • Merci pour les précisions :)

    Mais quelle pourrait être cette règle particulière ?

    Merci d'avance !
  • Une règle portant sur le cas particulier de la répétition des prépositions. "La culture et l'érudition françaises", contre " de la culture et de l'érudition française"... Mais à bien y réfléchir cette règle n'existe pas. Donc je suis pratiquement sûr qu'il ne faut pas mettre de "e".
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.