Grammaire du français

L’anacoluthe

Bonjour,


Dans cette célèbre phrase de Pascal, où se situe l'anacoluthe ? Comment la reconnaître?

" Qui voudra connaître à plein la vanité de l'homme n'a qu'à considérer les causes et les effets de l'amour.Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé.

Merci.
«134

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Une anacoluthe est une figure de construction qui consiste en une rupture de la cohésion syntaxique. La phrase n'a pas la construction à laquelle on se serait attendu, mais reste compréhensible.

    Ici, l'anacoluthe est la partie soulignée de cette phrase :
    "Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé."

    La construction syntaxique normale de la partie soulignée aurait dû être en effet : "Si le nez de Cléopâtre eût été plus court..."
  • Voilà qui est clair! Dans le manuel que j'ai consulté ça l'est moins.
    Merci.
  • Je crois plutôt que l'anacoluthe réside ici dans le fait que, après "Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court", on s'attend à trouver le verbe dont le nez serait sujet. Mais le sujet de la principale s'avère soudain être "la face du monde", et le nez, dont on devine qu'il est la cause du changement, ne pas avoir de fonction grammaticale explicitement attribuée par le reste de la phrase.

    Je croyais d'ailleurs (à tort apparemment) que la phrase se terminait par "en eût été changé", "en" donnant au nez une fonction grammaticale explicite (un complément de moyen, ou qqch de ce genre).

    Peut-être cette reformulation a-t-elle été proposée par des esprits soucieux de corriger l'anacoluthe, justement, pour en faire simplement une phrase avec un ordre des mots inhabituel.

    En effet, on peut dire

    - Des pâtes, j'en mange presque tous les jours.

    sans qu'il y ait, je pense, anacoluthe à proprement parler.
  • Moi aussi, j'avais en mémoire "en eut été changée". Mais c'est peut-être une erreur. Par contre, il s'agit de la "face du monde" et non de "la face de la terre".
    Je dois avoir la photocopie du phototype du manuscrit (mais sa consultation n'est pas facile). Malheureusement elle fait défaut là.
    Il y a un nombre incroyable de fantaisies dans les transcriptions des Pensées de Pascal (dont l'écriture est difficile à lire). Parmi les plus savoureuses, on lui fait écrire "L'homme préfère la chasse à la poésie" (on lit encore cela dans l'édition Garnier), et Voltaire de se moquer. Mais il avait écrit "L'homme préfère la chasse à la prise" (car il le répète en d'autres endroits).
  • Merci pour vos remarques, j'ai tiré cette phrase d'un manuel de la collection mémo...pas sûre qu'ils se soucient de reproduire l'exact citation de Pascal.
  • Bonjour, j'arrive pas à voir la différence entre une anacoluthe qui est une rupture syntaxique, et une anastrophe, qui est une inversion de l'ordre habituel des mots (et peut donc être une anacoluthe?)
  • L'anastophe est une forme d'anacoluthe.
    Voir Wikipédia
  • Et la différence entre une anastophe et une hypallage ? :D
  • Merci Anne, mais ça ne règle pas le problème... Enfin, d'après moi.
  • L'hypallage est une figure de sens, alors que l'anastrophe et l'anacoluthe sont des figures de construction.

    Hypallage : On parle d'hypallage lorsque l'on qualifie un mot alors que cette qualification se rapporte logiquement à un autre mot de la phrase.
    Et pendant qu'il séchait ce haillon désolé
    D'où ruisselaient la pluie et l'eau des fondrières,
    Je songeais que cet homme était plein de prières
    (Victor Hugo, Le mendiant)

    Dans l'inversion, l'auteur renverse l'ordre classique des termes de la phrase.
    On parle d'anastrophe quand ce procédé a pour terrain non plus la phrase entière, mais un groupe de mots dont l'ordre habituel est bouleversé.
    Vienne la nuit, sonne l'heure (Apollinaire, Le Pont Mirabeau)

    L'anacoluthe introduit une rupture dans la construction syntaxique attendue de la phrase. Le début de la phrase annonce une construction qui sera abandonnée en cours de route
    Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus cours, toute la face de la terre aurait changé. (Pascal, Les pensées)

    (à partir de Figures de style, Axelle Beth et Elsa Marpeau, Librio)
  • Merci à tous les deux
  • Aidez-moi à retrouver la différence entre faute et erreur
  • La question perfide à poser serait : quelle différence entre un chiasme et une anastrophe ?
  • c'est le caractère intentionnel ou non. D'où la méfiance de certains pédagogues envers l'emploi du terme de 'faute' a l'école
  • JehanJehan Modérateur
    En fait, la faute d'orthographe, tout comme l'erreur d'orthographe, peut être très bien être commise par inadvertance, non intentionnellement. Ce qui différencie les deux termes, c'est plutôt la notion de culpabilité attachée à "faute" : il y a là, surtout, un jugement moral de la part de celui qui relève l'inexactitude. Le terme "erreur" est plus neutre et relève davantage d'un constat objectif. C'est la différence entre "prendre en faute" et "constater une erreur".
  • SPQRSPQR Membre
    Bonsoir,
    à la relecture d'un mail que j'ai envoyé hier soir à des heures plus que tardives (ce qui excusera mon erreur potentielle), j'ai cru voir une anacoluthe: "je me suis renseigné auprès des trois élèves concernées si elles étaient partantes pour avoir une mise au point sur l'autobiographie lundi matin. "
    De toute évidence, la phrase cloche à partir de "si elles étaient partantes"; mais est-ce là une anacoluthe? J'en connais la définition, mais elle ne m'aide pas plus. Merci de vos réponses
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.


    "Je me suis renseigné auprès des trois élèves concernées si elles étaient partantes pour avoir une mise au point sur l'autobiographie lundi matin. "

    Que la phrase "cloche", ce n'est pas si sûr ! =)
    Commentaire du Robert des difficultés :
    On ne voit pas ce qui pourrait empêcher de dire se renseigner si, à la voix pronominale, par analogie avec s'informer, s'enquérir : Il a cherché à se renseigner s'il y avait un train dans la soirée. La construction parfois recommandée : se renseigner pour savoir est lourde et peu élégante.
  • alban68alban68 Membre
    @SPQR
    Si je ne me trompe pas moi même, ici point d'erreur mais également point d'anacoluthe.
  • Bonjour,
    Jehan a écrit :
    Une anacoluthe est une figure de construction qui consiste en une rupture de la cohésion syntaxique. La phrase n'a pas la construction à laquelle on se serait attendu, mais reste compréhensible.

    Ici, l'anacoluthe est la partie soulignée de cette phrase :
    "Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé."

    La construction syntaxique normale de la partie soulignée aurait dû être en effet : "Si le nez de Cléopâtre eût été plus court..."
    Je suis tombé par hasard sur votre site, et j'ai été surpris par la réponse du modérateur. Je suis d'accord avec la définition de l'anacoluthe, mais il me semble que la rupture syntaxique tient dans le fait que nous avons 2 sujets différents dans la phrase : le nez de Cléopatre et la face de la terre.
    Il me semble que c'est là que se situe la rupture. Le fait que le nez se trouve avant ou après le verbe dans la 1ère syntagme, comme le propose le modérateur ne modifie rien et ne réduit pas l'anacoluthe. La phrase normale pourrait être " Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, aurait changé toute la face de la terre ." Ici je viens de supprimer l'anacoluthe.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.