18911131493

Réponses

  • Excuse-moi, mais ce n'est pas une insulte!!! :D

    Certes mais cela ne fait jamais plaisir d'être confondu avec une fille.
    Voici une traduction améliorée du passage sur lequel vous m'aidez que l'on trouve en ligne : " et la mer, bouleversée par les vents, est à peine praticable pour les vaisseaux rapides.". Evidemment, je ne vais pas la recopier telle qu'elle. Je préfère réfléchir et vérifier par la suite si je suis trop loin du sens du texte.
  • Une traduction en ligne émanant de qui?

    Puisque tu bénéficies de cette traduction, je peux te dire comment je comprends : attention, ce n'est pas du français "élégant" :
    "Tu vois toi-même le ciel plus noir que la poix ainsi que la mer bouleversée par les vents et à peine abordable par les navires légers"
  • Une traduction en ligne émanant de qui?


    Cela provient du site Itinera Electronica.
  • Merci, mais je maintiens ma traduction!
    D'autre part, es-tu sûr du perque?
    Oh! question bête! Le pentamètre aurait eu une syllabe de moins sans le -que!!!
  • Je doute qu'aborder puisse s'utiliser pour la mer ; pratiquer, pénétrer, progresser, avancer conviennent, les deux premiers ayant l'avantage d'offrir facilement une dérivation en -able.
  • JehanJehan Modérateur
    Et accéder / accessible ?

    Avec le même préfixe qu' adire / adeunda...
  • Bien sûr, mais j'aide Aurele54 à exploiter les suggestions du Gaffiot!!! Nous en étions au gros-oeuvre, non à la finition! :)
    Par contre, j'aimerais savoir ce que tu penses de mon interprétation! cela me semble beaucoup plus important! En résumé :
    - La traduction dite "en ligne" fait de freta le point de départ d'une nouvelle proposition dont le verbe serait est (sous-entendu)
    - Je fais de freta le second COD de vides.
  • Bien sûr, mais j'aide Aurele54 à exploiter les suggestions du Gaffiot!!! Nous en étions au gros-oeuvre, non à la finition! :)
    Par contre, j'aimerais savoir ce que tu penses de mon interprétation! cela me semble beaucoup plus important! En résumé :
    - La traduction dite "en ligne" fait de freta le point de départ d'une nouvelle proposition dont le verbe serait est (sous-entendu)
    - Je fais de freta le second COD de vides.

    Ça ne me semble guère plus important pour le sens... Les deux sont possibles, la seconde solution est plus évidente, mais la première plus équilibrée et peut-être plus élégante sur le plan du rythme de la phrase.

    Accessible convient tout à fait aussi ; si je voulais être le plus précis possible, je chercherais à savoir s'il s'agit de passer de la plage au large (auquel cas on choisira "accessible", ou "pénétrable"), ou de se mouvoir en haute mer ("praticable", "où l'on peut progresser") ; le e portu peu après me fait pencher en faveur de la première hypothèse (les vagues en bordure de mer et non la houle en haute mer ?), mais par contre, la mention des vaisseaux rapides incline plutôt dans l'autre sens (il s'agit alors d'avancer rapidement, ce qui implique une certaine distance).
  • Arthur a écrit:

    Ça ne me semble guère plus important pour le sens... Les deux sont possibles, la seconde solution est plus évidente, mais la première plus équilibrée et peut-être plus élégante sur le plan du rythme de la phrase.

    Accessible convient tout à fait aussi ; si je voulais être le plus précis possible, je chercherais à savoir s'il s'agit de passer de la plage au large (auquel cas on choisira "accessible", ou "pénétrable"), ou de se mouvoir en haute mer ("praticable", "où l'on peut progresser") ; le e portu peu après me fait pencher en faveur de la première hypothèse (les vagues en bordure de mer et non la houle en haute mer ?), mais par contre, la mention des vaisseaux rapides incline plutôt dans l'autre sens (il s'agit alors d'avancer rapidement, ce qui implique une certaine distance).

    1° Pour le sens, cela importe peu, pour l'apprentissage de la langue, si! Je rappelle qu'Aurele54 n'a qu'une année de latin! or tu te situes ici au niveau de la traduction de spécialiste!
    2° Où as-tu pris le sens de "rapides" pour cavas?

    J'ai bien peur que nous ne soyons pas sur la même longueur d'onde! (Soit dit amicalement, bien sûr!) :) Cette traduction nous mettra-t-elle d'accord?
    Tu vois toi-même un ciel plus sombre que la poix,
    Tu vois la mer que tourmente le vent,
    A peine praticable aux navires légers...
  • dans "a quo tibi littera nostra", "quo" est-il un pronom (ou adjectif) relatif ou un pronom (ou adjectif) interrogatif ou est-ce tout simplement "aliquo" contracté? Merci d'avance pour la réponse.
  • C'est un pronom relatif dont l'antécédent est unus ... navita.
  • C'est un pronom relatif dont l'antécédent est unus ... navita.

    Merci.
  • Bonjour ,

    J'aurai besoin d'aide pour ANALYSER c'est phrases en latin :

    Ex toto orbe terrarum confluunt.

    Alias adducit ambitio , alias studiorum cupiditas , alias spectacula .

    Im eam civitam conveniunt , quae maxima et pulcherima est .

    - Ce que je demande n'est pas la traudction imédiate de la phrase mais , le temps des mots , le verbe , le sujet , ..

    Merci d'avance :)

    Pour exemple , j'ai déjà comencé à analysez mais j'ai beaucoup de mal pour la suite , j'ai déjà analysez ceci :

    Adspice hanc frequentiam cui vix urbis immensae tecta sufficiunt :
    Impératif Singulier /Accusatif singulier /cui : verbe/ urbis immensae : Géntif singulier / tecta : Nominatif pluriel / sufficiunt : 3ème personne du pluriel , présent .
  • Je peux te répondre, mais pour moi, cette manière de faire éloigne de la compréhension! Ce n'est pas de ta faute, évidemment! Soit la phrase "Alios (et non alias) adducit ambitio, alios studiorum cupiditas, alios spectacula.

    Voici la méthode que je préconise. Elle semble coûteuse en temps, mais toutes ces opérations se font sans rien écrire! Au départ, il faut évidemment connaître la grammaire de base.

    Si tu lis cet ensemble, tu remarques aussitôt : alios... alios... alios; tu peux alors consulter le dictionnaire, tu verras que alius... alius... signifie l'un... l'autre.
    Comme tu connais un minimum de grammaire, tu reconnais en alios un accusatif pluriel. Tu le "gardes dans ta tête" car étant COD, une action s'effectue sur lui, mais tu ne sais pas laquelle, ni qui en est responsable.
    Tu tombes sur adducit : tu recours au dico, tu regardes son sens quand il est transitif (puis qu'il a un COD), tu retiens "amener à soi, attirer"
    Tu obtiens (toujours dans ta tête) : attire les uns.
    Troisième mot : ambitio, qui semble un mot transparent; regarde dans le dico et tu constateras que ce n'est pas un ablatif, mais un nominatif (3 ème déclinaison); tu en contrôleras le sens plus tard (c'est peut-être un faux ami), car tu as déjà compris : "l'ambition attire les uns"
    Pour le deuxième membre, tu vas chercher un verbe; mais ni studiorum ni cupiditas n'en sont! Tu reconnais deux noms en ayant à peine à chercher dans le dictionnaire. Tu reconnais la finale -orum, celle du génitif pluriel (Compl du nom : "Le livre des élèves"; je te conseille d'avoir à ta disposition un stock de petites phrases illustrant les fonctions simples). Complément de quel nom? de cupiditas, forcément, le seul nom disponible, que tu as cherché. Tu obtiens : "le désir des études". (Tu retrouves la tornure déjà rencontrée dans "immensae urbis tecta").
    Résultat : "le désir des études ... les autres". Et le verbe? Tu comprends aisément, en reprenant le premier membre (ce qu'il faut toujours faire), que c'est adducit, qui n'est pas répété.
    Faut-il continuer?

    Qu'est-ce qu'il faut retenir après ce travaill?
    - Le sens de alius... alius.
    - Un verbe peut être sous-entendu (comme en français ici.
    - Tu peux retenir l'expression "studiorum cupiditas" qui t'habituera à la structure : nom complément/nom complété. Tu pourras forger d'autres expressions comme celle-ci à partir du vocabulaire que tu connais, en variant les déclinaisons.
    - Tu remarqueras que les noms en -itas ont souvent donné un nom en -ité en français (cupidité); tu ne les prendras pas pour des accusatifs féminins pluriel! Même raisonnement pour les mots en -itio.

    Je m'arrête...

    Un mot : cui n'est pas un verbe, mais le datif de qui. donc : "à qui".
  • Merci beaucoup :) Peut-tu aussi m'aider pour la première phrase soi :

    Ex toto orbe terrarum confluunt .

    Merci encore ;)
  • Ex est une préposition qui exprime le lieu d'où l'on vient; elle gouverne l'ablatif.
    Totus, a,um signifie : tout (entier)
    Orbis terrarum, si tu regardes bien le Gaffiot, signifie "le cercle des terres"; nous qui sommes des modernes, nous dirons "le globe terrestre", n'est-ce pas? (Mais bien sûr, nous ne traduirons pas par "globe terrestre", la traduction est une autre chose!)
    Orbis est masculin; donc toto semble bien s'accorder avec lui...
    Confluo signifie "confluer" ou "affluer".
    Le sujet n'est pas ici exprimé, donc c'est "ils" (ceux dont on vient de perle)r.
    A partir de là, tu dois comprendre le sens de la proposition!
  • Je n'ai toujours pas fini la version. J'aurais donc encore un peu besoin de votre aide.
    "unus et hic audax, a quo tibi littera nostra
    redditur, e portu nauita mouit iter"

    iter, itineris = chemin que l'on fait, trajet, voyage Je n'arrive pas à le placer dans la traduction. Visiblement, c'est un nominatif.

    "unus audax nauita", cela va ensemble si je ne me trompe pas et cela donne : un seul navigateur audacieux

    "redditur" est un indicatif présent passif. C'est traduit par "remet" sur Itinera Electronica. Or, ce n'est pas le sens premier du verbe "reddo" qui veut dire "rendre, donner en retour, s'acquitter de, restituer". C'est vrai que dans le contexte, j'ai du mal à voir comment placer l'un de ces verbes. "remet" paraît donc beaucoup plus convenable.

    'hic" est traduit par "lui" alors que ce serait plutôt "celui-ci" même si ce n'est pas facile à caser.

    "nostra" se traduirait plutôt par "ma" car on est en poésie et c'est fréquent d'utiliser la 1ere personne du pluriel

    Merci d'avance pour vos indications.
  • Un conseil (amical) : regarde un peu moins "Internet", et réfléchis davantage!

    Reddo signifie "rendre" ou "remettre" (Gaffiot, sens 11); au passif, " a quo littera nostra tibi redditur" signifie donc : "par qui notre lettre t'est remise"
    Iter n'est pas au nominatif, mais à l'accusatif : il est COD de movit! "iter movere", que tu ne trouveras pas tel quel dans le Gaffiot, signifie : "se mettre en route", "lever les voiles", pour employer une expression maritime.
    Ca va mieux? Si tel n'est pas le cas, n'hésite pas, mais tu sais, le dimanche, je fais de la lutherie, et je ne puis pas forcément être disponible de suite!!!

    "Unus et hic audax ... navita" signifie mot à mot : "un seul -et celui-ci, un audacieux - marin..." d'où : "un seul marin - un audacieux - a..."
  • Merci Jacques.

    Concernant les deux vers suivants jusque "erat", cela donnerait je pense "j'aurais embarqué, si au moment où il détachait les liens de la proue, tout Abydos n'était pas en observation".
    Qu'en pensez vous? Tout avis est bon à prendre.
  • Oui, mais il faut rendre compte de la nuance apportée par le participe futur, et de l'effet de "quasi réalité" apporté par l'indicatif pour exprimer l'irréel, alors qu'on attendrait le subjonctif : "j'étais prêt à m'embarquer" ou : "j'étais disposé à m'embarquer" (au lieu de "j'eusse été prêt à ... ou j'eusse été disposé ...").
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.