Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour, j'ai un commentaire composé à faire sur cette fable de La Fontaine malheureusement peu connue par mon entourage. La voici:
« Quoi? toujours il me manquera
Quelqu'un de ce peuple imbécile!
Toujours le loup m'en gobera !
J'aurai beau les compter! Ils étaient plus de mille,
Et m'ont laissé ravir notre pauvre Robin ;
Robin mouton, qui par la ville
Me suivait pour un peu de pain,
Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde.
Hélas! de ma musette il entendait le son;
Il me sentait venir de cent pas à la ronde.
Ah! le pauvre Robin mouton! »
Quand Guillot eut fini cette oraison funèbre,
Et rendu de Robin la mémoire célèbre,
Il harangua tout le troupeau,
Les chefs, la multitude, et jusqu'au moindre agneau,
Les conjurant de tenir ferme:
Cela seul suffirait pour écarter les loups.
Foi de peuple d'honneur, ils lui promirent tous
De ne bouger non plus qu'un terme.
« Nous voulons, dirent-ils, étouffer le glouton
Qui nous a pris Robin mouton. »
Chacun en répond sur sa tête.
Guillot les crut et leur fit fête.
Cependant, devant qu'il fût nuit,
Il arriva nouvel encombre.
Un loup parut: tout le troupeau s'enfuit.
Ce n'était pas un loup, ce n'en était que l'ombre.

Haranguez de méchants soldats:
Ils promettront de faire rage;
Mais, au moindre danger, adieu tout leur courage;
Votre exemple et vos cris ne les retiendront pas.
On m'a donné la problématique: "A travers le récit amusé d'une anecdote rurale, comment s'élabore une définition tragique de l'homme ?"

Le sujet serait donc sûrement faisable si j'arrivais à définir précisément le thème du texte. Je n'arrive pas vraiment à cerner cette "définition tragique de l'homme" dans la fable. L'incapacité des hommes à faire face au danger? A tenir leurs engagements? Par ailleurs je ne vois pas à qui le troupeau renvoie: l'humanité en général? Un peuple? Je ne sais pas non plus ce que représente Guillot: les rois? ...

Comme vous voyez tout ça n'est pas très clair pour moi donc si vous pouviez m'éclairer...

Merci d'avance
Mots clés :

Réponses

  • Bonjour à tous,
    je dois faire un commentaire littéraire sur une fable peu connue: "Le Berger et son troupeau". Elle est peu connue et difficile a étudier. C'est pour cela que je me retourne vers vous pour m'aider un peu. Voici donc le texte:
    « Quoi? toujours il me manquera
    Quelqu'un de ce peuple imbécile!
    Toujours le loup m'en gobera !
    J'aurai beau les compter! Ils étaient plus de mille,
    Et m'ont laissé ravir notre pauvre Robin ;
    Robin mouton, qui par la ville
    Me suivait pour un peu de pain,
    Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde.
    Hélas! de ma musette il entendait le son;
    Il me sentait venir de cent pas à la ronde.
    Ah! le pauvre Robin mouton! »
    Quand Guillot eut fini cette oraison funèbre,
    Et rendu de Robin la mémoire célèbre,
    Il harangua tout le troupeau,
    Les chefs, la multitude, et jusqu'au moindre agneau,
    Les conjurant de tenir ferme:
    Cela seul suffirait pour écarter les loups.
    Foi de peuple d'honneur, ils lui promirent tous
    De ne bouger non plus qu'un terme.
    « Nous voulons, dirent-ils, étouffer le glouton
    Qui nous a pris Robin mouton. »
    Chacun en répond sur sa tête.
    Guillot les crut et leur fit fête.
    Cependant, devant qu'il fût nuit,
    Il arriva nouvel encombre.
    Un loup parut: tout le troupeau s'enfuit.
    Ce n'était pas un loup, ce n'en était que l'ombre.
    Haranguez de méchants soldats:
    Ils promettront de faire rage;
    Mais, au moindre danger, adieu tout leur courage;
    Votre exemple et vos cris ne les retiendront pas.
    La problématique est la suivante :"derrière la mise en scène amusée d'une anecdote rurale, comment s'élabore une définition tragique de l'homme?.
    Je n'ai pas très bien qui représentent le berger? Et les moutons?
    Egalement je n'arrive pas vraiment à cerner cette "définition tragique de l'homme" dans la fable. :/
    J'ai vraiment besoin d'un petit coup de pouce.
    Malgré cela j'ai tout de même un plan:

    Introduction

    I) Un récit vif et plaisant
    A. Une structure narrative rigoureuse
    B. Les procédés d'animation

    II) La leçon
    A. Des animaux symboliques
    B. Les intentions de La Fontaine

    Merci d'avance :)
  • Bonjour, je dois faire une étude linéaire de la fable peu connue "le berger et son troupeau". J'ai commencé l'introduction mais je ne trouve pas les mouvements qui séparent le texte, est ce que vous pouvez m'aider s'il vous plait?

    Quoi ? toujours il me manquera

                  Quelqu'un de ce peuple imbécile !

                  Toujours le Loup m'en gobera !

    J'aurai beau les compter : ils étaient plus de mille,

    Et m'ont laissé ravir notre pauvre Robin ;

                  Robin mouton qui par la ville

                  Me suivait pour un peu de pain

    Et qui m'aurait suivi jusques au bout du monde.

    Hélas ! de ma musette(1) il entendait (2) le son ;

    Il me sentait venir de cent pas à la ronde.

                  Ah le pauvre Robin mouton !

    Quand Guillot eut fini cette oraison funèbre

    Et rendu de Robin la mémoire célèbre.

                  Il harangua tout le troupeau,

    Les chefs, la multitude, et jusqu'au moindre agneau,

                  Les conjurant de tenir ferme :

    Cela seul suffirait pour écarter les Loups.

    Foi de peuple d'honneur, ils lui promirent tous

                  De ne bouger non plus (3) qu'un terme. (4)

    Nous voulons, dirent-ils, étouffer le glouton

                  Qui nous a pris Robin mouton.

                  Chacun en répond sur sa tête.

                  Guillot les crut, et leur fit fête.

                  Cependant, devant qu'il (5) fût nuit,

                  Il arriva nouvel encombre, (6)

          Un Loup parut ; tout le troupeau s'enfuit :

    Ce n'était pas un Loup, ce n'en était que l'ombre.

                  Haranguez de méchants soldats,

                  Ils promettront de faire rage ;

    Mais au moindre danger adieu tout leur courage :

    Votre exemple et vos cris ne les retiendront pas.

  • AmmyAmmy Membre

    Tu as le discours de Robin qui se plaint de la perte de son mouton Robin (jusqu'à "Ah le pauvre Robin mouton !")

    Puis la narration jusqu'à "fête" : il fait promettre au troupeau de ne plus laisser le loup en dévorer et ils promettent, il est content.

    Ensuite le passage de l'ombre du loup et tout le troupeau qui s'enfuit de "cependant" à "ombre".

    Et enfin la morale.

  • 15 mai modifié

    merci beaucoup de m'avoir aidée !

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.