Louis Aragon et la Résistance

Bonjour/Bonsoir =)


Je fais une recherche sur Louis Aragon, et la resistance;
Je sais qu'il fut mobilisé en 1917, qu'il était communiste etc etc ...
Qu'il écrivait des poèmes lors de la seconde guerre mondiale, dans des revues clandestines
Son amitié avec André Breton, so amour pour Elsa Triolet...
Bref, je possede de nombreuses informations, utiles ou inutiles mais j'ai beaucoup de mal a repondre a une question essentielle :
" qu'est-ce qui fait qu'Aragon devient un poete résistant"

Merci d'avance pour vos reponses

Réponses

  • As tu lus "La rose et le résada" ? Je pense que tout d'abord ce qui fait d'Aragon un poète résistant c'est surement ses textes engagés. En effet, il passe outre les lois du régime de vichy et de la censure, pour publier des textes provocateurs. Je pense qu'il faut que tu cherches dans cette direction, mais je ne suis pas sûre...

    Bonne chance.
  • Oui je l'ai lu. Biensur que ses écrits sont engagés. Ma question est : pourquoi cet engagement ?

    Merci de ta reponse
  • bonjour,
    vous écrivez :
    "Je sais qu'il fut mobilisé en 1917, qu'il était communiste etc etc ...
    Qu'il écrivait des poèmes lors de la seconde guerre mondiale, dans des revues clandestines"

    Attention à ne pas mélanger certaines choses (au cas où) :
    - en 1917, Aragon est mobilisé en tant que soldat pendant la 1ère guerre mondiale, cela n'est pas en rapport avec la Résistance pendant la 2e guerre mondiale, car un soldat est mobilisé, un résistant est volontaire ;
    - il a écrit des poémes (et des romans) bien avant et bien après la 2e guerre mondiale, pas seulement pendant ;
    - non seulement il écrivait dans des revues clandestines, mais c'était lui qui en dirigeait quelques unes en tant que membre du Front National de la Résistance, organisation créée à l'époque (en 1941) par le parti communiste français (et qui n'a rien à voir avec le front national actuel dirigé par l'extrême droite) ;
    Pour mémoire, il se camoufla en 1943 dans la commune de Dieulefit, puis celle de Saint-Donat sur l'Herbasse en 1944 ; ces deux communes sont dans le département de la Drôme.
    Ces pseudonymes pendant cette période de clandestinité furent : Jacques Destaing, Andrieux (nom de son père naturel), François la Colère, Paul Wattelet, Georges Meyzargues.

    Vous écrivez :
    "j'ai beaucoup de mal a repondre a une question essentielle :
    " qu'est-ce qui fait qu'Aragon devient un poete résistant""

    en fait il y a deux questions :
    - la première : qu'est ce qui fait qu'on devient poéte ? en réalité "poéte connu et reconnu", et bien cela résulte de son histoire personnelle, de ses qualités littéraires et imaginatives, du goût de ses lecteurs pour son oeuvre, etc., etc. ; on peut en dire autant pour tous les poétes (Hugo, Prévert, etc.).
    Le fait d'être poéte n'a rien à voir avec le fait d'être résistant - il y a même eu des poétes collaborateurs, ou neutres. Et cette réflexion est valable pour tous les "métiers" (autre exemple : le fait d'être cordonnier n'a rien à voir avec le fait d'être résistant)
    - d'où la deuxième : qu'est ce qui fait quon devient résistant ?
    la réponse est beaucoup plus complexe. Y répondre est l'objet de thèses, d'ouvrages entiers (exemple : "Résister" collection "Autrement" n°15, mars 1994). La réponse est d'autant plus complexe que (comme pour beaucoup d'autres engagements) tout le monde n'entre pas en résistance au même moment pendant la 2e guerre mondiale.
    Les résistants de la première heure (Jean Moulin, est l'un des plus médiatisés) le font par patriotisme et discernement, discernement parce qu'ils savent ce qu'est le nazisme et/ou par rejet immédiat de l'occupation allemande qu'accepte Pétain, et/ou par refus d'accepter ce qu'ils estiment injuste et anormal. On trouve parmi ces résistants là des gens de toutes les tendances politiques de l'extrême gauche (et oui, il y avait des communistes dans la résistance dès 1940) à l'extrême droite (et oui, il y avait des cagoulards et des gens de l'Action française dans la résistance dès 1940).
    En 1941, l'invasion de l'URSS par les nazis amène de nombreux communistes à devenir résistants ; en 1942 (le 11 novembre) l'invasion de la zone non occupée en France amène de nombreux ex pétainistes en résistance car ils se rendent compte qu'en réalité Pétain n'avait pas ce rôle de "bouclier" qu'ils lui accordaient (il laisse les Allemands envahir la zone "libre" et ordonne même aux militaires (dont il est le chef) de rendre leurs armes) ; début 1943, de nombreux jeunes gens entrent en résistance parce qu'ils refusent d'aller travailler en Allemagne dans le cadre du STO imposé par Laval ; le 6 juin 1944, beaucoup de Français entrent en résistance parce que... les Alliés anglo saxons débarquent.
    Evidemment cette réponse est plutôt lapidaire, je vous conseille de lire beaucoup sur le sujet pour vous faire votre opinion, si vous en avez le temps.
  • Merci boulet =)

    La reponse a ma question est tout simplement parce qu'il est communiste.
  • "tout simplement" écrivez vous ?
    et bien si cela était si simple, tous les communistes auraient été résistants dans cette période, ce qui est loin d'être le cas (voir Georges Marchais), et il n'y aurait pas eu d'autres résistants que les communistes, ce qui est loin d'être le cas (voir Henri Frenay par exemple).
    Il était résistant parce qu'il ne voulait pas céder à la dictature et qu'il avait le courage de le faire, et cela n'a rien à voir avec le fait d'être communiste.
    comme vous pourrez le vérifier, le fait d'être résistant n'a rien à voir avec le fait d'être membre d'un parti.
    Le colonel de la Rocque, chef d'un mouvement d'extrême droite avant 1940, sera arreté et déporté en 1943 pour résistance. Ceci étant, je vous accorde qu'une majorité de personnes d'extrême droite avaient rejoint la collaboration, tout comme certains qui avaient été de gauche, en premier lieu Laval.
    En étudiant de plus près les choses, vous verrez que vous éviterez les "tout simplement".
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.