Grammaire française Participe passé

Salut,
dites moi comment utiliser et surtout savoir où placer le verbe conjugué dans le subjonctif?
Merci
Mots clés :
«13456789

Réponses

  • Je ne comprends pas ta question.
  • Tu dis :
    vanessa23 a écrit:
    Salut,
    dites moi comment utiliser et surtout savoir où placer le verbe conjugué dans le subjonctif?
    Merci
    Bonjour,

    Je ne suis pas prof, ma réponse ne sera pas exhaustive non plus, mais généralement tu écris le subjonctif quand devant il y a "que", que j'aille, que tu aies, que j'aie...

    Ta question est peut être mal formulée "où placer le verbe conjugué"... ben comme tout verbe, à la place où il doit être...?

    Voici ce qu'en dit le Robert :
    subjonctif

    • 1550; autre sens XIVe; lat. subjunctivus « attaché sous..., subordonné »; cf. jonction

    Mode subjonctif, et n. m. LE SUBJONCTIF : mode personnel du verbe, considéré d'abord comme propre à exprimer une relation de dépendance, et de nos jours, comme mode de la tension psychologique (volonté, sentiment) et de la subjectivité (doute, incertitude Þ aussi potentiel). Un verbe au subjonctif. [...]
    Espérant avoir pu t'aider... cordialement.
  • Ce sujet tombe bien !
    Tout à l'heure je disais cette expression à un ami : "n'as-tu pas l'impression qu'il fait froid ?" ; il m'a repris "n'as tu pas l'impression qu'il FASSE froid !"

    j'ai répondu : "T'arrive-t-il d'écrire "j'ai l'impression qu'il fasse froid ?"

    Quelle est votre version ? :D

    Merci :)
  • Bonjour,

    En réponse,

    Je crois que ton ami a raison...

    N'as-tu pas l'impression qu'il faille manger ? (désormais)
    N'as-tu pas l'impression qu'il fasse froid ? (dorénavant)

    N'as-tu pas l'impression qu'il faut manger ? (quand ça ?)
    N'as-tu pas l'impression qu'il fait froid ? (maintenant ?)

    Là est le problème, je ne suis pas spécialiste, les deux sont peut être admissibles, bien que je penche pour le subjonctif car il est plus large, il couvre un période plus importante, un sentiment de froid d'on ne sait quand, alors que l'indicatif semble plus précis : c'est maintenant qu'il fait froid... Je présume que les deux peuvent se dire, mais que dans ta phrase le subjonctif est plus approprié... C'est vrai qu'à l'oreille, on n'est pas habitué à cette tournure, mais ça ne veut rien dire...

    Cordialement.

    EhJoe.
  • Merci beaucoup pour ta contribution :)

    Je rencontre le même problème avec "il est évident que..." ; j'hésite à mettre le subjonctif... :/
  • Bonjour, Jérémy.
    S'il est évident (à tous), ça ne laisse pas beaucoup de place pour un doute.
    Donc indicatif.

    Par contre, les formes interogative et négative entraîneraient le subjonctif.
  • Merci à toi Js ;)
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Jérémy. :)

    JSC a tout à fait raison :

    Il est évident (certitude)→ qu'il viendra. (indicatif)
    Est-il évident (incertitude, puisqu'on s'interroge)→ qu'il vienne ? (subjonctif)
    Il n'est pas évident (certitude niée, d'où incertitude)→ qu'il vienne. (subjonctif)
  • Bonsoir,

    y a t il une regle avec les relatifs?

    Est ce qu'on dit:

    Où que j'aille ou Où que j'irai

    Pourriez vous me dire si cette phrase est correcte:

    Où que j'aille, et Où que je sois (serai), je saurai toujours où je suis (ou je me trouve) et ne perdrai jamais le nord.


    Merci pour votre aide precieuse.
  • Là ce n'est pas un relatif.
    C'est une tournure concessive complexe (on dit scalaire) qui exige le subjonctif.
    Qui que tu sois, Quoi que tu fasses; Où que tu ailles..., En quelque endroit que tu ailles, quelque moment que tu choisisses etc.
  • C'est l'idée de possibilité qui entraîne l'obligation du subjoncrif :

    Où que j'aille, et où que je sois, je saurai toujours où je suis et ne perdrai jamais le Nord.
  • Anne345 a écrit:
    C'est l'idée de possibilité qui entraîne l'obligation du subjoncrif :

    Où que j'aille, et où que je sois, je saurai toujours où je suis et ne perdrai jamais le Nord.
    Merci pour vos reponse,
    mais je ne comprends pas l'explication que tu me donnes, ca veut dire quoi que c'est l'idee de possibilite ......

    merci
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.
    Où que j'aille, et où que je sois, je saurai toujours où je suis, et ne perdrai jamais le nord.
    La possibilité ? Il se peut que j'aille là, il se peut que j'aille ailleurs... L'action d'aller n'est pas effectuée, on ne fait que l'envisager... Le subjonctif est le mode du fait envisagé, simplement possible. Action potentielle.
  • Et encore, il ne s'agit pas simplement d'envisager une possibilité, comme quand on dit, "il se peut que j'aille à Paris", mais de les envisager toutes virtuellement (car il est impossible de les envisager toutes en actes). Par ailleurs il y a aussi une valeur de concession. Cela fait beaucoup de bonnes raisons d'employer le subjonctif.
  • D'accord mais qu'est ce qui le differencie du conditionnel qui a aussi une valeur de potentiel, d'eventuel , de peut etre..

    Pourquoi ne pas dire ou que j'irais , ou que je serais, je saurai toujours ou je suis, je ne perdrai jamais le Nord.

    merci
  • Parce que c'est aussi une concession, et de plus, cela balaye un champs de virtualités infinies (deux choses que le conditionnel ne fait pas).

    Ensuite, il y a une question de syntaxe.

    Où que tu ailles, je te haïrai.
    = que tu ailles n'importe où, je te haïrai
    = tu peux aller n'importe où...


    Ici le "que" n'est pas un pronom relatif, c'est la conjonction de subordination que, dont le rôle ici est d'être le support du subjonctif. Mais le véritable subordonnant est "Où", adverbe qui indique l'indéfinition du lieu.
  • bonjour à tout le monde !

    Je voulais vous demander... une précision concernant l'expression suivante :

    "soit que nous sommes stupides, soit que nous sommes très intelligents".

    Très honnêtement, j'aurais écrit : "soyons" à la place de "sommes".

    Mais la formule avec "sommes" peut-elle être acceptée ? (et avec "soyons", est-elle bonne ?)

    Merci beaucoup ! :P
  • Soit que est toujours suivi du subjonctif :
    "soit que nous soyons stupides, soit que nous soyons très intelligents".
    Mais on peut aussi dire : "soit nous sommes stupides, soit nous sommes très intelligents".
  • Merci beaucoup, sincèrement. =)
  • EhJoe a écrit:
    N'as-tu pas l'impression qu'il faille manger ? (désormais)
    N'as-tu pas l'impression qu'il fasse froid ? (dorénavant)

    N'as-tu pas l'impression qu'il faut manger ? (quand ça ?)
    N'as-tu pas l'impression qu'il fait froid ? (maintenant ?)
    Le subjonctif n'est-il pas rendu possible dans ces phrases par l'interro-négation ?

    Une phrase affirmative semble ne pas permettre le subjonctif :

    J'ai bien l'impression qu'il faut manger.
    J'ai bien l'impression qu'il fait froid.

    Ce sont pourtant des phrases dubitatives, non ? Et avec Il semble que, faut-il l'indicatif ou le subjonctif ? On voit les deux, et plus souvent le subjonctif que l'indicatif. Est-ce correct ?

    Il semble qu'il fait froid, ou bien Il semble qu'il fasse froid ? Mais, cette fois encore, obligation du subjonctif pour les négations :
    Il ne semble pas qu'il fasse froid, il ne semble pas que nous devions manger.

    Qu'en pensez-vous ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.