Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, je suis nouvelle ici, donc je m'excuse par avance s'il y avait déjà un sujet traitant de cette problématique ou s'y rapprochant *j'ai un peu cherché avant de poster*
Toute nouvelle terminale L, j'ai donc vu ce qu'était la philo... Je galère un peu (je pense que c'est normal en soi :P) car le prof nous a donné cette problématique "Peut-on ne pas être soi-même?" à la suite d'un cours sur le sujet et la conscience. Or je suis un peu perdue, et j'ai du mal à trouver mes idées, et même des philosophes sur lesquels m'appuyer.
Pour répondre à ce sujet je pensais à un moment traiter de cas pathologiques (skyzophrénie et somnanbulisme par exemple) et même du sommeil profond, où l'on est plus vraiment soi-même... Je crois aussi que parler du problème de la société et ses contraintes (comme changer de caractère pour s'intégrer dans un groupe par exemple) peut être une idée pas trop mauvaise.
J'aurais besoin d'un peu d'aide, le temps de comprendre les mécanismes de la philosophie, enfin, comment raisonner, en fait.
Merci d'avance, et encore désolée si ce topic est inutile ou déjà posté ailleurs.

Ravenloth
Mots clés :

Réponses

  • Prendre conscience de...
    Que suis-je?
    Moi et les autres.
    Être.
  • Bonsoir,

    Je suis tout comme toi en classe de terminale littéraire, et ce sujet me paraît tout à fait intéressant - trêve de bavardages, venons en à la question qui t'es posée.
    Peut-on ne pas être soi-même?
    Je pense qu'il est intéressant, comme l'a souligné JSC, de t'intéresser au rapport entre soi et les autres.

    Mais aussi, je pense que cela nous conduit à nous demander si l'on peut vraiment se connaître, " Je n'étais plus moi-même", par exemple invite à s'interroger si nous pouvons vraiment nous maîtriser, nous contrôler ( Cf > Inconscient, dédoublement de personnalité )


    Est-ce que "soi-même" a un lien entre moi et le monde, certains codes?

    Et enfin, c'est quelque chose qui me vient en lisant le libellé du sujet, mais si je ne suis pas moi-même, est-ce que je peux être autre chose que moi-même?
    C'est assez paradoxal quand même :).

    J'espère ne pas avoir parlé pour ne rien dire, en bref, t'avoir été utile.

    Bonne soirée,
  • Merci beaucoup pour vos réponses !

    En effet je pensais m'interesser au subconcient, qu'on ne connait pas et qui pourtant a une part quasi primordiale dans notre vie. Pour ça je crois que je vais un peu lire quelques extraits de Freud (j'ai réussi à me procurer Lire les Philosophes : 50 auteurs à découvrir)
    En repensant à ce que tu as dis, Bgn, je me disais que l'exemple de l'alcoolisme pourrait être interessant dans le sens où l'on agit mais sans aucune conscience...
    Je vais y réfléchir, j'ai un peu de temps devant moi (je dois rendre la dissertation pour le 14 Octobre) ; je vous remercie encore, et si vous voulez, je vous tiendrais au courant de mes "avancées."
  • c'est un très bon sujet je trouve

    en plus de ce qui a déjà été dis, je rajouterai que nous ne sommes pas nous mêmes dans le sens ou l'on est obligé de suivre les codes de la société , ce qui nous pousse à nous créer une image.

    Sinon, comme c'est le début de l'année, je pense qu'il faut traiter ton sujet avec les notions de conscience et inconscience. ( les professeurs commencent toujours par ces thèmes )
    Nous avons conscience de ce que nous sommes mais l'inconscient semble être un autre nous même.
    Par exemple les somnambulismes qui se réveillent la nuit et qui au matin ne se rappelle pas être levé. Là tu n'es pas maître de toi; c'est comme quand tu parles et que tu dis ce que tu penses et non pas ce que tu voulais vraiment dire ( on dit que les pensées vont plus vite que les mots ) .
  • Je vois où tu veux en venir Bellus, ça me rassure car j'avais peur de ne pas savoir dans quelles notions tapper, et puis c'est clair qu'on a fait le cours sur la conscience et qu'on a commencé celui sur l'inconscient. En tous cas je prends note et je me suis faite une petite liste, bientôt il va falloir que je me trouve un plan.

    Pour cette problématique, parler d'authenticité du sujet, est-ce une bonne idée? C'est à dire être authentique dans ses actes, ou justement ne pas l'être (donc en quelques sortes ne pas être soi-même.)

    Si j'articule ma dissertation autour de ces 4 "notions" :
    -conscient
    -inconscient
    -soi
    -autrui
    Mais de façon "abrégée" ce serait une bonne structure ou alors je me contente que des deux premières de ma liste?

    Merci pour votre aide en tous cas. :) J'ai l'impression d'y voir plus clair. :p
  • Moi a un côté absolu, une idé qui se suffit.
    PASCAL
    Le moi a deux qualitiés: il est injuste en soien ce qu'il se fait centre de tout; il est incommode aux autres en ce qu'il veut les asservir.
    Pensées.
    Bovaryisme.
    Soi/ non-soi (ignorons en soi, pour soi, par soi pour débuter) le thèse et l'antithèse de la catagoriede personnalité, dont le la synthèse est la conscience ou la personne.
    RENOUVIER
    Le soi et le non-soi ne sont donnés que que par leur rapport et dans leur synthèse.
    Logique générale.

    Conscience, Inconscience puis Subconscience (pour bien distinguer ces deux dernières). (D'accord avec bellus sur ce point).
  • Je ne sais pas si cela peut-être intéressant, d'aller jeter un œil du côté de Sartre, dans L'être et le néant, ou peut-être, L'existentialisme est un humanisme.

    Pour le second texte, Sartre dit de l'homme qu'il n'a pas d'essence prédéfinie et donc qu'il se définit soi-même.

    J'espère que cela pourra t'aider ; dans tous les cas, il me semble que ces deux oeuvres de Sartre sont intéressantes pour traiter ton sujet.

    Cordialement ;)
  • Ah mon prof m'avait conseillée L'Etre et le Néant, particulièrement la Mauvaise foi, je ne sais pas si tu connais (certainement.)
    Ce soir, si j'ai fini de réviser mon interro d'espagnol, je me pencherais correctement sur le plan que je compte faire, je le tapperai ici, au cas où il ait besoin de modifications.
  • Notre professeur nous en a parlé pendant le cours, je n'ai lu que l'Existentialisme est un humanisme.

    Je m'entraînerai aussi à réfléchir d'avantage sur ton sujet, car il me plaît bien et que j'ai un peu de temps libre demain après mon devoir de littérature sur le Guépard :D
  • Héhé ça marche alors. :D
    Le Guépard? Il est bien ce livre? Nous on fait Roméo et Juliette, je trouve ça excellent. :) Comme ça j'ai un avant-goût de ce qui va m'arriver.
    Enfin bref, faudra que j'attende demain soir pour me pencher sur la philo correctement, parceque mes heures de perm d'aujourd'hui vont me servir pour cette foutue interro d'espagnol... et celles de demain pour une interro de latin (grrr.)
    J'arrête le flood. '
  • Re bonjour !
    Je me suis donc penchée à nouveau sur cette dissertation : j'ai écris une intro pas trop nulle (mais à retravailler quand même), et décidé d'abordé le thème de l'influence des "autres" sur notre comportement, ce qui nous pousse à le modifier.
    Mais par contre je coince sur une deuxième partie... je ne sais pas du tout de quoi parler malgré tout ce que vous m'avez conseillée juste avant... :(
  • BgnBgn Membre
    Le Guépard oui, c'est un roman que j'ai vraiment apprecié.
    Il y a tout un jeu d'échos, de parallélismes ; et un des protagonistes porte le même prénom que moi, le neveu du Prince :) - enfin le mien est francisé :).
    Mais aussi une manière de décrire, se rapprochant de Marcel Proust pour le banquet, je trouve.

    Enfin bref, là n'est pas la question.

    Pour une autre partie, tu peux parler de :

    - L'inconscient ; puis-je comprendre tous mes actes?

    - La connaissance de soi


    Qu'est-ce qu'être soi-même ? Y a-t-il présence d'un déterminisme psychique et social / matériel ?

    Là où le déterminisme psychique est une autre façon de dire qu'il y a présence d'une instance de l'inconscient dans la structure psychique.
  • Bonjour,
    Voila c'est une question que j'ai pour un devoir, mais je me la posais aussi avant ...


    Peut on ne pas être soi-même ?

    Alors que répondriez vous a cette question ?

    Pour commencer, il se pose la question de qu'est ce que c'est qu'être soi -même ?

    Merci

    Capitaine Chocolat
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Cette autre discussion pourrait t'intéresser.
  • Bonjour, je suis en terminale ES et ai un sujet de dissertation en philosophie; Peut on ne pas etre soi-même.
    Je compte faire un plan Thèse/Objections/Réponses.

    Je voudrais avoir vos avis sur mon introduction, je ne demande pas de réponses au sujet ou que vous me le fassiez.
    Juste votre avis pour savoir qie ce que je dis est pertinent, et que ça rentre bien dans le sujet.

    Voilà mon introduction:
    Tout sujet est conscient de ce qu'il est, il est donc lui-même, quand je dis "je" ou "moi", je distingue automatiquement ce qui est moi de ce qui ne l'est pas.
    On peut penser qu'il est impossible de ne pas être soi-même, que nous n'avons pas le chois que de n'être ce que nous sommes.
    Pourtant, il nous arrive de dire "je n'étais pas moi" ou "je n'étais plus moi-même", supposant alors que nous ne sommes pas sur de ce que nous sommes réellement, que nous remettons en question l'évidence de notre identité.
    A certains moments, j'ai l'impression d'agir et de me comporter selon quelqu'un ou quelque chose qui n'est pas moi, qui est différent de ce que je suis.
    Si l'homme était toujours lui-même, il resterait identique quelques soient la situation ou les modifications qu'il subit, or on s'aperçoit qu'il ne le reste pas.
    Dans quelles mesures puis-je ne pas être moi même?
    Etre ou ne pas être soi-même; est-ce un choix qui dépend de nous ou alors subissons-nous des modifications sur nous-même, changeant ainsi ce que nous sommes réellement?
    Quelles raisons nous pousseraient à ne pas être nous-même?

    Je précise que je compte prendre position du coté du : oui, nous pouvons ne pas être nous-même.
    Voilà, merci de votre aide.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.