Accord de l'apposition après un collectif

Bonjour les amis,
Dans la phrase : "Le couple B., intégriste(s) du minimal" (il s'agit d'art minimal), mettriez-vous un "s" à "intégriste" ?
Pour ma part, j'en mettrais un, car il me semble que ce n'est pas le collectif qui est qualifié, mais les éléments qui le composent.
J'ai cherché dans le Grévisse (qui est un trésor de la grammaire française, mais où les règles sont souvent bien cachées...) sans trouver de réponse définitive.
Vos réflexions seraient les bienvenues.

Giland
«13456

Réponses

  • Bonsoir Giland,

    La question aurait pu se poser pour « le couple des époux B. ».

    Pour « le couple B. », je pense que seul le singulier s'impose.

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour, Muriel.

    Tout à fait d'accord : le singulier !
  • On le voit mieux ici :

    - la famille des Dupont, végétarienne,
    - la famille des Dupont, végétariens,

    par rapport à :

    - le famille Dupont, végétarienne.
  • JehanJehan Modérateur
    Si le singulier le chiffonne, s'il tient à qualifier sans ambiguïté chacun des membres, Giland pourrait aussi écrire : "Les époux B., intégristes du minimal." On peut sans dommage se passer du mot "couple" sans que la clarté en pâtisse. Mais d'aucuns diront que c'est simplement contourner le problème...
  • Cela évince effectivement la question grammaticale posée, mais la formulation est plus jolie, plus légère : je suis "pour" (si Giland a toute liberté).
  • Chère Muriel, cher Johan,
    Merci de vos réponses, mais pardonnez-moi de n'être pas convaincu.
    Je vous cite d'autres exemples d'appositions qui suivent un collectif :
    "L'équipe de France, forçats de la gloire",
    "Le groupe B, perfectionnistes en herbe", etc.
    Toute la question est de savoir si c'est le collectif qui agit (qui en définitive est une abstraction) ou les individus (qui eux existent bien).
    La question ne se poserait pas sans apposition, ex. :
    "Le couple royal a visité l'Espagne".
    J'ai posé la question à plusieurs personnes qui ont une bonne oreille, certaines étaient d'accord avec moi, d'autres non.
    En fait, c'est la règle que je recherche.
    Si vous la trouvez, merci de me la faire parvenir.
    Amicalement,

    Giland
  • Giland a écrit:
    En fait, c'est la règle que je recherche.
    Bonsoir, Giland.
    Les règles se trouvent dans les œuvres de Grevisse et Hanse entre autres.

    Il me semble que l'intuition est aussi un outil important.
    Quand on écrit "équipe", pense-t-on à 11 joueurs ou à l'ensemble?
    Quand on écrit "group", pense-t-on aux individus qui le constituent ou à l'unité?
    L'ancienne équipe de France, quasi imbattable, est maintenant à la retraite.
    L'ancienne équipe de France, tous des joueurs vedettes, a gagné le championnat du monde.

    Jehan ou Muriel me corrigeront si je fais une erreur d'appréciation.
  • Bonsoir JSC,
    Je suis bien d'accord pour dire que l'intuition est essentielle dans ce genre de questions.
    Si vous trouvez la réponse dans le Grévisse, merci de me l'indiquer. Pour ma part, je ne l'ai pas trouvée, mais je suis bien certain qu'elle y est.
    Permettez-moi de vous citer un autre exemple avec un collectif :
    "Le couple Dupont, arrivistes sans scrupules, apprécie ce genre d'invitations".
    Là encore, l'intuition prime sur le reste...
    Amicalement,

    Giland
  • J'ai un scrupule sur les scupules au pluriel*, ainsi que concernant son sens:
    scrupule 1 TLFi

    scrupule 2 Académie
    Je ne suis pas sûr que la formulation britannique se traduise exactemment en français. Un faux ami?

    * Bien que le Petit Robert n'ait aucun scrupule à équivaloir les deux formes.

    Pourquoi pas le singulier pour "invitation" aussi?

    Plus clairement, peut-être: le couple d'arrivistes sans scrupule apprécie ce genre d'invitation.
  • Je veux bien admettre que "scrupule" serait mieux au singulier ; en revanche, avec "ce genre d'invitations" je ne suis pas d'accord, car si l'on parle de "genre", de "style", de "type", etc., c'est bien que quelque chose entre dans une catégorie donnée, et le pluriel vient naturellement.
    Tout cela nous éloigne d'ailleurs de la question posée. Il ne s'agit pas de trouver la meilleure formulation d'une phrase donnée, mais, encore une fois, de l'accord d'une apposition avec un collectif.
  • Bonsoir Giland,
    "L'équipe de France, forçats de la gloire",
    "Le groupe B, perfectionnistes en herbe", etc.
    Je n'ai pas de règle à vous proposer, mais vos exemples me font le même effet que :
    - la foule, tous endimanchés...
    - le groupe, épuisés...
    - la multitude, bien colorés...

    Je ne m'y fais pas... s'il n'y a pas de complément du nom (au pluriel), je n'arrive pas à envisager un accord au pluriel de l'apposition.

    Je l'envisagerais ici :
    - le groupe des B, perfectionnistes en herbe...
    - l'équipe des joueurs de France (ou l'équipe de ceux de France), forçats de la gloire...


    Édit : par contre, à force de relire cette phrase, (et pour celle-là seulement) :
    "Le couple Dupont, arrivistes sans scrupules, apprécie ce genre d'invitations".
    je suis moins sûre de moi : probablement parce qu'on a une propension à traduire "le couple" par " les deux"...

    Muriel
  • Dans
    Accord » du nom en apposition. Cas particuliers
    . ($ 345 dans la 14ème édition) Grevisse ne traite pour l'accord en genre, que des appositions attachées.

    Le fait qu'on ne trouve d'ailleurs aucun exemple d'apposition au pluriel d'un nom au singulier, ni l'inverse, semble prouver que que la forme singulier, pluriel est incorrecte.
  • Bonjour Anne,
    Grévisse dit tout de même ($ 338, "Accord" du nom en apposition) : "Le nom, ayant un genre en soi, ne s'accorde pas en genre avec un autre nom." Puis il cite ces exemples : "L'amour, cette passion si visionnaire, exige dans son langage une exactitude mathématique" (Stendhal). "L'amour, superficielle écume" (Colette).
    Pour ma part, il me semble qu'une apposition marque un temps d'arrêt dans la phrase (d'où la présence de la virgule), et que ce temps d'arrêt a la valeur d'une ellipse. Ainsi : "L'équipe de France, forçats de la gloire" a le sens de : "L'équipe de France (composée de) forçats de la gloire". Idem avec les autres exemples.
  • Ne mélangez pas accord en genre et en nombre.
    Dans la suite de l'article que vous citez (344 de la 14ème édition) il est écrit :
    b) Le nombre étant déterminé par la réalité désignée, il est normal que l’apposition et son support aient le même nombre, puisque, par définition, ces termes désignent la même réalité.Leurs cils […] / Palpitent, ailes inquiètes, Sur leur azur indéfini (Gautier, Ém. et cam., Cærulei oculi).
    L’apposition commune à deux supports singuliers est ordinairement au pluriel : L’hypocrisie et le vague, mes deux bêtes d’aversion (Stendhal, Vie de H. Brulard, X).

    Ex. de non-coïncidence : La république des Provinces-Unies. — Derrière chaque croisée, écluse de velours, des triples rideaux pesaient sur leurs embrasses (Cesbron, Souveraine, p. 11)...
  • Tout cela ne répond pas à la question que je pose, qui concerne un collectif.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.