Est-ce une proposition subordonnée relative ?

Bonjour à tous :]

Voilà, j'ai une question qui me turlupine à propos des propositions subordonnées relatives.

Dans la phrase : "Mon désespoir n'attend que leur indifférence" (Andromaque), est-ce que "que leur indifférence" est une PSR ?

Même question dans une comparaison "Si j'en avais trouvé d'aussi cruels que vous" (toujours Andromaque), considère-t-on "que vous" comme une PSR ?

Et si oui, comment les analyse-t-on ?

En fait, en relisant ce que je viens d'écrire, je dirais plutôt que "que leur indifférence" est tout simplement un COD du verbe "attendre", et "que vous" un sujet du verbe sous-entendu dans une tournure comparative, mais ce qui me gêne, c'est la présence du "que".

Est-ce que quelqu'un peut m'éclairer s'il vous plaît ?

*perplexe*

Réponses

  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Mélie !

    1 "Mon désespoir n'attend que leur indifférence."
    Il n'y a pas de proposition relative ici.
    Ne... que : adverbe de restriction signifiant seulement.
    → Mon désespoir attend seulement leur indifférence.
    = ... n'attend rien d'autre que leur indifférence.
    Effectivement, leur indifférence est COD du verbe attend.

    2 "Si j'en avais trouvé d'aussi cruels que vous."
    Pas de proposition relative non plus.
    Que est une conjonction qui introduit le second terme d'une comparaison (ici comparaison d'égalité introduite par AUSSI cruels).
    Certaines grammaires y voient une conjonction de subordination introduisant une comparaison elliptique (= amputée).
    (Ellipse : vous avez vu juste.)
    → Si j'en avais trouvé d'aussi cruels que vous êtes vous-même.
    On parle aussi de corrélation (aussi... que) par subordination (que).

    Bonne journée !
    Edy
  • Merci beaucoup Edy :) Je me disais aussi... Je crois que c'est le fait d'avoir à trouver les PSR dans une tirade qui me fait en voir de partout
    Bonne après-midi :]
  • Merci à qui me dira pourquoi l'adjectif CRUEL, en l'occurence, a été mis au pluriel. Je penche plutôt pour l'invariabilité.

    ip.
  • EdyEdy Membre
    "Madame, c'est à vous de prendre une victime
    "Que les SCYTHES auraient dérobée à vos coups
    "Si j'EN avais trouvé d'aussi CRUELS que vous.

    Cruels se rapporte au pronom personnel EN, dont le référent est "les Scythes", soit un masculin pluriel.

    → Si j'avais trouvé des Scythes aussi cruels que vous.
  • La conception du texte est radicalement différente de celle qui conduit à mettre entre les mains d'un enfant un livre d'images qu'il interprête à sa guise, ce qui est une activité tout autre.

    S'agit il d'une proposition subordonnée relative ? Quelle est sa fonction ?

    merci
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, il s'agit de ce qu'on appelle une proposition relative périphrastique, expansion du pronom démonstratif ce.
    Le ce représente ici "mettre entre les mains d'un enfant un livre d'images".
    On considère qu'une telle relative est en apposition au groupe de mots représenté par le ce.
  • Merci beaucoup ! Pourriez-vous aussi corriger et préciser mon analyse des subordonnées dans la phrase suivante ? :

    Une fois que l'enseignant est parvenu à identifier deux ou trois caractéristiques du livre(1), même si elles sont exprimées en termes savants(2), comme je viens de le faire(3), il est à même de proposer des activités simples à ses élèves.

    1 : Proposition subordonnée circonstancielle de temps
    2 : Proposition subordonnée circonstancielle d'opposition
    3 : Proposition subordonnée circonstancielle de comparaison/de temps ?
  • 1. Proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de temps
    2. Proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de concession
    3. Proposition subordonnée conjonctive circonstancielle de comparaison
  • Bonjour,

    Je ne comprends pas pourquoi ces deux phrases ne contiennent pas de proposition relative :

    1) "elle avait oublié le fait qu'elle était toujours la première à le dire."
    Pourtant, selon moi, "que" représente "le fait" !

    2) nous ne savons plus ce qu'il faut en penser.
    De même, "que" représente "ce"

    J'espère que vous saurez m'éclairer, merci d'avance ! :)
  • JehanJehan Modérateur
    "Elle avait oublié le fait qu'elle était toujours la première à le dire."
    Si "que" était un relatif COD et représentait vraiment "le fait", ta prétendue relative serait l'équivalent de :
    "elle était toujours à le dire le fait", ce qui ne veut pas dire grand-chose.
    En réalité, "qu'elle était toujours la première à le dire" est une complétive, apposée au nom "fait".
    On pourrait supprimer "le fait" sans changer le sens :
    "Elle avait oublié qu'elle était toujours la première à le dire."

    En discours direct :
    Que faut-il en penser ?
    En discours indirect :
    Nous ne savons plus ce qu'il faut en penser.
    Ce qu' est un pronom interrogatif composé introduisant une complétive interrogative indirecte.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.