Grammaire française Participe passé

Je rédige un essai.
Je cherche l'adjectif qui décrit un poème que l'on ne peut pas ne pas connaître.
Est-ce que l'emploi de 'Poème canonique' peut être approprié ?
existe-t-il un adjectif plus approprié ?
«1

Réponses

  • Yvan a écrit:
    Je rédige un essai.
    Je cherche l'adjectif qui décrit un poème que l'on ne peut pas ne pas connaître.
    Est-ce que l'emploi de 'Poème canonique' peut être approprié ?
    existe-t-il un adjectif plus approprié ?
    Non, canonique n'a rien à voir avec ce que tu cherches, personnellement, je dirais un poème illustre mais je ne vois pas de mot plus spécifique.
  • Bonjour Yvan,

    Trouver un adjectif qui définisse la grande renommée et la non-ignorance paraît difficile.
    À illustre (proposé par Malk) ou à l'un de ses synonymes (j'aime bien fameux), vous pourriez éventuellement adjoindre : et incontournable.

    Muriel
  • Incontournable, proposé par Muriel H., me semble convenir.
    Et, selon le contexte et la formulation, un poème phare de la littérature française...
  • célèbre ou très célèbre
    incontournable me fait grincer
  • doué d'ubiquité.
  • ZorahZorah Membre
    Alors, quid de poème-cliché, poème-lieu commun poème-poncif... Ce n'est pas un adjectif et c'est péjoratif, sans doute, mais montre bien que tout le monde le connaît !
  • Oui... mais c'est quand même très péjoratif ! Cela sonne "poème lambda"... cela lui ôte toute beauté...
  • Réponse loufoque...

    Un po-aimé de tous...

    Impolitis
  • Cliché, poncif et lieu commun, Zorah, traduisent exactement l'inverse de ce que nous voulons !
    Ces mots suggèrent une multitude de poèmes dont on extrait un texte, aussi insignifiant que les autres, car banal !!
    Or, on cherche à qualifier un poème qui, justement, sort du lot. Il faut donc un mot qui l'élève au-dessus de ce "lot".

    Par ailleurs, peu de personnes connaissent les poèmes-poncifs, lieux-communs et clichés, précisément parce qu'ils le sont et qu'ils n'ont, de ce fait, que très peu d'intérêt...
  • ZorahZorah Membre
    Alors j'ai bien peur qu'il ne vous faille forger l'adjectif ad hoc. Si votre livre a du succès vous aurez été les auteurs d'un très heureux néologisme, qui manquait beaucoup à la langue française.

    (Dans le cas contraire, ce qu'à Dieu ne plaise, on parlerait d'un affreux barbarisme.)

    Au travail...
  • Putakli a écrit:
    célèbre ou très célèbre
    incontournable me fait grincer
    Bonjour Putakli,

    C'est vrai qu'incontournable est employé de nos jours à toutes les sauces, néanmoins, c'est le mot qui traduit le mieux l'idée de "ne pas ignorer"... je ne trouve rien d'autre, mais il doit sûrement exister un terme mieux adapté : je ne le trouve pas...

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Je pense que ce qui fait grincer à juste titre Putakli, c'est l'obligation de ne pas ignorer signifiée par le mot "incontournable". Idée d'obligation en moins, on pourrait parler d'un poème phare ou d'un poème de premier plan, mais je ne suis pas sûr que cela convienne tout à fait non plus...

    Cerisia a écrit :
    Par ailleurs, peu de personnes connaissent les poèmes-poncifs, lieux-communs et clichés, précisément parce qu'ils le sont et qu'ils n'ont, de ce fait, que très peu d'intérêt...
    Ne pas confondre la teneur des poèmes et leur notoriété.

    S'il est exact que les poèmes n'exposant que des poncifs, lieux communs et clichés n'ont que très peu d'intérêt et peu de chance d'accéder à la notoriété, beaucoup d'excellents poèmes archi-cités quand on parle de tel ou tel auteur, et donc très connus de beaucoup de monde, sont devenus de véritables lieux communs en terme de référence culturelle. Et tout en demeurant excellents, du fait de ce matraquage, ils peuvent faire de l'ombre à bien d'autres poèmes tout aussi excellents du même auteur... L'arbre qui cache la forêt.
  • Certes. Nous parlons alors de lieux-communs culturels et non poétiques. Je l'entendais dans le sens de ce mot de Nerval : "Le premier qui a comparé la femme à une rose était un génie, le second, un imbécile." Les mots "clichés" et "lieux communs" me font penser aux pseudo-poèmes bourrés de métaphores battues et rebattues (que l'on trouve à revendre sur Internet, où le meilleur côtoie souvent le pire) et assimilent le poème "incontournable", "fameux", "classique", "phare" (que j'avais proposé et dont tu as aussi l'idée), le pilier de la littérature que nous cherchons à qualifier dans ce sujet, à tout cet étalage de vers inégaux dits "libres" par facilité ou paresse et qui répètent bêtement et maladroitement ce que des génies ont dit avec habileté et art...

    Sans confondre teneur et notoriété des poèmes, force est de constater que ceux qui restent, s'ils ne sont pas toujours les plus beaux, comptent parmi les meilleurs.
  • Est-ce que "poème de notoriété publique" pourrait aller?
  • JehanJehan Modérateur
    Il me semble que "chef-d'œuvre notoire de la poésie" pourrait convenir...
  • Et quels sont des exemples de "Poèmes que l'on ne peut pas ne pas connaître"?
  • Incontournable me paraît être l'adjectif approprié, et tant pis pour le côté poncif, car il dit mieux que tout autre, en un seul mot, le sens voulu par Yvan.

    Chiche ! On fait une anthologie de la poésie par les membres du Forum ?

    Impolitis
  • YvanYvan Membre
    Bonjour,

    Je tiens à vous remercier, tous, pour votre riche participation à ma recherche. C'est la première fois que je participe à un forum.
    Je suis un peu déçu de constater, qu'à priori, il n'existe pas de mot définissant précisément ce qui ne peut pas ne pas être connu.
    Mes recherches vaines sont donc confirmées. Néanmoins les propositions fournies ont retenu mon attention.

    Je vous livre ci-dessous le poème auquel je compte faire référence dans mon essai et offre un tour d'avion au premier qui trouvera le nom et prénom de l'auteur. Petit indice : La langue originelle de ce poème de 1941 est l'anglais.
    P.S. : J'habite Tahiti.
    Je me suis libéré des emprises de la terre pour danser dans le ciel sur des ailes argentées d’un grand rire.

    Je suis allé vers le soleil, j’ai rejoins les cascades chaotiques de nuages tranchées de lumière, et là j’ai vécu des moments dont vous n’avez jamais rêvés : rouler, planer et balancer si haut dans le silence solaire.

    Suspendu, j’ai pourchassé le vent hurlant et lancé mon vaisseau au travers de fabuleuses cavernes pleines d’un air infini.

    Haut, plus haut au long d’un délire du bleu brûlant, j’ai survolé les sommets balayés de vent, dans un sérénité que nul aigle, nulle alouette n’ont jamais vécue.

    Puis, alors que mon esprit silencieux s’élevait au travers du sanctuaire inviolé de l’espace, j’ai sorti une main et caressé le visage de dieu.
  • John Gillespie Magee Jr.

    J'offre mon tour d'avion à quelqu'un d'autre, j'ai le vertige...
  • YvanYvan Membre
    Sincères félicitations à Anne Lise.
    Yvan
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.