Grammaire française Participe passé

Bonjour,

J'entends souvent qu'on dit "Comme si de rien n'était." Et la préposition "de" dans cette phrase me rend perplexe. Quel est son rôle grammatical? Est-ce correct de dire tout simplement "comme si rien n'était"?

Réponses

  • L’expression figée comme si de rien n’était « comme si rien ne s’était passé » date du XVIIe s. ; plus d’un auteur la met en italique, la sentant comme familière.
    Le Pape […] excommunia les bourgeois de Londres. Ceux-ci […] firent sonner les cloches et célébrer la messe comme si de rien n’était (Maurois, Hist. d’Angl., p. 161). — En italique : Balzac, Urs. Mirouët, IV ; Gide, Journal, 25 oct. 1938.
    Certains grammairiens voient dans de rien un sujet, d’autres un attribut. En faveur de la première analyse, la variante, d’ailleurs exceptionnelle et critiquée, °comme si rien n’était : J’ai rendu mes comptes comme si rien n’était (Céline, lettre à ses parents, 1909, dans F. Gibault, Céline, t. I, p. 97). — Autre ex. : P. Benoit, cit. Le Bidois, § 1160.
    — R. Martin (Le mot « rien » et ses concurrents en français, P., Klincksieck, 1966) considère que le de sert à indiquer que l’expression doit être prise comme décrivant une situation particulière et non dans le sens « comme si rien n’existait ». Cf. § 1052, a. (de inverseur)
    Grevisse
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Peut-être l'expression est-elle une ellipse à syntaxe archaïque de "comme s'il n'était question de rien" Ici, la préposition "de" aurait donc le sens de "au sujet de", "à propos de", qu'elle a dans "parler de quelque chose".
  • Merci, Anne et Jehan. :)
  • Je penche aussi pour l'ellipse, mais il peut y en avoir aussi d'autres, "Comme si (rien) de rien n'était."
  • JehanJehan Modérateur
    "Rien de rien" est un redoublement expressif pour renforcer une dénégation: ("Non, rien de rien..." . Supprimer le premier "rien" aurait fait perdre le renforcement expressif. A mon sens, c'est une transformation peu probable.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.