Khâgne classique ou moderne ?

Bonjour chers amis,
je me demandais quels étaient les atouts et les désavantages du choix d'une khâgne dite "classique"? Puisque désormais l'hypokhâgne est indifférenciée, je me penche beaucoup plus vers ce genre de khâgne; J'ai bizarrement l'impression qu'il est beaucoup plus dur d'intégrer une école de commerce après ce genre de khagne (selon les statistisques vus); n'est ce qu'une impression? Et question pour les connaisseurs de la khagne A/L de janson de sailly: sont ils très exigeants en voie A/L, et prennent ils bcp d' hypokhagnes d'autres lycées d'après votre propre expérience ? J'attends avec impatience vos réponses! merci par avance!

Réponses

  • AmmaAmma Membre
    Les atouts restent la présence d'un programme généralisée malgré la réforme récente : en français rien n'est changé, pour les autres matières ça change mais seulement pour l'écrit ; à l'oral, on reste à l'ancien régime (tout peut tomber au niveau des sujets). Mais j'avoue que les prépas littéraires nouvelles gomment de plus en plus les distinctions. Les différences restent tout de même : présence ou non de langue ancienne obligatoire, de géographie obligatoire... En khâgne moderne, on bachote sur des choses très précises, beaucoup plus qu'en khâgne classique où on l'on demande une large palette de connaissances.

    Pour les écoles de commerce, il s'agirait peut-être d'une question d'effectif. Il y a plus de personnes dans les khâgnes modernes, ce qui ferait qu'il y ait inévitablement plus de personnes dans les écoles de commerce provenant de ces khâgnes.
  • L'atout principal est aussi la préscence de la langue ancienne : pour les grandes écoles de commerce parisiennes, tu peux passer le latin en LV2. Cela est intéressant si tu as un bon niveau !
  • Bonjour ! Je suis également en plein dilemme sur ce problème de filières : j'ai été accepté en khâgne Lyon au lycée Edouard Herriot de Lyon et en A/L à Janson de Sailly et ai beaucoup de mal à prendre ma décision. Je souhaiterais juste avoir vos avis sur la question : qu’intégreriez-vous à ma place ?
  • Je suis également en plein dilemme sur ce problème de filières : j'ai été accepté en khâgne Lyon au lycée Edouard Herriot de Lyon et en A/L à Janson de Sailly et ai beaucoup de mal à prendre ma décision. Je souhaiterais juste avoir vos avis sur la question : qu’intégreriez-vous à ma place ?

    En quelle spécialité ? En tous cas, si tu as des questions sur Herriot, n'hésite pas !
  • On ne peut pas choisir... Demande-toi si tu préfères avoir une langue ancienne obligatoire (classique A/L) ou de la géographie obligatoire (moderne Lyon). :)
  • Bonjour,

    Je me permets de vous faire part de mon cas, en espérant pouvoir recueillir quelques avis avant de rendre ma décision lundi (je sais que je m'y prends tard et que le choix me reviendra en dernière analyse, mais tous les témoignages sont bons à prendre).
    En hypokhâgne au lycée condorcet, je suis admise en khâgne, et j'ai eu la chance d'obtenir un délai pour me décider entre khâgne moderne ou classique.
    J'ai, selon mes professeurs, éventuellement des chances d'intégrer, à ULM comme à Lyon (si je continue, bien sûr à travailler assidûment).
    Je suis résolue à prendre l'option philosophie, que ce soit en classique ou en moderne.

    Mon hésitation prend en compte plusieurs facteurs :
    -J'ai commencé le grec seulement cette année, et c'est la matière où je rencontre le plus de difficultés. Mais (pas très calculateur, je l'admets), c'est aussi une langue que je veux maîtriser (utile en philosophie, et j'aime ça), et que je continuerai dans tous les cas (possibilité de passer le grec à l'oral pour Lyon)
    -Je pense préférer ULM à Lyon, pour la situation de l'ENS d'Ulm (quartier parisien)
    -L'équipe enseignante du lycée condorcet en khâgne moderne est réputée excellente, notamment en philosophie, bien que je ne puisse préjuger de ce qu'il en est en khâgne classique, puisque le professeur de philosophie y sera nouveau.
    -D'une façon générale, le lycée condorcet a plus d'admis à Lyon qu'à ULM.
    -Je ne veux pas lancer un débat comparatif entre les deux écoles, mais si ULM a le privilège de l'ancienneté, certains de mes professeurs (qui sortent généralement d'ULM, donc pas de critiques infondées) et quelques témoignages que j'ai pu recueillir font remarquer que Lyon forme finalement aussi bien, voire mieux que ULM, que les concours sont tellement proches que les différences tendent à s'estomper, et ne sont guère plus que des différences de façade (c'est vrai que la façade, au sens propre du terme, d'ULM vaut le coup d'oeil).
    -Il m'a été proposé de présenter ULM en préparant Lyon, mais j'ai un peu peur de la dose de travail supplémentaire requise. (A courir deux lièvres à la fois...). Je ne suis déjà pas sûre de parvenir à intégrer l'une des deux (la réussite ou l'échec peuvent être très conjoncturels. Peut-être ma réussite de cette année l'était-elle. Peut-être mon échec l'année prochaine le sera-t-il).
    -Les oraux d'ULM me font un peu peur quant au niveau de culture générale exigé. Je suis une éponge : ce qu'on me donne, je suis prête à l'absorber. Mais je suis une éponge un peu sèche à la base, ma famille n'a pas du tout la culture littéraire qui me passionne depuis le berceau, et je suis originellement une quiche en histoire, même si je m'en sors honorablement parce que j'apprends ce qu'il y a à apprendre, et me passionne pour ce que j'apprends.

    Bon, vous le voyez, mes tirets n'organisent pas tellement ma réflexion, ce qui est le reflet du brouillon intellectuel dans lequel je nage depuis que ce délai m'a été accordé. Je tergiverse, je change sans cesse d'avis, sans parvenir à pencher pour une école plus que pour l'autre.

    Ma question là-dedans ? La façon dont vous pourriez m'aider ? Heu... Témoignage de normaliens sur l'enseignement dispensé en philosophie dans les deux écoles ? Sur l'ambiance parisienne et lyonnaise ? Sur l'exigence en grec du concours d'ULM ? Sur l'exigence en culture littéraire (française et anglaise) de ses oraux ? Concrètement, une fois qu'on intègre, si on intègre, ça donne quoi dans l'une ou dans l'autre en terme de vie de tous les jours ? Je ne veux pas susciter de querelles, qui seraient ici déplacées : si j'hésite autant, c'est précisément parce qu'il ne me semble pas qu'aucune des deux soit supérieure à l'autre (ou plutôt elles le sont toutes les deux, c'est ce que veut dire "école normale supérieure", non ?), ni qu'aucune des deux soit une fin en soi (c'est ce que veut dire école, non ?)

    Si je pouvais avoir quelques réponses d'ici lundi, ce serait super. Sinon... Je trancherai (dans tous les cas je finirai par trancher de toute façon...)
  • ArthurArthur Membre
    Bonsoir,

    Je ne peux pas vous renseigner en détail sur le département de philosophie de l'ENS de Paris, mais vous pouvez peut-être consulter les sites des départements, regarder les programmes et les orientations des professeurs, éventuellement quelques cours en ligne (www.diffusion.ens.fr/ & http://ressources.ens-lyon.fr/) ou contacter des élèves philosophes en cours de scolarité.

    Vous semblez avoir un a priori plutôt pour Ulm mais la difficulté du concours et sa généralité vous rebutent, au point que vous sembleriez préférer préparer celui de Lyon. C'est vrai que le programme d'histoire est conséquent, que certaines épreuves, notamment à l'oral, requièrent une certaine culture et une curiosité assez large... mais vous y serez aussi préparée, avec plus de cours dans ces matières, plus d'entraînement oral, on ne vous lâche pas dans la nature. Et de plus, avoir un écrit et un oral dans chaque matière implique certes de travailler toutes les matières avec un souci à peu près égal et jusqu'au bout de l'année, mais cela réduit aussi l'impact d'un accident isolé dans une matière à l'écrit et à l'oral. Quant au grec, quitte à vous investir dans cette matière, autant peut-être le faire complètement et subir aussi une épreuve écrite (pour laquelle vous ne serez pas en concurrence avec les optionnaires de lettres classiques, qui passent le latin en tronc commun). Bref, vous le voyez, il est aussi possible de trouver des arguments en sens contraire, ou du moins de relativiser ceux en faveur de Lyon.

    Restent les arguments liés à un écart de niveau entre les deux khâgnes de Condorcet : si vous avez des chances substantielles d'intégrer une ENS, vous avez probablement aussi la possibilité d'être admise en khâgne dans un autre établissement de meilleur niveau dès l'an prochain. Est-ce une option que vous excluez ? Si non, il faut vous y prendre sans tarder.

    En tout cas, quoi qu'il en soit, allez voir des oraux de l'une ou de l'autre, cela vous aidera à mieux les appréhender et sans doute aussi à les démythifier...

    Et sinon,
    si j'hésite autant, c'est précisément parce qu'il ne me semble pas qu'aucune des deux soit supérieure à l'autre (ou plutôt elles le sont toutes les deux, c'est ce que veut dire "école normale supérieure", non ?), ni qu'aucune des deux soit une fin en soi (c'est ce que veut dire école, non ?)

    Vous partez avec le bon état d'esprit, c'est l'essentiel.

    Bonne réflexion,
  • Bonjour à tous ! Les vœux APB approchent... et en bonne terminale que je suis, j'essaie tant bien que mal de trouver le maximum d'infos pour ne pas me tromper d'orientation !

    J'aimerai faire une hypokhâgne A/L à Montaigne à Bordeaux, car l'option histoire des arts m'intéresse énormément. Le seul problème, c'est que je crois avoir compris qu'il n'y a dans ce lycée que le khâgne classique, et je serai plus tentée par une khâgne lettre moderne... Quelqu'un peut-il me confirmer quelles khâgnes sont proposées à Montaigne, et j'aimerai vraiment savoir si il y a une réelle différence de contenus et de débouchés entre les deux khâgnes ?

    J'aimerai travailler dans les journalisme ou la communication, ou encore devenir prof de français ou travailler dans les arts. Ce n'est pas encore précis, merci à vous.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.