Y a-t-il un mouvement littéraire qui serait l'inverse de l'humanisme ?

Bonjour
A quelques heures de mon bac de français, j'ai un trou...
Y a-t-il un genre littéraire qui serait l'inverse l'humanisme ? (qui, après plusieurs découvertes scientifiques et astrologique parlerait de l'homme comme une simple espèce parmi tant d'autre et qui inviterait à l'humilité ?)
La définition me dit quelque chose et je suis tombé sur plusieurs textes semblables dans mes révisions...

Merci pour vos réponses.

Réponses

  • En sachant que l'humaniste est un mouvement qui ne met plus Dieu au centre de tout, mais l'homme, on pourrait considérer que tout ceux qui mettent Dieu au centre de leurs oeuvres sont l'inverse des humanistes. Mais attention, je ne suis pas sure et je ne vois pas trop ce que ca peut être... Peut être certains auteurs baroques comme Jean De Sponde...Mais ce ne serait pas un genre ( =roman, poésie...), mais un mouvement ou un courant ( =humanisme, baroque, lumière...)
  • Effectivement tu as raison Stella in Praha. J'était stresssé et pressé quand j'ai écris ce message. (merci)
    Oui, je demandais un mouvement littéraire (et qui ne parle pas forcément de Dieu, mais aussi peut-être de la technologie = qui ne met plus les hommes au centre de l'univers)

    Il n'existe peut-être pas, mais il semblerait logique qu'avec la baisse de la religion et les nouvelles technologies, il y ait eu un mouvement qui dénigrait les hommes... (ils ne sont rien en comparaison de l'univers entier ou même du thème de la nature éternelle).

    Quelqu'un aurait-il une idée ? (avec ces nouvelles précisions ?)
  • Je pense que tu devrais cherche du côté de l'existentialisme, où la confiance en l'homme est largement remise en question.
  • Je ne sais plus qui a écrit L'existentialisme est un humanisme...
    Pfffffffffffffff je suis impardonnable ! C'est bien sûr Sartre lui-même
    voir ici
  • C'est Jean-Paul Sartre !
  • Exact, je viens de le retrouver ; donc ça dément un peu beaucoup ce que tu disais, Chicoré
  • je crois que l'existentialisme vise à savoir si l'on peut encore être humaniste aujourd'hui ; dc ça paraît paradoxal ms pas tant que ça ...
  • Hum c'est un peu plus complexe que ça !
  • Si tu veux, il n y a pas de "mouvement littéraire" opposé de façon claire et certaine à l'humanisme ; cependant l'existentialisme est intéressant ds le sens où l'on se demande comment penser l'homme au XXème siècle (et si c'est encore possible).
  • Chicoré a écrit:
    Je pense que tu devrais cherche du côté de l'existentialisme, où la confiance en l'homme est largement remise en question.
    Je ne crois pas que l'existentialisme soit simplement ce que tu dis là. C'est d'abord, et avant tout je crois, une volonté de remettre l'homme face à ses responsabilités et à ses choix. L'existentialisme réfute l'existence de déterminismes ; l'homme est seul.
    C'est en cela que Sartre écrit que l'existentialisme est un humanisme ; parce qu'il met l'homme au centre. "L'existence précède l'essence". Pas de Nature humaine, l'homme n'est pas bon ou mauvais par Nature mais se détermine lui même.
    Sarte s'oppose simplement à l'humanisme pour ce qui est de la Nature humaine, qui pour Sarte n'existe pas.
    Bref, je crois que Sarte est bien plus humaniste que les humanistes eux même ; l'homme est libre, totalement, irrémédiablement et il est au centre de son existence. Il vogue, il choisit une route, en change, mais à chaque fois il est seul maître.
  • Bonsoir Galain :)
    Contente de te relire ici
  • Pascal n'est pas un mouvement littéraire, mais c'est peut-être une réponse à ta question...
  • En quoi PAscal serait-il à l'inverse de l'humanisme ?
  • ENSENS Membre
    Si Sartre a cru bon d'écrire un article pour réaffirmer que "l'existentialisme est un humanisme", c'est que la chose n'allait pas de soi. D'ailleurs, en faisant cela, il a déçu un bon nombre d'existentialistes (du genre : oh non, pas encore la vieille tarte à la crème humaniste !). A la même époque, les Heideggeriens vomissent la référence humaniste.
  • ENS a écrit:
    Si Sartre a cru bon d'écrire un article pour réaffirmer que "l'existentialisme est un humanisme", c'est que la chose n'allait pas de soi. D'ailleurs, en faisant cela, il a déçu un bon nombre d'existentialistes (du genre : oh non, pas encore la vieille tarte à la crème humaniste !). A la même époque, les Heideggeriens vomissent la référence humaniste.
    Je ne suis pas apte, intellectuellement parlant, à partir dans ce genre de débat, néanmoins je crois que Sarte a cru bon d'écrire cet ouvrage pour faire comprendre à ce qui n'y comprenais pas grand chose ce qu'était véritablement pour lui l'existentialisme.
    Il redéfinis ce qu'est l'existentialisme dans ce livre, et en donne une conception bien plus abouti que ce que les détracteurs en extrayait. Je veux bien te croire pour ce qui est des théories existentialiste des autres auteurs mais je crois que Sartre ne peut-être montré comme philosophe anti-humaniste (bien que dans son livre La Nausée il est vivement critiqué l'humanisme)
  • ENSENS Membre
    je n'ai rien dit d'autre que ce que tu dis
  • AlphAlph Membre
    Pour trouver à l'humanisme un opposé, il faut déjà énumérer les critères qui servent à définir celui-ci. On a déjà dit que l'humanisme plaçait l'homme au centre des débats. C'est un premier point. Avant d'en ajouter un autre, il serait bon de développer celui-là. Qu'est-ce qui, en l'homme, est spécifiquement humain? Voilà quelle pourrait être la question d'un humaniste. L'humanité, pour lui, ce n'est pas seulement une donnée biologique, c'est aussi le fait de développer certaines facultés (sensibilité, intelligence) et acquérir un savoir universel. Cela nous amène donc à un deuxième critère: l'humanisme est une doctrine qui croit au potentiel perfectible de l'humanité, qui accorde une importance de choix à la Raison, qui espère nourrir l'homme d'un savoir qui va le grandir... C'est dans cette confiance accordée à la Raison, dans cette conviction qu'il existe une essence de l'Humanité (l'Humanité n'est donc pas une notion relative) que pourrait se nicher le motif d'un éventuel désaccord.
  • Pascal n'est pas humaniste au sens où il ne place pas l'homme au centre de sa pensée, celui-ci ne valant pas grand-chose quand il ne s'en remet pas totalement à Dieu.
    Il suffit de lire chez Pascal que "le coeur de l'homme est creux et plein d'ordure"...
    En ce sens, la pensée de Pascal n'est pas un humanisme, mais un anti-humanisme ; un "christocentrisme".
  • j'allais le dire , le XVIIe , précisément le baroque où l'on peut retrouver l'instantanéité de l'homme, l'insoluble caractère de celui-ci et aussi des thèmes récurents comme la mort et l'éloge des péssimistes à l'art et d'autre formes d'expressions.

    J'espère avoir répondu...



    Salut!
    Leah a écrit:
    En quoi PAscal serait-il à l'inverse de l'humanisme ?
    au fait qu'il soit chrétien , en rien le christianisme est humanisme!
  • moralistesParis a écrit:
    en rien le christianisme est humanisme!
    Ah ? Euh, juste quelques contre-exemples d'époques différentes parmi les milliers qu'on pourrait trouver (dans les deux sens : défendre ou attaquer) : Jésus, Rousseau, l'Abbé Pierre...

    Est-ce juste une de ces postures athéistes idiotes et à la mode ou y a-t-il de l'argumentation derrière ? Si oui, où est-elle cachée ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.