L'écriture est la seule forme parfaite du temps

Bonjour,

Je suis en première année de Lettres Modernes, et je bloque sur un sujet de dissertation. Il s'agit d'une phrase de Le Clézio, extraite de son essai, L'extase matérielle :
"L'écriture est la seule forme parfaite du temps".
Je me suis procurée l'ouvrage afin de m'éclairer sur la signification des propos de l'auteur, mais cela fut vain.
J'éprouve des difficultés pour définir la notion de "temps". En philosophie, il s'agit de la dimension universelle, mesurable et nécessaire de la succession irréversible des événements. Mais puis-je parler du temps ainsi d'un point de vue littéraire ? Dois-je considérer la durée, l'aspect subjectif du temps ?
Et qu'est-ce qu'une "forme du temps" ? Comment le temps peut-il prendre forme, être matérialisable, représentable ?

J'ai commencé à élaborer un plan, dont voici les grands axes :

I/ Comment peut-on donner une forme concrète au temps ?
II/ Quel est le rapport entre le temps et l'écriture ?
III/ Existe-t-il d'autres représentations du temps, supplantant celle de l'écriture ?

Qu'en pensez vous ? Ce plan n'est-il pas trop philosophique ?...
Auriez-vous des pistes de réflexion, ou des conseils pour me guider ?
Merci beaucoup.

Réponses

  • bonjour,
    je suis en première année de licence et je dois faire ma première dissertation de cette année, dont le sujet est "l'écriture est la seule forme parfaite du temps", j'ai beaucoup de mal à éléborer un plan qui nuancerait un peu la citation de le clezio . J'ai compris le mot "forme" comme concrétisation, ou matérialisation du temps mais à part celà je n'ai que très peu d'idées et de références d'ou ma difficulté pour le plan!merci beaucoup à quiconque pourra m'apporter un peu d'aide!
  • Merci pour cette réponse, j'avais déjà lu ce plan que je trouvais pas mal mais le problème c'est que je n'ai pas beaucoup de références me permettant de remplir ce plan. Pourriez vous me proposer des oeuvres ou citations qui pourraient répondre à ce sujet? Merci encore !!!
  • En entrant 'forme du temps' en Google et en chaerchant plus loin que les deux premiers liens, je suis tombé sur ceci.
  • Merci je vais de suite essayé de tirer des choses du site, même si la tournure des phrases me parrait un peu compliquée!merci beaucoup pour votre aide!Je suis ouverte à d'autres infos si vous en avez parce que là je plane un peu pour ce sujet!
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Je crois que la piste de JSC te conduit vers la philosophie de l'Histoire, un aspect particulier du sujet. Il faudrait recentrer ta réflexion sur le récit et ses formes narratives. En quoi le travail de l'écrivain permet-il une maîtrise du temps ? Proust me paraît en l'occurence incontournable.
  • merci encore pour la citation et la référence, j'avais pensé à proust mais je n'étais pas sur que cela convienne au sujet!bonne journée!
  • Le Clézio, écrit-il d'un ton littéraire, ou d'un ton philosophique?
    Le corps est vie, l'esprit est mort. La matière est être, l'intellect néant. Et le secret absolu de la pensée est sans doute ce désir jamais oublié de se replonger dans la plus extatique fusion avec la matière.
    J'ai du mal aussi à savoir ce qui est une forme de temps littéraire.

    La vie, serait-elle seule maîtresse du temps?
  • Le mot “forme” me semble inclure une dimension physique ; je penserais à l'acte physique d'écrire, qui se déroule linéairement, avec un début, une fin, dans une durée. C'est une fixation du temps à l'aide de la main, du bras, des yeux, et finalement du corps entier.
    Fusion avec la matière, peut se comprendre ainsi, l'acte se mêle à la pensée.
  • moi aussi j'avais vu forme comme matérialisation, dc l'écriture serait la seule matérialisation du temps. J'avais pensé que le roman notamment avec sa succéssion des évènements, l'intrigue représentait bien cette matérialisation du temps. Vous en pensez quoi?merci encore pour votre aide!!!
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Il faut effectivement définir le mot forme au préalable :
    A partir du Littré :
    FORME [for-m'] s. f.
    1° Dans le sens le plus général, l'ensemble des qualités d'un être, ce qui détermine la matière à être telle ou telle chose.
    2° Terme de chimie. Forme solide, liquide, gazeuse, les corps à l'état solide, liquide, gazeux.
    3° Fig. État, aspect.
    4° Fig. La constitution, le mode particulier de certaines choses.
    5° Terme de scolastique. Forme substantielle, ou, simplement, forme, principe distinct qui donne une manière d'être aux choses, qui leur donne leurs attributs.
    6° Terme de théologie. La forme d'un sacrement, les paroles sacramentelles que le prêtre prononce en le conférant.
    7° Terme de grammaire.
    8° En un sens restreint, l'apparence extérieure sous laquelle un corps se montre à nos yeux.
    9° Terme de calligraphie du moyen âge.

    11° Tour du style, diverses façons d'exprimer la pensée.
    12° Manière dont une chose est présentée ou traitée, par opposition à ce qui en fait le fond.
    13° La formule usitée dans certains actes ou écrits, la manière dont on les rédige habituellement.
    14° La forme d'un argument, la manière bonne ou mauvaise dont les parties d'un argument sont disposées.
    15° Manière ou façon d'agir, de procéder suivant certaines règles, certains usages convenus. 16
    17° Terme d'arts. Moule sur lequel on donne à certaines choses la forme qui leur convient.
    Tu as là bien des pistes sur le fond et la forme. :)
  • merci je vois grâce à cela le sens du mot forme . J'aimerais encore solliciter votre aide pour le plan, en fait je voulais le faire nuancé, pour qu'il n'y est pas seulement des affirmations concernant la citation. Pensez vous que c'est une bonne idée? qu'est-ce qui pourrait me permettre de nuancer la citation? MERCI!De plus pour répondre à JSC je pense que Le Clézio écrit sur un ton litteraire et non philosophique.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Il te faut d'abord définir une problématique.
    Et encore avant, réfléchir sur le mot temps. Traditionnellement, on distingue passé, présent, futur. Est-ce que ces trois moments connaissent des traitements égaux dans la littérature ? Ne dit-on pas que l'Histoire est née avec l'écriture ?...
  • Le sujet est très bien posé. Mais la réponse est extraordinairement difficile. J'étais en train de réfléchir et d'écrire quelque chose quand mon fils m'a apporté un ordinateur qu'il m'offrait. Il est superbe mais,
    il n'a pas de son. Il est superbe mais il a vista et n'accepte pas les fichiers word qui sont ma bibilothèque, etc... Tout cela a une solution, mais il faut y penser et je patine complètement dans la technique, ce qui ne me laisse pas le temps de méditer une réponse adéquate.
    Mais le sujet est beau. Si on lui retire sa beauté, il n'y a plus de sujet mais seulement un débat philosophique sec et vain. Pour éviter cela, il faut coller à l'auteur, se mettre dans sa peau.
    C'est tout ce que j'ai le temps de dire.
  • Jean-Luc a écrit:
    Et encore avant, réfléchir sur le mot temps. Traditionnellement, on distingue passé, présent, futur. Est-ce que ces trois moments connaissent des traitements égaux dans la littérature ?
    Les philosophes ont tendance à traiter le temps dans deux sens:
    - sa continuité (ævum => âge
    - fraction de la durée (tempus => temps)


    Alors dans ce titre on pourrait considérér temps comme 'époque' ou 'le passage de temps'.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.