"Ce que" introduisant une complétive ou une relative

Bonjour,

Je me suis rendu compte que j'avais du mal à reconnaître si "ce que" introduit une subordonnée complétive, ou une subordonnée relative (ou autre chose? est-ce possible?)
Par exemple, Je veillerai à ce que vous soyez satisfaits, ou Je me moque de ce que vous pensez. (je n'arrive pas à identifier le type de proposition dans ces phrases) et Ce qu'il peut faire froid! ou encore Ce dont vous m'avez parlé hier me soucie (qui seraient relatives selon mon exercice).

Merci de m'éclairer un peu sur comment identifier une proposition introduite par "ce que" !

Réponses

  • Il faut regarder si "que" à une fonction dans la subordonnée, en procédant à une dislocation. Vous pouvez aussi voir si "ce que" serait remplacé par "celui qui" si l'on parlé d'un animé. Le subjonctif est aussi un indice en faveur de la complétive.

    Je veillerai à ce que vous soyez satisfaits,
    Que vous soyez satisfaits, j'y veillerai : pas de fonction pour "que", il introduit le subjonctif => complétive

    Je me moque de ce que vous pensez.
    Vous pensez cela, je m'en moque => relative
    Je me moque de celui à qui vous pensez => relative

    Ce qu'il peut faire froid !
    Il s'agit de la forme interrogative "ce que" utilisée dans un énoncé exclamatif.

    Ce dont vous m'avez parlé hier me soucie
    Obligatoirement une relative, une conjonctive complétive c'est toujours avec "que" :

    Mais il y a des cas ambigus où les deux interprétations sont possibles :
    Il s'est formalisé de ce que nous décidions sans lui.
    1. il s'est formalisé de cela; nous décidions de cela sans lui. => relative
    2. que nous décidions sans lui, il s'en est formalisé. => complétive :
    Le mode subjonctif (à moins que ce soit un imparfait !) indique que cette forme ambiguë est plutôt interprétée comme une complétive.
  • CamouchCamouch Membre
    Merci!
    Oui en fait le secret de la grammaire, c'est de disloquer ou transformer la phrase pour mieux la "comprendre" !
  • Bonsoir,

    Anne,

    Dans votre exemple : "Je veillerai à ce que vous soyez satisfaits"
    comment s'analyse "ce" ? Fait-il partie de la conjonction (ce que) ?

    merci
  • JehanJehan Modérateur
    On pourrait considérer ce comme un pronom (= cela) complété par la complétive proprement dite, introduite par la conjonction que..
    Cependant, pour l'analyse, mieux vaut considérer ce que comme une locution conjonctive introduisant la complétive COI.
    (Ne pas confondre avec la locution pronominale ce que introduisant une relative ou une interrogative indirecte).
  • Bonjour,

    Deux exemples et leur analyse me posent problème :

    "Je m'oppose à ce que tu viennes" : le Que est analysé comme une conjonction de subordination introduisant une complétive
    "Je m'oppose à ce que tu viens de dire" : le Que est analysé comme une pronom relatif

    Je ne comprends pas la différence, peut-on m'aider ?
    Merci bien !
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Je m'oppose à ce que tu viennes.
    Comme il est expliqué dans la grammaire Riegel dont tu tires ces exemples, le que de cette première phrase n'a aucune fonction dans la subordonnée; il ne peut être un pronom relatif COD, le verbe "viennes" étant intransitif. Il ne peut donc être qu'une conjonction de subordination sous la forme à ce que, qui sert à introduire les complétives de verbes se construisant avec un COI. Dans une analyse plus fine, on considère que la complétive "que tu viennes", est apposée au pronom démonstratif ce (= cette chose) :
    Je m'oppose à cette chose : que tu viennes.

    Je m'oppose à ce que tu viens de dire.
    En revanche, le que de la seconde phrase est bien un pronom relatif, ayant la fonction de COD de l'infinitif "dire".
    Dire quoi ? Cette chose.
    Je m'oppose à ce (= à cette chose ) que tu viens de dire.
  • Bonjour,

    J'ai constaté que les complétives introduites par ce que sont COI : je m'attends à ce qu'il vienne.

    Mais dans la phrase Nous faisons ce que nous pouvons pour l'aider (principale + complétive par ce que / COD), pourquoi utilise-t--on ce que et pas que ?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    La proposition ce que nous pouvons n'est pas une complétive, c'est une relative périphrastique, équivalant à un GN :
    Nous faisons ce que nous pouvons (faire) = Nous faisons la chose que nous pouvons faire.

    Le que a une fonction dans la relative : COD de l'infinitif "faire" sous-entendu.
  • Ah, d'accord, merci.
  • Bonjour à toutes et à tous,

    Je suis nouvelle sur ce forum, j’espère donc poster ma question au bon endroit !
    Je prépare actuellement un concours et je me replonge donc dans notre belle langue française. Je rencontre des problèmes concernant la différenciation des subordonnées relatives ou complétives introduites par « ce que ». Voici quelques exemples que j’ai dans un de mes livres :

    Dans la phrase « C’est exactement ce que vous croyez. », on peut dire « C’est exactement la chose que vous croyez. », « ce que » est une locution relative où « que » est un pronom relatif, COD du verbe « croyez » et « ce que vous croyez » est une proposition subordonnée relative ?

    A l’inverse, dans la phrase « Je tiens à ce que vous veniez à cette conférence. » on ne peut pas remplacer « ce » par « la chose », « ce que » est une locution complétive où « que » n’a pas de fonction et « à ce que vous veniez à cette conférence », est une subordonnée complétive, COI du verbe « veniez » ?

    Mais dans la phrase « Il est finalement arrivé à ce qu’il voulait », on m’indique une subordonnée complétive. Pourtant on pourrait remplacer par « il est finalement arrivé à « la chose » qu’il voulait » ? Je suis perdue

    Idem dans la phrase « Savons-nous vraiment ce que nous voulons faire ? », nous sommes dans le cas d’une subordonnée interrogative indirecte, qui est une forme de complétive. Pourtant on pourrait dire « Savons-nous vraiment « la chose » que nous voulons faire ? ». Qu’en est-il ?

    Un grand merci pour vos lumières !

    Cordialement,
    Marie
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.
    Dans la phrase « C’est exactement ce que vous croyez. », on peut dire « C’est exactement la chose que vous croyez. », « ce que » est une locution relative où « que » est un pronom relatif, COD du verbe « croyez » et « ce que vous croyez » est une proposition subordonnée relative ?
    Ce que tu appelles "locution relative" (combinaison d'un pronom démonstratif antécédent et d'un pronom relatif" est nommé " pronom décumulatif". Il introduit bien une proposition relative, appelée "relative périphrastique" équivalant à un GN (ici, en fonction d'attribut du pronom sujet C'). Dans une relative, le pronom que a une fonction : ici, COD du verbe "croyez".
    A l’inverse, dans la phrase « Je tiens à ce que vous veniez à cette conférence. » on ne peut pas remplacer « ce » par « la chose », « ce que » est une locution complétive où « que » n’a pas de fonction et « à ce que vous veniez à cette conférence », est une subordonnée complétive, COI du verbe « veniez » ?
    Oui, "à ce que vous veniez" est bien une subordonnée conjonctive complétive, dans laquelle la conjonction que n'a pas de fonction. Cette complétive est bien COI, mais évidemment pas COI de son propre verbe. Elle est COI de "m'attendais".
    Mais dans la phrase « Il est finalement arrivé à ce qu’il voulait », on m’indique une subordonnée complétive. Pourtant on pourrait remplacer par « il est finalement arrivé à « la chose » qu’il voulait » ?
    Je suis d'accord avec toi, je verrais plutôt ici une relative périphrastique COI de "est arrivé".
    Il est arrivé à ce qu'il voulait > Il est arrivé à ses fins.
    Idem dans la phrase « Savons-nous vraiment ce que nous voulons faire ? », nous sommes dans le cas d’une subordonnée interrogative indirecte, qui est une forme de complétive. Pourtant on pourrait dire « Savons-nous vraiment « la chose » que nous voulons faire ? ». Qu’en est-il ?
    Une proposition complétive interrogative n'est pas forcément introduite par une conjonction (si).
    Elle peut être introduite par un adverbe interrogatif (pourquoi, comment, quand...) ou par un pronom interrogatif simple (qui, quoi... ) ou composé (ce qui, ce que...).
  • Bonjour Jehan,

    Merci beaucoup pour votre réponse qui m’aide à y voir beaucoup plus clair!

    Bonne journée :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.