Rostand, Cyrano de Bergerac, acte III, scène 10

Bonjour tout le monde , j'aurai besoin d'un peu d'aide je suis venu ici pour qu'on m'explique pour avoir la réponse.Je dois faire un commentaire sur cet extrait ,je l'ai fait mais je suis pas sur pour les axes.
MERCI d'avance
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac.

[La scène se passe à Paris, au XVIIe siècle. Cyrano, aussi célèbre pour ses prouesses militaires que pour son physique disgracieux, aime sa cousine Roxane. Mais celle-ci lui a confié qu'elle aime le beau Christian et en est aimée. Elle reproche cependant à ce dernier de ne pas savoir lui parler d'amour. Prêt à se sacrifier, Cyrano, poète à ses heures, décide d'aider Christian. Ainsi, quand celui-ci, dissimulé avec Cyrano sous le balcon de Roxane, la désespère par la maladresse de son discours amoureux, Cyrano décide de venir en aide à son rival en se faisant passer pour lui.]

ROXANE, s'avançant sur le balcon
C'est vous ?
Nous parlions de... de... d'un...

CYRANO
Baiser. Le mot est doux !
Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose;
S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
Ne vous en faites pas un épouvantement :
N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
Quitté le badinage et glissé sans alarmes
Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
Glissez encore un peu d'insensible façon :
Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !

ROXANE
Taisez-vous !

CYRANO
Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d'un peu se respirer le cœur,
Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme !

ROXANE
Taisez-vous !

CYRANO
Un baiser, c'est si noble, madame,
Que la reine de France, au plus heureux des lords,
En a laissé prendre un, la reine même !

ROXANE
Alors !

CYRANO, s'exaltant.
J'eus comme Buckingham1 des souffrances muettes,
J'adore comme lui la reine que vous êtes,
Comme lui je suis triste et fidèle...

ROXANE
Et tu es
Beau comme lui !

CYRANO, à part, dégrisé.
C'est vrai, je suis beau, j'oubliais !

ROXANE
Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille...

CYRANO, poussant Christian vers le balcon
Monte !

ROXANE
Ce goût de cœur...

CYRANO
Monte !

ROXANE
Ce bruit d'abeille...

CYRANO
Monte !

CHRISTIAN, hésitant
Mais il me semble, à présent, que c'est mal !

ROXANE
Cet instant d'infini !...

CYRANO
Monte donc, animal !

Christian s'élance, et par le banc, le feuillage, les piliers, atteint les balustres qu'il enjambe.

CHRISTIAN
Ah ! Roxane !

Il l'enlace et se penche sur ses lèvres.

CYRANO
Aïe ! au cœur, quel pincement bizarre !
Baiser, festin d'amour, dont je suis le Lazare2 !

1. Duc anglais, amant de la reine de France dans Les Trois mousquetaires d'Alexandre Dumas.
2. Personnage de l'évangile, pauvre et malade, qui vivait des restes de festin de la table d'un riche.
Alors voici mes axes: I / stratégie de séduction a/ Le discours de cyrano b/ Le retournement de situation II/La fin de scène tragique
a/Le registre Pathétique
On me demande d'étudier la stratégie de séduction déployé par Cyrano pour arriver à ses fins et je dois montrer en m'appuyant sur des références précises que le texte mêle étroitement le registre comique et pathétique
«13

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Alfa,

    1. stratégie de séduction déployée par Cyrano pour arriver à ses fins
    • Cyrano dédramatise,
    • Il donne envie en poétisant (métaphore de l'abeille et du miel)
    • Pour lever les dernières réticences, il déculpabilise et se fonde sur l'exemple illustre de la souveraine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII, qui a accordé ce privilège à Buckingham (voir les Trois mousquetaires de Dumas)

    2. ce texte mêle les registres pathétique et comique.
    • Pour le comique
    Comique de situation : un rôle, le soupirant, joué par deux personnages, l'apparence et la voix.
    Comique de gestes et de mots : Cyrano pousse Christian : réticences de Christian, répétition des "monte" ponctué par l'épithète d'"animal" (qui vient de plus en contraste comique aux propos rêveurs et éthérés de Roxane : "instant d'infini")
    Christian qui ne sait dire qu'un "ah" bien vulgaire en opposition aux discours abondants et fleuris de Cyrano.
    Le comique est fondé sur l'opposition de deux personnages typés : le beau mais fade et fruste Christian de Neuvilette, le laid Cyrano aux paroles ô combien séduisantes.

    • Le registre pathétique apparaît une première fois quand Cyrano s'identifie à Lord Buckingham et évoque "souffrances" et tristesse. Cyrano s'est laissé prendre à son propre jeu.
    Il revient à la fin avec le sacrifice de Cyrano. "Aïe", interjection de douleur, "pincement". Métaphore du pitoyable Lazare, personnage symbolique dans la parabole évangélique du riche et du pauvre : le mendiant Lazare dispute aux chiens quelques miettes tombées de la table du riche méprisant. Cyrano se voit ignoré et méprisé comme Lazare.
    Le pathétique est lui aussi fondé sur l'opposition de ces deux personnages : d'un côté, le jeune premier limité, l'amoureux transi, Christian, tout entier tourné vers la femme aimée ; de l'autre, le noble Cyrano à l'âme délicate, la grâce amoureuse défigurée par la disgrâce physique. Le premier ne peut deviner le secret et le douloureux sacrifice du second.
  • alfaalfa Membre
    Bonsoir Jean-luc merci de ton coup de main
  • leenaleena Membre
    Bonjour.

    J'ai ce même extrait à analyser, mais sans aucune indication précise. J'ai du mal à trouver un plan qui tienne la route et qui ne passe au-dessus de rien : amour, séduction, mensonge, pathétique et comique mêlés...

    Cela fait deux semaines que je réfléchis dessus et que je reste coincée au niveau du plan, surtout des sous-parties, là ça devient urgent. Merci de bien vouloir m'aider.J'ai finalement décidé de reprendre le plan qu'a indiqué le professeur d'Alfa pour les grandes parties, et les indications de Jean-Luc pour certaines de mes sous-parties.

    I - Les stratégies de séduction employées par Cyrano
    1)La dédramatisation
    *"Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose"
    *"Ne vous en faites pas un épouvantement"
    2)La poésie
    *définition du baiser en accumulation de métaphores
    *oxymore "un instant d'infini"
    3)L'hymne à la femme aimée
    *"J'adore [...] la reine que vous êtes"
    II- L'association des registres comique et pathétique
    1)Le comique
    *répétition de "Monte!"
    *opposition entre les deux personnages et leurs discours, etc
    2)Le pathétique
    *comparaisons à Buckingham puis à Lazare


    Cependant j'aimerais réussir à placer le thème du mensonge mais je ne sais pas où :s Du fait que Cyrano se fait passer pour Christian sans que Roxane ne le sache. Avec notamment : Cyrano, à part, dégrisé "C'est vrai, je suis beau, j'oubliais!".
    Pensez-vous que je puisse l'ajouter à la deuxième partie ou est-ce que je devrai en faire une troisième partie? Dans la deuxième solution, j'ai peur de ne pas avoir de quoi développer suffisamment.

    Merci beaucoup pour votre aide.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Leena,

    Comme toujours, il faut commencer par définir un parcours de lecture (ou problématique).
    Ici, il pourrait s'agir d'une scène d'amour revisitée. En effet nous avons la scène du balcon, les amoureux séparés, la déclaration comme dans Roméo et Juliette…
    Tu pourrais essayer le plan suivant :
    1 - une situation classique
    2 - à la mode romantique : le mélange des genres
    3 - l'introduction géniale d'un tiers : qu'apporte la présence de Cyrano ? Utilité dramatique, intérêt du personnage...
  • leenaleena Membre
    Merci Jean-Luc.

    Mon problème est que je n'ai plus beaucoup de temps (je dois rendre mon commentaire samedi au plus tard) et ton plan me demanderai trop de recherche... J'en sais malheureusement trop peu sur la situation classique ou sur le romantisme pour les développer en deux grandes parties, et en si peu de temps.

    J'avais pensé à une problématique de type "En quoi cette scène présente-t-elle un jeu de séduction mêlant les registres comique et pathétique?"
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Leena,

    Ton plan peut convenir.
    Le thème du mensonge, du déguisement peut être placé dans le registre comique. Note son expansion dans le registre tragique avec la méprise ultérieure, le thème du sacrifice...
  • leenaleena Membre
    D'accord, avec ça je vais enfin pouvoir passer à la rédaction.

    Merci beaucoup pour ton aide !
  • Bonjour, je passe mon oral du bac de français dans une semaine, et je suis en train de faire une fiche sur cette scène... le probleme c'est que sur l'expli que m'a donné ma prof, il y a marqué que Cyrano tente de convaincre Roxane, et je ne vois pas en quoi il fait appel à sa logique.
    Auriez-vous une idée?


    ROXANE, s'avançant sur le balcon
    C'est vous ?
    Nous parlions de... de... d'un...

    CYRANO
    Baiser. Le mot est doux !
    Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose;
    S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
    Ne vous en faites pas un épouvantement :
    N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
    Quitté le badinage et glissé sans alarmes
    Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
    Glissez encore un peu d'insensible façon :
    Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ?
    Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
    Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
    Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
    C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
    Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
    Une communion ayant un goût de fleur,
    Une façon d'un peu se respirer le cœur,
    Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, c'est si noble, madame,
    Que la reine de France, au plus heureux des lords,
    En a laissé prendre un, la reine même !

    ROXANE
    Alors !

    CYRANO, s'exaltant.
    J'eus comme Buckingham1 des souffrances muettes,
    J'adore comme lui la reine que vous êtes,
    Comme lui je suis triste et fidèle...

    ROXANE
    Et tu es
    Beau comme lui !

    CYRANO, à part, dégrisé.
    C'est vrai, je suis beau, j'oubliais !
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Cyrano tente de convaincre Roxane de donner ce baiser. Il utilise des arguments en gradation dont le fameux argument d'autorité (avec l'exemple de Buckingham)... Identifie-les.
  • mon professeur de français m'a demandé de trouver toutes les figures de styles dans l'acte III scène 10. J'en ai trouvé quelques une mais il doit m'en manquer beaucoup.
    "oxymore "un instant d'infini""
    " Métaphore avec le personnage Lazare"
    "Il utilise des arguments en gradation (avec l'exemple de Buckingham"
    "accumulation de métaphores lors de la définition du baiser"

    Merci de bien vouloir m'aider

    Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac.

    [La scène se passe à Paris, au XVIIe siècle. Cyrano, aussi célèbre pour ses prouesses militaires que pour son physique disgracieux, aime sa cousine Roxane. Mais celle-ci lui a confié qu'elle aime le beau Christian et en est aimée. Elle reproche cependant à ce dernier de ne pas savoir lui parler d'amour. Prêt à se sacrifier, Cyrano, poète à ses heures, décide d'aider Christian. Ainsi, quand celui-ci, dissimulé avec Cyrano sous le balcon de Roxane, la désespère par la maladresse de son discours amoureux, Cyrano décide de venir en aide à son rival en se faisant passer pour lui.]

    ROXANE, s'avançant sur le balcon
    C'est vous ?
    Nous parlions de... de... d'un...

    CYRANO
    Baiser. Le mot est doux !
    Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose;
    S'il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
    Ne vous en faites pas un épouvantement :
    N'avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
    Quitté le badinage et glissé sans alarmes
    Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
    Glissez encore un peu d'insensible façon :
    Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ?
    Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
    Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
    Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
    C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
    Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
    Une communion ayant un goût de fleur,
    Une façon d'un peu se respirer le cœur,
    Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, c'est si noble, madame,
    Que la reine de France, au plus heureux des lords,
    En a laissé prendre un, la reine même !

    ROXANE
    Alors !

    CYRANO, s'exaltant.
    J'eus comme Buckingham des souffrances muettes,
    J'adore comme lui la reine que vous êtes,
    Comme lui je suis triste et fidèle...

    ROXANE
    Et tu es
    Beau comme lui !

    CYRANO, à part, dégrisé.
    C'est vrai, je suis beau, j'oubliais !

    ROXANE
    Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille...

    CYRANO, poussant Christian vers le balcon
    Monte !

    ROXANE
    Ce goût de cœur...

    CYRANO
    Monte !

    ROXANE
    Ce bruit d'abeille...

    CYRANO
    Monte !

    CHRISTIAN, hésitant
    Mais il me semble, à présent, que c'est mal !

    ROXANE
    Cet instant d'infini !...

    CYRANO
    Monte donc, animal !

    Christian s'élance, et par le banc, le feuillage, les piliers, atteint les balustres qu'il enjambe.

    CHRISTIAN
    Ah ! Roxane !

    Il l'enlace et se penche sur ses lèvres.

    CYRANO
    Aïe ! au cœur, quel pincement bizarre !
    Baiser, festin d'amour, dont je suis le Lazare !
  • Bonjour, cher amis et amies littéraires !

    Avec notre groupe de littérature, ( seconde cycle) nous nous sommes posé la question : Comment cette scène se présente comme une scène de libertinage ?

    Sur le même passage, Acte II scène 10.

    Je suis arrivés sur un plan similaire à celui de Leena ;
    I - Les stratégies de séduction employées par Cyrano
    1)La dédramatisation
    *"Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l'ose"
    *"Ne vous en faites pas un épouvantement"
    2)La poésie
    *définition du baiser en accumulation de métaphores
    *oxymore "un instant d'infini"
    3)L'hymne à la femme aimée
    *"J'adore [...] la reine que vous êtes"
    II- L'association des registres comique et pathétique
    1)Le comique
    *répétition de "Monte!"
    *opposition entre les deux personnages et leurs discours, etc
    2)Le pathétique
    *comparaisons à Buckingham puis à Lazare
    A quelques points près, mais je ne suis pas certains que cela corresponde bien à ma problématique ? Qu'en pensez vous ? De plus je ne saisis pas vraiment le sens de cette problématique, malgres les multiples explications, de notre intervenant, que je salue au passage!

    Merci de votre réponse, j'espère qu'elle sera des plus rapides, notre prochaine session est dans peu de temps !

    Merci
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Le terme de libertinage me paraît bien fort pour cette scène de séduction que je qualifierais plutôt de précieuse.

    Voilà une approche du libertinage sur Wikipedia ici qui devrait permettre de mieux répondre à la problématique.

    Séduction, oui.
    Recherche du plaisir, égoïsme, dépravation, non.
    Embellissement et maniérisme précieux, plutôt.
  • Bonjour, Je suis en 2nd et j'ai également un commentaire à faire sur cet extrait de Cyrano de Bergerac.. Mon proffesseur nous a donné des exemples de plan, dont celui proposé par Wandrall, pour nous aider.

    J'ai bientot fini mon commentaire mais je ne comprend pas ce que vous vouliez dire par la "dédramatisation" de cyrano =( , pourriez-vous être d'avantage explicite ?

    Merci d'avance pour votre aide. =D
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Par dédramatisation il faut entendre banalisation, atténuation de la gravité, tentative de dissiper les peurs...
  • Bonjour tout les monde, je suis à la recherche d'un peu d'aide. J'ai des questions sur l'acte III scène X de Cyrano de Bergerac. En attente de votre aide ou de quelques explications. Je bloque plus sur la première question, la seconde est achever de mon coté mais si vous avez quelques idée sur celle-ci elles seront toujours utile. :) Merci

    ROXANE, s’avançant sur le balcon
    C’est vous ?
    Nous parlions de… de… d’un…

    CYRANO
    Baiser. Le mot est doux !
    Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l’ose ;
    S’il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
    Ne vous en faites pas un épouvantement
    N’avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
    Quitté le badinage et glissé sans alarmes
    De sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
    Glisser encore un peu d’insensible façon
    Des larmes au baiser il n’y a qu’un frisson !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
    Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
    Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
    Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
    C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
    Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
    Une communion ayant un goût de fleur,
    Une façon d’un peu se respirer le cœur,
    Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !

    ROXANE
    Taisez-vous !

    CYRANO
    Un baiser, c’est si noble, Madame,
    Que la reine de France, au plus heureux des lords,
    En a laissé prendre un, la reine même !

    ROXANE
    Alors !

    CYRANO, s’exaltant
    J’eus comme Buckingham des souffrances muettes,
    J’adore comme lui la reine que vous êtes,
    Comme lui je suis triste et fidèle…

    ROXANE
    Et tu es
    Beau comme lui !

    CYRANO, à part, dégrisé
    C’est vrai, je suis beau, j’oubliais !

    ROXANE
    Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille…

    CYRANO, poussant Christian vers le balcon
    Monte !

    ROXANE
    Ce goût de cœur…

    CYRANO
    Monte !

    ROXANE
    Ce bruit d’abeille…

    CYRANO
    Monte !

    CHRISTIAN, hésitant
    Mais il me semble à présent que c’est mal !

    ROXANE
    Cet instant d’infini !…

    CYRANO, le poussant
    Monte donc, animal !
    Christian s’élance, et par le banc, le feuillage, les piliers, atteint les balustres qu’il enjambe.

    CHRISTIAN
    Ah ! Roxane !
    Il l’enlace et se penche sur ses lèvres.

    CYRANO
    Aïe ! au cœur, quel pincement bizarre !
    — Baiser, festin d’amour dont je suis le Lazare !
    Il me vient de cette ombre une miette de toi,-
    Mais oui, je sens un peu mon cœur qui te reçoit,
    Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre
    Elle baise les mots que j’ai dits tout à l’heure !


    Questions:
    1/ Quels procédés dramatiques permettent à l'auteur d'établir dans cette scène une complicité avec le spectateur?

    2/Relevez et analysez les méthaphores désignant le baiser. Quelles caractéristiques du language de Cyrano révèle l'emploi de ces méthaphores?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.