Avis sur l’œuvre de Kafka

Bonsoir,

Je suis revenue de Prague depuis peu et je me suis beaucoup intéressée en toute logique à l'oeuvre de Kafka. Et, à ma grande surprise, j'ai découvert un écrivain dont la vision des choses a une réelle résonance en moi. Je n'ai pour l'instant lu que la Métamorphose et le Procès mais j'ai déjà plusieurs questions ou plutôt une curiosité inassouvie et j'aimerais bien que des gens qui aiment ou qui connaissent le sujet viennent en parler.
Le Procès est un roman très bien construit, du moins c'est l'impression que j'en ai. Tout du moins je trouve certaines scènes sont vraiment très particulières et presque métaphoriques, j'aimerais saisir encore plus la portée de cette oeuvre alors si vous voulez bien venir en parler, commenter, donner votre avis, sur cette oeuvre, sur les autres, sur l'écrivain, surtout ne vous privez pas.
J'espère en découvrir davantage sur l'univers de ce pragois mystérieux !

Dans l'attente de vous lire ;),
Lyo
Mots clés :

Réponses

  • Chère Lyo92,

    moi-également (comme beaucoup, j'espère, heureusement) ait admiré l'œuvre de Kafka (quoique j'ai lu peu de lui).
    Il y a quelques écrivains pour lesquels on peut éprouver cela, car ils ont quelque chose à dire, et en les lisant, on ne se divertit pas, mais on ... mûrit.
    J'ai surtout adoré Le Château, qui reste une de mes lectures préférées (je n'ai pas tant aimé par contre la Métamorphose, certainement parce que je l'ai lue trop jeune).

    Concernant Le Procès, il y a eu notamment une adaptation au cinéma d'Orson Wells (si je ne me trompe pas), avec Jeanne Moreau.
    Effectivement, sa vision de la bureaucratie et de l'absurdité administrative, à son paroxysme aujourd'hui, ne peut qu'avoir une résonnance en nous. Tellement elle prend le dessus sur l'Humain.

    Comme beaucoup de grands écrivains, c'est par sa sur-sensibilité peut-être que Kafka nous apparaît si fort.
  • PlatonaPlatona Membre
    Bonsoir,

    Je vous conseille une excellente adaptation théâtrale du Procès de Kafka: celle de Philippe Adrien et de Clément Poirée (Cie du troisième œil)!
  • Bonjour,

    Je suis contente de tomber sur cette discussion ! Car j'ai lu Procès de Kafka et... je n'ai pas du tout aimé. Pourtant je suis incapable d'expliquer pourquoi. Vous semblez vous être plus ou moins "retrouvés" dans ce roman, quant à moi, j'ai eu l'impression de "lire à côté" de la première à la dernière page. Ai-je manqué quelque chose ? Peut-être n'aurais-je pas dû commencer par celui-ci ?
  • 25p25p Membre
    Bonjour,

    après avoir relu le Procès dans une version différente, je l'ai de nouveau aimé, et vu d'un œil différent. C'est l'adaptation en bande-dessinée (détaillée ici : [lien invalide]).

    En fait, dans celle-ci, ils ont énormément mis en valeur le côté comique de l'œuvre, car il est (en y regardant bien) très souvent présent.

    Le graphisme également de cette bande dessinée est très bon. Lis-la et dis-moi ce que tu en penses.
  • Merci pour ce conseil. je viens de parcourir le site. je vais maintenant essayer de me procurer la BD.
  • Kafka est magnifique pour plein de raisons, mais si c'est possible il faut le lire en allemand, sa langue est, bien sûr, traduisible, mais son style est tellement meilleur à l'original.
  • Je voulais (pour m'aérer un peu l'esprit) un livre de science-fiction. C'est ainsi que je me suis retrouvé dans la chambre de Grégor Samsa, ce fut une révélation. Même si en fait je n'avais à l'époque pas compris grand-chose à cette métamorphose, la résonnance fut immédiate, profonde et durable. Cela fait maintenant pas mal d'années que je lis régulièrement l'oeuvre de Franz Kafka et parallèlement des essais et biographies consacrés à cet immense écrivain. Je recommande à tous la lecture de son premier roman L' Amérique (Le Disparu) traduit par Alexandre Vialatte, disponible en édition de poche. Je n'ai jamais compris que ce livre ait été unanimement boudé par la critique. Certes c'est une oeuvre de jeunesse mais elle déborde déjà de tout ce qui fait le génie de Kafka et la lecture en est sans doute plus aisée que celle du château. C'est - me semble-t'il - une excellente introduction pour qui veut lire Kafka. Mais vous serez prévenu, on n'en sort pas indemne.
  • presque métaphoriques
    Presque métaphorique? C’est une grande parabole de la vie humaine. Le Procès concerne le vie en général et le récit Métamorphose, qu’on peut appliquer à un cas particulier, n’était jamais science-fiction.
    Il y a des interprétations qui nous disent que Le Procès c’est un image du système, régime totalitaire : COMMENT ? Dans les années 20 et avant ? Aussi erronée est l’annalyse de Château par Max Brod, ami de Franz, qui veut tirer de la théologie : « Le château comme un symbole de la sagesse divine qui mène le monde ». Ce n’est qu’une réaction de l’auteur contre son environnement bancaire, où il avait travaillé. Envisageons aussi les rélations avec son père. Parce que SA vie est le clé de SES oeuvres.
    C’est le plus mystérieux des écrivains connus.
  • Bonjour,

    Je cherche une bonne biographe de Kafka (pour mon seul intérêt). Il semble que Marthe Robert soit la grande spécialiste francophone de l'auteur et qu'elle a écrit (1960) un ouvrage sur F.K. malheureusement, après une brève recherche sur Amazon, je n'ai pas trouvé trace de l'ouvrage en question.

    des idées?

    Merci
    Vincent.
  • Bonjour,

    Ayant été aussi très touché par l'oeuvre de Kafka, je ne saurais trop vous conseiller la lecture de son Journal, qui est, à mon sens, un témoignage poignant sur la relation complexe de Kafka à l'écriture, et sur la manière dont il raconte son existence très particulière faite d'une solitude éprouvante.
  • La maison Actes Sud, dans sa collection de poche Babel, a proposé récemment (2008 ou 2009) l'intégrale des récits de Kafka, et notamment des Récits posthumes et fragments...
  • Bonjour,

    Ayant lu plusieurs traductions du Procès ainsi que le texte en version allemande, je vous recommande celle de Bernard Lortholary (la plus récente, à ma connaissance...) qui me semble veritablement être la plus proche du style de Kafka. En l'occurence, je trouve que c'est celle qui mets le plus en valeurs l'humour de Kafka. La traduction de Viallate n'est pas mal du tout, mais je trouve qu'elle a finalement assez mal vielli...
  • vincents a écrit:
    Bonjour,

    Je cherche une bonne biographe de Kafka (pour mon seul intérêt). Il semble que Marthe Robert soit la grande spécialiste francophone de l'auteur et qu'elle a écrit (1960) un ouvrage sur F.K. malheureusement, après une brève recherche sur Amazon, je n'ai pas trouvé trace de l'ouvrage en question.

    des idées?

    Merci
    Vincent.


    Je relance la demande de Vincents car je suis moi aussi à la recherche d'une bonne biographie de Kafka !
    Auriez-vous des idées ?

    je vous remercie d'avance
  • On trouve celui de Marthe Robert d'occasion.
  • Pour Marthe Robert, attention quand même : il faut aimer l'approche psychanalytique...
    Au début de ce document pdf on trouve une petite bibliographie sur Kafka : http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_5231a7c5c7f85.pdf. La biographie d'Ernst Pawel, que je n'ai pas lue, semble conseillée.
    Il sera difficile à mon avis de trouver une biographie à peu près neutre de Kafka tant cet auteur semble clairement influencer différemment chaque lecteur et orienter toute biographie vers la lecture personnelle et herméneutique. Par exemple, Georges-Arthur Goldschmidt, un des traducteurs de Kafka, a écrit un petit essai sur lui, Celui qu'on cherche habite juste à côté. Lecture de Kafka, qui explore le thème de "l'innocent coupable" dans l'oeuvre de Kafka. A travers l'exemple de Kafka, Goldschmidt parle aussi de lui-même, de son sentiment d'illégitimité lorsqu'il était enfant (juif) pendant la guerre.
  • Ce n'est pas une biographie à proprement parler, mais je conseille beaucoup par ailleurs la lecture de Kafka va au cinéma (Kafka geht ins Kino) de Hanns Zischler (traduction française Olivier Mannoni. C'est une exploration très éclairante des rapports de Kafka avec le cinéma en son temps, sur la base de son journal et de ses correspondances.
    Une petite présentation du bouquin ici : [lien invalide]
    Un documentaire a été tiré du livre, je ne sais pas ce qu'il vaut (présentation en allemand ici : https://www.viennale.at/de/film/kafka-geht-ins-kino).
  • Je vous conseille la Lettre au père de Kafka. C'est un livre où s'exprime véritablement son mal-être et où on comprend un peu mieux des œuvres comme La Métamorphose ou la nouvelle du Verdict par exemple. Je vous le conseille vraiment car on se rapproche un peu plus de la personne de Kafka, qui a été, jusqu'à ce que je lise sa Lettre, très complexe et assez insaisissable pour moi. Il y a aussi les Carnets in Octavo qui ont l'air intéressants à lire d'un point de vue introspection, si on a envie de fouiller un peu un écrivain que j'ai toujours eu beaucoup de mal à interpréter, et à comprendre, mais qui a tout de même un talent incroyable.
  • Bonjour,
    Kafka reste un maître dans l'écriture et le malaise. On aime, on n'aime pas, on est mal à l'aise mais le lecteur réagit. Il ne laisse pas indifférent. Est-ce important de signaler qu'il ne souhaitait pas être publié ? Il ne voulait pas être lu.

    Une personne du forum s'intéresse-t-elle à von Kleist ? -le Prince de Homburg - - la Marquise d'O -
    où à Hilbig - ich- ?

    je prépare l'agrég d'allemand et je souhaiterais échanger avec un candidat ou avec un amateur de théatre ?

    Merci à tous
    Lorelei
  • Je viens de lire le Château, et finalement, c'est un beau voyage, que de lire du Kafka. Après une Métamorphose ratée, qui ne m'avait guère enchantée, le Château a su me faire voir les contour noir de l'âme humaine, lorsqu'elle est plongée dans une société administrative, bureaucratique, où, Klamm, un simple fonctionnaire paraît être un Dieu, dont les envoyés sont multiples et interchangeables, ou l'homme a perdu toute sa singularité.
    Finalement, même l'amour, dans ce "village", (espérons qu'il n'y ait qu'en ce lieu où les âmes soient corrompues... -idéalisme?-) est un voile couvrait l'ambition d'une ascension sociale vers le Château et ses hauts fonctionnaires invisibles, mais dont la présence est lourde en chaque page.
    D'ailleurs, c'est intéressant de voir l'ambiance qu'il y a dans les livres de Kafka, on se sent comme piégé, emprisonné, ne pouvant faire autrement que de, dans une contrainte d'action, comme notre héros : vous devez subir un interrogatoire, nous n'avez pas le droit d'être ici" etc; pour finalement, ne toucher à la liberté qu'en un rare moment : dans le froid glacial de la neige, face à l’hôtel des Messieurs, après avoir bu une goulée et refuser de déguerpir de là.

    En revanche je n'ai absolument pas saisi l'entretien avec le fonctionnaire précédant Erlanger, qui veut lui parler pour s'endormir, et où K. justement s'endort. Quelqu'un a une interprétation ? :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.