Fiches méthode Bac de français 2020

2»

Réponses

  • Merci pour ton explication, elle était très claire..., Je pense avoir bien compris ! :)
  • Salut à tous,

    Je m’entraîne pour mon oral, et dans mes textes, j'ai notamment "Élévation", de Baudelaire, or j'ai du mal à cerné le sens de ce poème.

    Je ne comprend pas, si il s'agit d'un poème exprimant l'espoir d'un monde idéal, permettant à l'auteur de purifier son esprit et de comprendre la beauté et les mystère du monde. Ou, si il s'agit d'une célébration du poète pour sa capacité à déchiffrer le monde et de ce fait à s'extraire du spleen vers l'idéal afin de mener son esprit à la compréhension des mystère de la vie ?

    Et je ne comprend pas très bien le "Heureux celui qui peut", selon moi il s'agit justement de celui qui peut s'élever et se libérer (métaphore "libre essor"), lui permettant de s'échapper de "l'existence brumeuse" et " des miasmes morbides" afin de maintenir sa sensibilité littéraire.
    Or avec cette métaphore, l'auteur veut appuyé son ennuie de n'être pas celui qui peut, il se fixe donc le projet de le devenir grâce à la composition littéraire ...
    Elévation


    Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
    Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
    Par delà le soleil, par delà les éthers,
    Par delà les confins des sphères étoilées,

    Mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
    Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides;
    Va te purifier dans l'air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
    S'élancer vers les champs lumineux et sereins;

    Celui dont les pensers, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes!

    Merci d'avance ;)

    Quelqu'un pourrais m'aider ?
  • Bonjour,j'ai une préparation sur Baudelaire.La question est:Comment l'idée d'élevation est-elle exprimée et quelles significations prend-elle?
    Où j'en suis dans mon devoir? J'ai remarqué à travers le poème que des verbes de mouvement sont présents,des énumérations de lieux,champ lexical de l'hauteur et de l'envol,une opposition entre Spleen et Idéal,le poète s'adresse à son esprit et une opposition entre le monde céleste et le monde terrestre.
    Pour l'instant,il faut que je réfléchis pour les titres des parties et des sous-parties.
  • https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic11907-baudelaire-elevation-p2.html

    Elévation
    Poème des Fleurs du mal, Spleen et idéal.

    Que cache ce titre mystique ? Double sens pour ce poème ?
    Souvenir possible d'une ballade de Schiller traduite par Gérard de Nerval.

    I. Le souhait d'élévation pour échapper aux misères et noirceurs d'ici-bas
    mon esprit : interlocuteur
    gradation d'une ascension
    les hauteurs éthérées : correspondances air/eau

    II. Un poème au caractère mystique
    esprit/divine/cieux/lumineux
    une capacité à déchiffrer les messages du monde
    la poésie et ses possibles avec une imagination cosmique
  • Merci et est-ce que tu peux m'aider sur la dissertation avec la souffrance du poète?
  • Bonjour à tous,

    J'ai pour l'oral de français, le texte "Elevation" de Baudelaire. Seulement voilà, dans la lecture analytique de notre prof, il est dit que ce poème est écrit en Alexandrin, or moi je compte parfois des décasyllabes et des hendécasyllabes et j'aimerais savoir où est mon erreur.
    Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
    Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
    Par delà le soleil, par delà les éthers,
    Par delà les confins des sphères étoilées;

    Mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
    Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides,
    Va te purifier dans l'air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
    S'élancer vers les champs lumineux et sereins;

    Celui dont les pensées, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes!

    Par exemple, au vers 10 je compte 10 syllabes. Je pense qu'il faut faire 2 diérèses mais j'ai un doute car la prononciation devient beaucoup moins naturelle.

    Merci de m'aider.
  • Pour le vers 10, il y a deux diérèses.
    Va te purifi-er dans l'air supéri-eur,
  • D'accord merci. Et pour le v.12 je suppose que le "e" caduc de "espaces" n'est pas élidé car avant une consonne c'est ça ?
  • Le/feu/clair/qui/rem/plit/les/es/pa/ces/lim/pides.
  • D'accord merci bien.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.