Fiches méthode Bac de français 2020

Quelqu'un aurait-il des exercices au sein desquels je pourrais m'exercer à repérer des figures de style avancées telles l'homéotéleute, la paronomase, l'hypallage, l'épithétisme...

En effet j'apprends, pour affiner mes commentaires, plus d'une centaine de figures de style. De plus, c'est un travail qui ne m'a pas été demandé , mais que j'assume seul , pour mon plaisir et pour sentir avec une plus grande acuité le trefonds textuel. C'est pour cette raison que je voudrais que Jean-Luc ou des étudiants puissent me fournir des textes susceptibles de repérer ces figures stylistiques.
Mots clés :

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Benjamin,

    Essaie donc ce site ici dans un premier temps.
  • Bien trop délicat!Mais intéressant!
  • ça marche comment ?
  • Bonsoir Jean Luc,explique moi ce site ?
  • Bonjour,

    Voila j'ai deux exercices sur le figures de style ou je suis un peu perdu

    Le première exercice: Il faut repérer la métaphore filée dans le texte suivant (Extrait de Du côte de chez Swann de Proust) et dire quelle effet produit-t-elle ?

    J'ai essayé de la repérer, les mots sont en gras

    Je poursuivais jusque sur le talus qui, derrière la haie, montait en pente raide vers les champs, quelque coquelicot perdu, quelques bluets restés paresseusement en arrière, qui le décoraient çà et là de leurs fleurs comme la bordure d'une tapisserie où apparaît clairsemé le motif agreste qui triomphera sur le panneau; rares encore, espacés comme les maisons isolées qui annoncent déjà l'approche d'un village, ils m'annonçaient l'immense étendue où déferlent les blés, où moutonnent les nuages, et la vue d'un seul coquelicot hissant au bout de son cordage et faisant cingler au vent sa flamme rouge au-dessus de sa bouée graisseuse et noire, me faisait battre le coeur, comme au voyageur qui aperçoit sur une terre basse une première barque échouée que répare un calfat et s'écrie, avant de l'avoir encore vue : " La Mer ! "

    MARCEL PROUST, DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN, 1913

    J'ai pas trouvé l'effet produit (comique ? je ne pense pas...)

    Et le deuxième exercice, il faut répérer des figures de style dans la tirade de Cyrano (sa déclaration d'amour à Roxane) et dire quel rôle jouent ces figures dans sa déclaration d'amour ?

    ROXANE
    Eh bien! si ce moment est venu pour nous deux,
    Quels mots me direz-vous?

    CYRANO
    Tous ceux, tous ceux, tous ceux (répétition ?)
    Qui me viendront, je vais vous les jeter, en touffe,
    Sans les mettre en bouquets: je vous aime,
    Je t'aime, je suis fou, je n'en peux plus, c'est trop; (gradation ?)

    Ton nom est dans mon coeur comme dans un grelot, (comparaison ?)
    Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne,
    Tout le temps, le grelot s'agite, et le nom sonne! (personnification ?)
    De toi, je me souviens de tout, j'ai tout aimé
    Je sais que l'an dernier, un jour, le douze mai, (accumulation ?)
    Pour sortir le matin tu changeas de coiffure!
    J'ai tellement pris pour clarté ta chevelure
    Que, comme lorsqu'on a trop fixé le soleil, (comparaison ?)

    On voit sur toute chose ensuite un rond vermeil,
    Sur tout, quand j'ai quitté les feux dont tu m'inondes, (métaphore ?)
    Mon regard ébloui pose des taches blondes!

    Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte III, sc 7.

    J'ai pas trouvé quel rôle peuvent avoir toutes ces figures de style (un avancement ? non)

    Et puis dernière chose, parmi ces deux phrases laquelle est une gradation et laquelle est une accumulation ?

    Quand on offre, prenant ; donnant, quand on demande (Germain Nouveau) C'est une accumulation ?

    Va, néglige mes pleurs, cours, et te précipite. Au-devant de la mort que les dieux m'ont prédite (Corneille) Une gradation ?

    Je vous remercie d'avance de votre aide :)
  • Titania91Titania91 Modérateur
    Bonjour,

    Pour ta première question sur le texte de Proust, revois la définition de la métaphore filée.

    Quand on offre, prenant ; donnant, quand on demande (Germain Nouveau) C'est une accumulation ?
    Non, une accumulation doit mettre à la suite des termes de même nature, de même fonction ou de même champ lexical : ex : là se fait entendre un perpétuel beuglement, piéttinement, casuettement, mugissement...etc (Grévisse, Joyce)
    -> je dirais un chiasme : c'est à dire qu'il y a une structure en X :
    Quand on offre // prenant
    donnant // quand on demande
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.