Quelle image de la femme dans le Guépard ?

Vous l'aurez comprit. Ma question est Quelle image de la femme propose le guépard Voici mon plan...

I. Présence de la femme.

II. Des femmes dans la mesure et la démesure.

III. Différence entre la femme réel et la femme idéalisé.

Quand pensez vous? Perso je le trouve un peu trop simpliste. Et cela m'agace de ne pas trouver autre chose. Merci de votre aide!

Réponses

  • STP, des majuscules au titre de l'œuvre, qu'on met aussi en italiques Le guépard (souligné sur tes copies)
    Je te suggère de lister les principaux personnages féminins, avec leurs caractéristiques ; à partir de là tu auras pas mal d'éléments de réponse. En particulier, que représente Angelica ? Qui sont les femmes idéalisées ?
    Entre mesure et démesure voilà qui est intéressant ! peux-tu préciser ?
  • Oups, désolé...

    Merci pour tous ses éléments de réponse.

    En ce qui concerne la mesure et la démesure je parlerais par éxemple de Maria Stella que l'auteur dit menue et frêle avec une voix délicate qu'on entends a peine. De plus elle a peu de réplique. Et pourtant elle pousse des cries tres aigus qui se transforme en tempete hystérique... Je ne vais pas trop loin?
  • Mike Wothe a écrit:
    En ce qui concerne la mesure et la démesure je parlerais par éxemple de Maria Stella que l'auteur dit menue et frêle avec une voix délicate qu'on entends a peine. De plus elle a peu de réplique. Et pourtant elle pousse des cries tres aigus qui se transforme en tempete hystérique... Je ne vais pas trop loin?
    Si, ça ne concerne pas toutes les femmes, et ça ne fait donc pas partie de l'image de la femme, qui doit englober toutes les femmes du roman, en fait c'est sur la condition féminine.
  • Bonjour à tous!
    J'ai moi aussi un sujet similaire à faire en devoir à la maison pour la rentrée (le sujet précis est : Quelle(s) représentation(s) de la femme sicilienne le roman propose t-il?).
    Mais je dois avouer que je n'ai absolument pas pensé au même plan...Je proposais plutôt un plan en 2 parties avec

    I- Des femmes pieuses et conservatrices, qui obéissent aux conventions.

    II-Des femmes qui brisent les conventions (à mettre en lien avec l'évolution générale des personnages et de l'histoire)

    Qu'en pensez-vous? Si une idée de troisième partie vous vient, n'hésitez pas à me la soumettre!
    Merci d'avance pour votre aide!! ;)
  • Bin moi j'ai le meme sujet et j'ai proposé un peu le meme plan que toi à savoir :

    I - La femme aristocrate conservatrice
    II - La femme bourgeoise bouillonante

    Dites moi ce que vous en pensez
  • Angelica se met vite au diapason des aristos ; elle en fait même un peu trop (Tancredi lui fait une remarque lors de la scène du bal, lorsqu'ils sont seuls avec le Prince)
  • Bonjour à tous, j'ai traité cette question la semaine dernière, dans ma classe, on a tous bossé et retrouvé ce plan à peu près similaire pour tous:

    I La place de la femme dans la famille.
    a) La génitrice
    b) L'épouse au service de son mari
    c) La maitresse de maison

    II La femme objet de désir
    a) L'indifélité
    b) La femme libre
    c) Les désirs frustrés

    III La féminité dans le caractère sicilien
    a) Le mariage est un contrat
    b) Des femmes dures et autoritaires
    c) La nouvelle sicilienne en Angelica

    Voilà en espérant vous aider... Tenez moi au courant ;-)
  • Je ne vois pas ce qui dans le roman montre que les femmes siciliennes sont dures et autoritaires
    Et où y-a-t-il une femme libre ?
  • Bonjour à tous,
    J'ai également eu à traiter le sujet suivant: Quelle est la représentation de la femme sicilienne dans le Guépard et voici mon plan (perfectible très certainement):

    I- La Sicilienne noble: une femme de démesure
    A- De la fragilité pieuse...
    B-... Au souffle tempêtueux (orgueil et surtout personnage de Concetta)

    II- La Sicilienne de basse extraction
    A- Une femme au service du désir masculin: la femme comme proie
    B- Une animalité qui se transforme en arrivisme chez la nouvelle Sicilienne qu'incarne Angelica

    Voilà, c'est loin d'être formidable mais j'espère que ceci pourra éveiller en vous des réflexions intéressantes....
  • Beaucoup trop tranché ! Et quels sont les exemples de femmes considérées comme des proies ?
  • Donna Bastiana est qualifiée de "très belle jument juste bonne pour le lit" par Don Ciccio Tumeo , Angelica, endehors de ses "dents de louve" qui marquent son opportunisme est aussi décrite de la façon suivante: "son teint devait avoir la saveur de la crème fraîche, sa bouche enfantine, celle des fraises", Santino se réjouit d'avoir une "servante" à sa disposition en la personne d'Angelina: autant d'élements qui font des femmes une sorte de gibier "comestible" si l'on peut dire.
    J'espère que ceci répondra à tes questions et je précise que mon plan est évidemment extrêmement imparfait puisqu'il ne s'agit que d'une idée personnelle.
  • Certes ! mais ce sont des détails qui ne permettent pas de généraliser pour la totalité des femmes du roman
    Comparer le teint d'une femme à la crème fraîche (ou au lait) ou ses lèvres à la fraise (cerise, etc) ce n'est pas la prendre pour une proie, ces métaphores sont courantes...
  • Ces métaphores sont peut-être courantes mais elles s'appliquent exclusivement aux femmes de modeste extraction dans Le Guépard, toutes ces femmes sont ramenées à une condition animale qui fait d'elles des objets au pied des hommes, ainsi Don Fabrizio dit de Mariannina que'elle est une "sorte de Bendico en jupon de soie",qui a pour fonction d'assouvir ses désirs et quasiment toutes les femmes du roman (pour ne pas dire toutes mais je n'ai pas la prétention de connaître l'oeuvre de manière parfaite) qui proviennent du bas de l'échelle sociale sont assimilées à des objets de satisfaction terrestre pour les hommes, ce qui n'est jamais la cas pour les femmes aristocrates: aucune d'entre elle ne fait jamais les frais d'une comparaison "culinaire" qui en feraient des proies.
    D'autre part en ce qui concerne le plan, je pense que la Sicile est quasiment féodale à l'époque du Guépard et qu'elle se divise de fait en deux mondes distincts: la noblesse et le peuple, deux mondes entre lesquels Angelica va tenter (et à travers elle la bourgeoisie montante) d'établir une "passerelle". Il me semble donc que la division de la vision de la femme par classes sociales peut, à certains égards se justifier, cependant, il est tout à fait plausible que mon plan ne soit pas fabuleux, il est simplement l'expression de ma vision d'ensemble du Guépard.
  • OK ! ta remarque sur la féodalité est à peu près exacte
    Et tu as raison de partir sur ce qui est ta vision d'ensemble
  • Voilà mon plan pour l'étude de la femme dans Le Guépard

    -Des témoins de changements
    -la paysanne –mère d’Angelicà, Mariannina et Angelina
    -la princesse –Concetta et Maria Stella
    -le lien dégénéré –Angelicà et les guenons

    -Des femmes animales, des fauves en cage
    -contraintes
    -masque
    -folie

    -Les amours de Fabrizio
    -exemple des autres couples
    -Maria Stella/Mariannina –le véritable amour, qui s’est soldé par un échec
    -La Sicile, les étoiles et la mort
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.