Lisez-vous de la poésie pour vous évader du quotidien ?

Voila je poste cette nouvelle discussion car une amie adore la poesie et me dit que je devrai en lire car sa lui permet de s'evader....enfin je n'arrive pas à la comprendre.

Donnez moi vos opinions
«134

Réponses

  • On ne “devrait” jamais lire de la poésie : la notion de devoir lui est complètement étrangère. On la lit parce qu'elle attire comme un aimant, comme une amante. Parce qu'elle devient aussi évidente que la lumière du jour, aussi nécessaire que l'air à respirer. Ce n'est plus de la lecture, c'est le passage dans un autre univers.
  • d'accord....
  • ChoseChose Membre
    Oui, cela permet de s'évader dans la mesure où cela change de tous les autres écrits, si concrets.
  • J'aime bien cette réponse ! :D
  • AlphAlph Membre
    Je n'aime la poésie que par contraste. Je suggère à ceux qui n'y entendent rien de se farcir plusieurs pavés de pensées philosophiques, d'essais sociologiques ou autres choses du même acabit. Après, quand ils seront gorgés, pleins à ras bord, et las, extrêmement las, qu'ils ouvrent une anthologie de poésie -et pourquoi pas de cette poésie réputée hermétique (Mallarmé, par exemple, ou une anthologie de poèmes contemporains)-, ils n'y comprendront peut-être rien de plus qu'avant, mais ils ne manqueront pas de sentir comme il est bon, ô combien délicieux, de siruper une langue aux colorations différentes de la langue habituelle -et ils ne feront plus d'objections à ce que celle-ci on puisse l'appeler vulgaire.
    Oui, la poésie permet l'évasion. Au moins hors de la langue quotidienne.
  • S'évader, s'évader, s'évader.........mais de quoi enfin?

    Échapper? de qui?

    La littérature fait partie de la réalité de l'existence. Pour la comprendre au mieux, il faut y mettre de l'analyse, de l'étude, de la connaissance. Ce sont des facettes bien concrètes!

    On n'a pas besoin de la littérature pour simplement rêver. :D
  • Parfois je préfère ne rien comprendre et faire l'analphabète devant un poème. Je ne sais pas apprécier les vers mais je les mange. Il y a même des phrases bien tournées qui font tourner la tête pendant bien longtemps.
    delksjfhbahbvfaiehvfclahjevclizehv rfci:;k....
  • Je lis souvent des poèmes de Baudelaire pour m'évader ...
    ("Les Fleurs du Mal" étant un recueil parfait, je trouve !)
  • Toute la poésie n'est pas toujours agréable à lire, c'est quelque chose de très personnel.
    Personnellement j'ai deux ou trois recueils que j'adore (surtout des Prévert), que je relis plus ou moins régulièrement, juste pour le plaisir. Mais je n'aime pas particulièrement lire du Ronsard ou du Rimbaud (entre autres), même si je reconnais la beauté de leurs textes.
    Donc si tu n'aimes pas lire la poésie, ne te force pas. Peut-être un jour découvriras-tu un auteur que tu apprécieras et vers lequel tu reviendras souvent.
  • Je crois que la réponse est dans la question. Choisir "inconnu" comme pseudonyme me parait très voisin du propos qui s'étonne qu'on puisse aimer la poésie.
    Pour ma part, je récuse complètement l'idée d'évasion car je pense que la poésie est exactement le contraire: un approfondissement. Celui qui ne met pas de poésie dans son travail s'embête énormément. Il faut trouver le biais qui permet d'en mettre. Cela ne permet pas seulement de supporter son travail mais aussi de s'y épanouir.
    Ce serait déjà faire un pas vers la poésie que de remplacer le pseuconyme "Inconnu" par quelquechose d'autre parce que cet autre mot serait déjà choisi pour une raison poétique.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Le 23 avril, JSC a écrit :
    S'évader, s'évader, s'évader.........mais de quoi enfin? Échapper? de qui? La littérature fait partie de la réalité de l'existence. Pour la comprendre au mieux, il faut y mettre de l'analyse, de l'étude, de la connaissance. Ce sont des facettes bien concrètes! On n'a pas besoin de la littérature pour simplement rêver.
    La littérature fait partie de la réalité de l'existence... Oui, c'est sûr : de l'existence de ceux qui s'y intéressent, en tout cas. Et ceux qui s'y intéressent ne le font pas forcément dans l'unique but de la comprendre, de l'analyser et de l'étudier. Certes, il y en a qui ressentent ce besoin, besoin fort légitime au demeurant. Et il y en a d'autres qui , tout aussi légitimement, se contentent de "ressentir" intensément ce qu'ils lisent. Sans forcément que cela constitue une fuite hors du réel... Peut-être même en tireront-ils, par empathie avec l'oeuvre, une perception plus riche et plus profonde du monde qui les entoure. Bien sûr qu'on peut rêver sans littérature. Mais la littérature (poétique ou non) est à même de réveiller ou d'enrichir sacrément notre imaginaire ! Et rien n'empêche une même personne d'avoir à la fois une approche analytique et une approche sensitive des oeuvres... Heureusement !
  • Bonjour,

    Pourquoi chercher une unique réponse à cette question, si personnelle ? Chacun trouve des réponses en fonction de ses besoins, je pense. Si l'amie d'Inconnu est sensible à la poésie, elle a pu y trouver une réponse à son besoin de s'évader du quotidien. Elle aurait pu trouver autre chose.
    J'aime la poésie et je ne peux expliquer mon rapport avec cet "art" que de façon personnelle : la poésie est pour moi un autre moyen d'appréhender le quotidien. Je rejoins en partie l'idée d'approfondissement de Putakli (bien que je trouve que le mot "inconnu" n'est pas moins poétique qu'un autre ;) ), mais en partie seulement : car pour moi, la poésie est également un moyen de se lier différemment au quotidien, aux êtres et aux choses qui nous entourent.
    C'est difficile à expliquer, car c'est viscéral.
  • Tu l'as très bien dit, Marine
  • Marine 2008 a écrit:
    la poésie est également un moyen de se lier différemment au quotidien, aux êtres et aux choses qui nous entourent.
    C'est difficile à expliquer, car c'est viscéral.
    En essayant de comprendre quand même, je me demande si cela n'a pas quelquechose à voir avec l'humour.
    En fait ce qui m'a conduit à cette hypothèse, c'est l'indication de présentation "juriste" que j'ai interprétée comme appartenance au monde du Palais, un monde où sans humour on ne peut pas vivre et où on communique beaucoup sur le mode de l'étonnement, un monde où une extraordinaire rigidité logique à base d'attendus et de nonobstants est plaquée sur une réalité si sauvage qu'à moins de la voir cocasse, on ne peut pas la supporter, le monde de La Fontaine.
  • Merci Léah :)
    Je suis sûre qu'on pourrait disserter sur la question pendant toute une vie... à moins bien sûr, de ne pas être passionné par le sujet :P
    Pour ma part, je dirais que cette idée de lien au quotidien m'est apparue très clairement à la lecture de poètes comme Max Jacob qui, à mon avis, paraît "faire de la poésie" (si je puis dire) sous forme presque anecdotique. Mais elle n'est pas moins présente (à mon avis, encore une fois), chez Baudelaire qui fait ressortir la beauté de ce qui est perçu comme laid et vile à son époque. Et même chez des poètes moins "abordables", comme Mallarmé, qui mettent les mots au service de leur vision bien particulière de la vie...
    En quelque sorte, leur poésie n'engage qu'eux au moment où ils l'écrivent mais est susceptible de rencontrer des échos personnels chez le lecteur et à lui ouvrir d'autres horizons, tout aussi personnels.


    Putakli, fort heureusement, les juristes sont des gens capables d'une certaine forme d'humour dans le cadre professionnel (nonobstant :P certains exemples qui pourraient laisser penser le contraire) ; c'est un peu comme partout, la difficulté de certaines espèces et leur risque d'implication sur le plan personnel conduisent parfois à perdre un peu son sang froid.
    En ce qui me concerne, je n'ai pas mes entrées près du roi et ne sévis pas au palais (ou à la cour), mais je ne crois pas que cela changerait grand chose ;). J'ose aussi penser que si j'avais choisi une autre voie professionnelle, elle n'aurait pas non plus modifié ma vision de la poésie, car c'est une vision que j'ai depuis... très longtemps (dois-je déduire quelque chose du dicton : il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ? :lol:).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.