Fiches méthode Bac de français 2020

j'ai moi aussi une dissertation à faire !les idées sont là mais je ne sais pas faire de plan ! pouvez vous m'aider a en faire un ?
Voici le sujet :

Vous analyserez et discuterez ce propos en vous appuyant sur des exemples précis :

Loin de moi la conception du poète comme Pythie qui transmettrait des illuminations (...) la poésie s'apparente à quelque chose comme une émotion solidifiée. Cette émotion appelée poésie, dit Reverdy. Le poète ressent une émotion vive. Elle fait vibrer sa sensibilité. Celle-ci, comme la cocaïne, accélère l'intelligence. A son tour, celle-ci produit un vers relatant la fait à l'origine de l'émotion. Quand c'est réussi, la poésie devient un résumé prodigieux.

Charles Dantzig.
Dictionnaire égoïste de la Littérature Française.
Article "émotion"
Grasset ,2005

merci
«13

Réponses

  • Expose tes idées, on t'aidera à élaborer un plan.
  • Pour moi on me demande de m'interroger sur ce mystère de la
    création poétique et de ne pas accepter l'idée reçue du poète inspiré.
    Mais de voir le poète avant tout comme un travailleur, un artisan qui se sert des matériaux bruts de son vécu, que sa mémoire a stockés, afin d'élaborer son œuvre.
    On me demander il me semble de démontrer
    comment le poète se sert des images, des analogies, des métaphores pour atteindre à une vérité supérieure et universelle.

    Est-ce bien ce que l'on attends de moi ?

    Merci des réponses !
  • Loin de moi la conception du poète comme Pythie qui transmettrait des illuminations (...) la poésie s'apparente à quelque chose comme une émotion solidifiée. Cette émotion appelée poésie,dit Reverdy.Le poète ressent une émotion vive. Elle fait vibrer sa sensibilité.Celle-ci, comme la cocaïne, accélère l'intelligence.A son tour, celle-ci produit un vers relatant la fait à l'origine de l'émotion. Quand c'est réussi, la poésie devient un résumé prodigieux.
    À première vue, analytiquement parlant, M. Dantzig n'est pas clair. Est-ce que son sujet est sa conception du poète et sa fonction, la nature de la poèsie ou bien l'émotion.
    Le poète=> la poésie est=> la poésie devient, est-elle une progression logique?
    Alors entre hyperbole et drogue, que reste-t-il de son 'opinion'?
  • Et bien c'est bien là mon problème !Quel est le véritable sujet de cette dissertation ? L'opposition entre la vision du poète illuminé et le poète inspiré ?
  • Bonsoir Caroforgg,
    Tu as écrit :
    Quel est le véritable sujet de cette dissertation ? L'opposition entre la vision du poète illuminé et le poète inspiré ?
    Poète illuminé et poète inspiré revient un peu à la même chose : la source de l'inspiration serait extérieure à lui, elle lui serait "donnée".

    L'auteur de la citation parle d'émotion (vécue, profondément ressentie), source de connaissance, et que le poète, grâce à son art, tenterait de restituer au mieux, en faisant en sorte que la "charge" émotive d'origine (= sensation) soit convertie en "sens" (de l'évènement déclencheur) et soit communicable et communiquée au lecteur (= solidifiée).

    L'émotion vive serait comparable à une substance, une drogue, et, comme elle, démultiplierait les possibilités de l'intelligence, de la perception. Elle ouvrirait des mondes au poète, des compréhensions inaccessibles hors de l'emprise d'une forte émotion...

    Muriel
  • Donc en faite il s'agit de l'opposition entre le poète inspiré par les muses,soit Dieu,et du poète à l'écoute des profondeurs de sa conscience qui lui permet de créer cette alchimie verbale ?
  • Oui (mais je préférerais à l'écoute de son intelligence, dans le sens capacité à comprendre), et à condition que tu n'omettes pas l'émotion vive (qui est la source), et le résultat : résumé prodigieux (le sens).
  • Je me disais bien que je connaissais cette citation ! J'ai le dico égoiste chez moi ;D J'adore !

    Alors selon moi, il serait intéressant de creuser le terme "émotion". Tout l'article est basé sur cela: le poète reçoit une inspiration subite, liée à ses sentiments, et il la couche sur papier.
    Aussi, pourquoi, dans un premier axe, ne pas évoquer les différentes émotions que le poète peut avoir, en décrivant ses conséquences sur la lecture, mais aussi en analysant bien le type d'émotion dont il s'agit: le sleen baudelairien par exemple, et puis trouver des choses plus gaies.

    Pourquoi ne pas mettre en avant les limites du propos de Dantzig ? Dans l'ouvrage, il donne son avis sur des auteurs, des livres, des notions, alors pourquoi ne pas élargir par une certaine critique de son point de vue ?
    Un bel écrit ne peut-il pas découler d'autre chose qu'une émotion ? (Certains poèmes par exemple, je pense à L'Art Poétique, de Verlaine, sont écrits pour mettre en avant une certaines conception de la poésie. Il ne découle pas vraiment d'une émotion, mais plus d'un raisonnement me semble t-il. Et pourtant, ca n'enlève pas tout le sublime de ces textes)


    Enfin, concernant plus précisément ton questionnement: tu te demandes si Dantzig n'oppose par le poète inspiré par les divinités, et le poète à l'écoute des profondeurs de sa conscience.
    Je pense qu'il ne s'agit pas vraiment d'un "poète inspiré par les divinités" que l'auteur veut nommer ici. Il décrit la Pythie comme "qui transmettrait des illuminations", et il oppose à cela " une émotion solidifiée"
    Alors tout l'enjeu de la question est de chercher ce que signifie une émotion solidifiée.
    Je pense que Dantzig a voulu dire que le poète n'est pas celui qui couche sur papier ses moindres passions, mais au contraire celui qui prend un certain recul face à ses émotions, aussi vives soient elles, d'ailleurs, il "produit un vers relatant le fait à l'origine de l'émotion". Il y a donc eu une certaine réflexion vis à vis de ses émotions. Ce sont des émotions fondées.
    Le poète est certes sensible, mais une sorte de sensible raisonnable.
    (d'ailleurs, la suite de l'article le confirme puisque l'auteur y évoque le rôle de l'émotion chez le romancier, en montrant que celle-ci est savament exploitée chez les auteurs de roman)
    Pour ce dernier élément, tu peux l'évoquer dans ta dernière partie, ou dans la conclusion.


    J'espère que ces qq pistes pourront t'aider.
    Bon courage.
  • Dans cette optique le plan :thèse,antithèse,dépassement serai adéquat ?
  • Je m'avoue un peu perdu avec toute ces idées à organiser ! En espérant que la nuit me porte conseil . . .
  • Mariiiion a écrit:
    évoquer les différentes émotions que le poète peut avoir, en décrivant ses conséquences sur la lecture, mais aussi en analysant bien le type d'émotion dont il s'agit: le sleen baudelairien par exemple, et puis trouver des choses plus gaies.
    Euh, le spleen est une émotion? Je le croyais plutôt névrose. ;)
    Plus sérieusement, je ne pense pas qu'une émotion puisse avoir des nationalités; le spleen est particulièrement français!
  • Caroforgg
    Je ne veux pas te compliquer la tâche, mais il me semble que le mot “solidifiée” qui qualifie émotion, n'a pas été abordé dans tes idées. Pourtant, il est capital ! Vois ce qu'en dit Muriel ; mais je verrais davantage que la “simple” communication au lecteur. L'émotion se solidifie aussi pour celui qui l'écrit. Pourquoi, comment ?
    Et le rôle de l'intelligence ! qui en effet, s'oppose à la notion de poète inspiré.
    À son tour, celle-ci (l'intelligence) produit un vers
  • Avant de chercher à former ton plan selon les modèles normaux, essaye de classer tes idées. Certes, le plan thèse/antithèse/dépassement est assez connu, mais il faut alors faire bien atetntion de nuancer ton propos:
    tu vas, dans une première partie, affirmer quelque chose,
    avant d'appuyer son contraire dans une deuxième...c'est hasardeux, donc soit bien sur de ton plan, de tes idées, et aussi de leurs limites.

    Ensuite, pour le dépassement, c'est pareil, fais attention de ne pas faire écho aux deux parties précédentes, mais de réellement proposer quelque chose de nouveau.
  • Bon et bien il me semble que mes idées se rassemblent un peu!
    mon axe 1 sur cette vision des poètes qui voient la poèsie comme une création inspiré de l'extérieur
    mon axe 2 sur la vision des poètes qui voient la poèsie comme une création intérieure c'est-à-dire dont la source est l'émotion

    Par contre pour un dépassement je pensais remettre en question la position de Dantzig mais je ne sais pas comment !

    Qu'en pensez-vous ?

    Merci !
  • La Pythie.
    Parfois René Char est chargé d'être oracle pythien!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.