La focalisation interne

Je dois réécrire le texte le Rouge et le Noir de Stendhal en focalisation interne et je sais pas comment faire. merci de m'aider et de répondre le plus vite possible svp. :)
«134

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Dalila,

    De quel texte exactement s'agit-il ?
    As-tu lu les fiches sur la focalisation ?
    En particulier celle-ci ? ici
  • Bonjour, j'aurais quelques questions...

    Dans un point de vue interne, la narrateur peut-il citer des évènements du passé du personnage ou est-ce que cela donnerait un point de vue omniscient ? Peut-il aussi citer des choses connues par le personnage mais auxquelles il ne pense pas ? Dans le cas où cela équivaudrait à un point de vue omniscient, cela veut dire que, en utilisant la focalisation interne, le narrateur ne connait que les pensées au jour le jour, à la minute, du personnage ?

    Aussi, j'ai remarqué que dans un même passage, bien que la focalisation interne soit dominante, on peut retrouver une ou deux phrases en focalisation omnisciente. Je me trompe ?

    Enfin, quand on parle de point de vue interne, cela veut dire que, si le texte est écrit à la 3ème personne du singulier, il peut alors être modifié à la 1ère personne du singulier ?

    Des questions auxquelles je ne trouve aucune réponse sur internet, et qui me pourissent la vie depuis un moment.

    Un énorme merci à celui ou celle qui saura me répondre.
  • Aussi, j'ai remarqué que dans un même passage, bien que la focalisation interne soit dominante, on peut retrouver une ou deux phrases en focalisation omnisciente. Je me trompe ?

    Non.
    Cela dépend des œuvres et des auteurs, mais il est très rare de trouver des romans écrits uniquement en focalisation interne. Même dans les récits à la première personne, on trouve des choses comme : je ne le savais pas alors, mais je devais apprendre plus tard que...

    Enfin, quand on parle de point de vue interne, cela veut dire que, si le texte est écrit à la 3ème personne du singulier, il peut alors être modifié à la 1ère personne du singulier ?

    Oui.
    C'est même le test de reconnaissance.
  • Dans un point de vue interne, la narrateur peut-il citer des évènements du passé du personnage ou est-ce que cela donnerait un point de vue omniscient ?

    Oui, il le peut. Le personnage connaît son passé.
  • Donc, il peut citer tout ce qui est connu par le personnage c'est ça ? Tout ce qui est enfoui dans sa tête ?

    Delia, votre phrase pour me citer un exemple est bien de point de vue omniscient ?

    Enfin, le narrateur rapporte les impressions du personnage à sa manière, en faisant quelque part une sorte de "résumé", ou alors utilise-il exactement le même vocabulaire que le personnage ?

    Merci d'avoir entrepris de me répondre ! =)
  • Donc, il peut citer tout ce qui est connu par le personnage c'est ça ? Tout ce qui est enfoui dans sa tête ?
    Oui.
    Car si je reprends votre phrase, "je ne le savais pas alors, mais je devais apprendre plus tard que..." transformée en 3ème personne du singulier, cela donnerait : " Il ne le savais pas alors, mais il devait apprendre plus tard que..."Ce qui équivaudrait à un point de vue omniscient non ?

    La première et la troisième personne du singulier sont employées dans la focalisation interne. Dans l'exemple que tu cites, on l'a dit, le point de vue omniscient s'est substitué un instant à l'autre parce qu'un fait du futur est évoqué. ( Donc non encore connu du personnage.)

    " Je suis restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, ma valise à la main. Des voyageurs me bousculent. Je suis peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières m'aveuglent. Un train entre en gare. J'aime tous ces bruits. "


    " Elle est restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, sa valise à la main. Des voyageurs la bousculent. Elle est peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières l'aveuglent. Un train entre en gare. Elle aime tous ces bruits."

    Le point de vue interne ne devient pas omniscient, en passant du " je " au "elle".
  • C'est parfait ! J'aurais d'autres questions, et puis je ne vous embête plus.

    En focalisation interne,le narrateur rapporte les impressions du personnage à sa manière, en faisant quelque part une sorte de "résumé", ou alors utilise-il exactement le même vocabulaire que le personnage ?


    En point de vue externe, le narrateur connait-il le nom des personnages ou reste-t-il neutre ? Exemple: "Un homme grand sortit..." Au lieu de "Pierre sortit" .

    Dans ce même point de vue, peut-il faire des commentaires, et même des commentaires affectifs ? Exemple: "La jeune fille était très belle..." Personnellement, je n'en vois pas l'intérêt.

    S'il vous plait, ne négligez aucune question.

    Merci beaucoup
  • Je n'ai pas été très claire, je reprends :
    Delisa a écrit:
    Car si je reprends votre phrase, "je ne le savais pas alors, mais je devais apprendre plus tard que..." transformée en 3ème personne du singulier, cela donnerait : " Il ne le savais pas alors, mais il devait apprendre plus tard que..."Ce qui équivaudrait à un point de vue omniscient non ?

    La première et la troisième personne du singulier sont employées dans la focalisation interne. Dans l'exemple que tu cites, on l'a dit, le point de vue omniscient s'est substitué un instant à l'autre parce qu'un fait du futur est évoqué. ( Donc non encore connu du personnage.)

    Ce n'est pas ce que je voulais dire.
    Je ne visais pas spécialement un fait du futur : "je ne le savais pas alors, mais je devais apprendre plus tard que..."" intdoduit le récit d'un fait dont il est indispensable à la compréhension de l'action que le lecteur ait connaissance, mais que le personnage ne peut qu'ignorer à ce stade du récit.
    En focalisation omnisciente, le lecteur a connaissance directe du fait, en focalisation interne, le narrateur doit user de la ficelle que j'ai signalée.


    Je suis restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, ma valise à la main. Des voyageurs me bousculent. Je suis peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières m'aveuglent. Un train entre en gare. J'aime tous ces bruits. "


    " Elle est restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, sa valise à la main. Des voyageurs la bousculent. Elle est peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières l'aveuglent. Un train entre en gare. Elle aime tous ces bruits."

    Le point de vue interne ne devient pas omniscient, en passant du " je " au "elle".

    Dans mon esprit, c'est l'inverse !
    Soit le paragraphe :
    " Elle est restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, sa valise à la main. Des voyageurs la bousculent. Elle est peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières l'aveuglent. Un train entre en gare. Elle aime tous ces bruits."
    On demande si la focalisation est interne ou zéro.

    TEST : mise à la première personne :
    Je suis restée sur le quai un long moment, immobile, un peu perdue, ma valise à la main. Des voyageurs me bousculent. Je suis peut-être devenue invisible aux yeux des autres. De vives lumières m'aveuglent. Un train entre en gare. J'aime tous ces bruits. "
    Le passage est possible sans invraisemblance, la focalisation est interne.

    Soit ce paragraphe de Balzac, un Début dans la vie :
    Le monde admirait beaucoup ce caractère, et madame de Sérisy devait immensément à son mari. Toute autre femme, quand même elle eût appartenu à une famille aussi distinguée que celle des Ronquerolles, aurait pu se voir à jamais perdue. La comtesse était fort ingrate ; mais ingrate avec charme. Elle jetait de temps en temps du baume sur les blessures du comte.
    TEST :
    Le monde admirait beaucoup mon caractère, et je devais immensément à mon mari. Toute autre femme, quand même elle eût appartenu à une famille aussi distinguée que celle des Ronquerolles, aurait pu se voir à jamais perdue. J'étais fort ingrate ; mais ingrate avec charme. Je jetais de temps en temps du baume sur les blessures du comte.

    Nous obtenons un texte grotesque : ici, la focalisation est omnisciente.
  • Certes... Mais il me semble que le test n'est pas obligatoire. Le narrateur est dans la tête du personnage, le connait, il peut donc tout dire sur lui.

    Etes-vous vraiment certaine qu'un test de reconnaissance est obligatoire ? Si oui, comment le savez-vous ?

    Merci encore
  • Ce test de reconnaissance est une idée de Claude Duneton, tirée de son Anti-manuel de français.
    Je ne suis pas inconditionnelle de Duneton, mais quand ses idées me semblent bonnes, je les retiens.

    Ce test n'a aucun caractère obligatoire, mais j'ai cru comprendre que vous avez des difficultés à diagnostiquer la focalisation dans une narration à la troisième personne.
    Je vous ai donc donné l'idée du test, pratique quand plusieurs personnages sont en piste.

    Prenons le célèbre incipit d'Aurélien :
    La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide.

    Est-ce focalisation zéro, ou le point de vue d'un personnage ?
    Aurélien :
    La première fois que je vis Bérénice, je la trouvai franchement laide.

    Bérénice :
    La première fois qu'Aurélien me vit, il me trouva franchement laide.


    Cette focalisation zéro exprime le point de vue d'Aurélien.
  • Bonsoir,

    Délia, je ne faisais pas le test... Je disais à LFDMBryan que cette phrase, en " je" ou en "elle" était au point de vue interne. Que l'écriture à la troisième personne du singulier n'implique nullement que le texte est au point de vue omniscient.
    Pour ma part, j'ai fait simple, c'est certain... ;)
  • Mmmm d'accord, je consulterai le livre de Duneton. En connaissez-vous d'autres ? (De livres sur la focalisation)

    Pourriez-vous aussi répondre à ces questions s'il vous plait ?



    En focalisation interne,le narrateur rapporte les impressions du personnage à sa manière, en faisant quelque part une sorte de "résumé", ou alors utilise-il exactement le même vocabulaire que le personnage ?


    En point de vue externe, le narrateur connait-il le nom des personnages ou reste-t-il neutre ? Exemple: "Un homme grand sortit..." Au lieu de "Pierre sortit" .

    Dans ce même point de vue, peut-il faire des commentaires, et même des commentaires affectifs ? Exemple: "La jeune fille était très belle..." Personnellement, je n'en vois pas l'intérêt.

    S'il vous plait, ne négligez aucune question.

    Merci beaucoup
  • Bonsoir,

    Je ne comprends plus rien à rien. Je reprends le premier message de LFDMBryan, dans l'ordre :

    Q : Dans un point de vue interne, la narrateur peut-il citer des évènements du passé du personnage ou est-ce que cela donnerait un point de vue omniscient ?

    R : En théorie, le narrateur ne sait rien du personnage en question. C'est l'Autre, dans tout son mystère. Mais il peut avoir appris des choses sur celui-ci, comme le dit Delia.

    Q : Peut-il aussi citer des choses connues par le personnage mais auxquelles il ne pense pas ?

    R : S'il n'y pense pas, comment pourrait-il les citer ? :)

    Q: Dans le cas où cela équivaudrait à un point de vue omniscient, cela veut dire que, en utilisant la focalisation interne, le narrateur ne connait que les pensées au jour le jour, à la minute, du personnage ?

    R : Non, je ne suis pas d'accord ave cette analyse. Pourquoi au jour le jour ou à la minute ? Ce qu'il sait du personnage peut se rapporter à un très ancien passé qu'il a appris d'une manière ou d'une autre.

    Q : Aussi, j'ai remarqué que dans un même passage, bien que la focalisation interne soit dominante, on peut retrouver une ou deux phrases en focalisation omnisciente. Je me trompe ?

    R : Non, c'est vrai.

    Q : Enfin, quand on parle de point de vue interne, cela veut dire que, si le texte est écrit à la 3ème personne du singulier, il peut alors être modifié à la 1ère personne du singulier ?

    R : Je ne sais pas. Voir la réponse de Delia sur Duneton.

    Q : Des questions auxquelles je ne trouve aucune réponse sur internet, et qui me pourissent la vie depuis un moment

    R : Oui. En plus, la focalisation n'a aucun intérêt. C'est juste une question de technique mise en place dans les divers IUFM par les tenants de la linguistique et dont se moquent les Profs de Fac qui aiment eux, la littérature !

    J'espère que cette remarque ne me vaudra pas les foudres de certain(e)s.

    Mais enfin, pour apprécier - dans son sens fort - un texte, avons-nous besoin de parler de focalisation ??? La littérature n'a rien à voir avec l'écriture filmique, n'est-ce pas ?
  • Q : Dans un point de vue interne, la narrateur peut-il citer des évènements du passé du personnage ou est-ce que cela donnerait un point de vue omniscient ?

    R : En théorie, le narrateur ne sait rien du personnage en question. C'est l'Autre, dans tout son mystère. Mais il peut avoir appris des choses sur celui-ci, comme le dit Delia.


    Dans un point de vue interne, le narrateur est un personnage du récit. Il rapporte donc ses pensées et ses émotions. Il sait " tout". ( Récit avec "je". Quand je dis " il sait tout", je veux dire tout des pensées du personnage.)

    Avec "elle" ou "il", le narrateur n'est pas un personnage mais rapporte et décrit ce que ressent le personnage.

    Cependant, comme le souligne Fandixhuit, quand on lit un bon ouvrage on ne pense pas sans cesse au point de vue!
  • Delisa,

    Oui, il sait tout sur lui mais rien sur les autres, sauf exception. C'est le "je" de l'autobiographie.

    Point de vue interne et omniscient sont relativement faciles à appréhender. Le pire reste le point de vue externe, tu sais, la caméra "objective"...

    Sur ce, bonne nuit !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.