Grammaire française Participe passé

J'ai tout le temps peur de faire la faute...
Devant un adjectif, quand devons-nous mettre un "e" à "tout" ?
Par exemple, devons-nous mettre un "e" à "tout" quand je dis "elle fut tout(e) étonnée" ?
"Je suis tout(e) surprise" ? etc.
Existe-t-il une règle précise ?
Merci d'avance, et j'espère que ma question est assez claire :/
«134567

Réponses

  • Ma réponse récente :

    Tout adverbe est invariable.
    * La ville tout entière.

    MAIS, par euphonie, il s'accorde comme un adjectif lorsqu'il précède un adjectif féminin qui commence par une consonne ou un h aspiré.
    * Elles sont toutes seules / toutes honteuses.
    Mais :
    * Elles sont tout ébahies / tout heureuses.

    Le problème ne se pose pas avec AUTRE, qui commence par une voyelle.
  • D'accord merci beaucoup... J'ai vu le topic en-dessous mais je n'ai pas vraiment fait attention :/
    Vraiment désolée...
  • Bonjour,

    Comment écrit-on l'expression "c'est l'un des tout premiers" ?

    Merci d'avance. ;)
  • Bonsoir, Jérémy.

    Tout est un adverbe : valeur de restriction, comme si on disait les quelques premiers seulement.
    Donc invariabilité, sauf, par euphonie, devant un adjectif féminin commençant par une consonne (ou un h aspiré).

    * Le tout premier. La toute première.
    * Les tout premiers. Les toutes premières.
    * Elle est toute honteuse. (H aspiré)

    A l'inverse :
    * La ville tout entière. (Absence de consonne)
  • Je n'oublierai plus Edy, comme avec le fameux "tout autre chose" où cela signifie "une chose complètement différente" et le "toute autre chose" qui signifie "n'importe quelle chose". ;)
  • Très bien, Jérémy.

    Plus facile à retenir :

    - TOUTE autre chose : n'importe quelle AUTRE chose.
    - TOUT autre chose : chose complètement AUTRE.

    Exemples :

    * Toute autre chose serait préférable, car ce serait (une) tout autre chose.
    = N'importe quoi d'autre serait préférable, car ce serait entièrement différent.

    * TOUTE AUTRE vérité peut sortir du puits. (N'importe quelle autre vérité...)
    Déterminant + adjectif + nom.

    * Une TOUT AUTRE vérité peut sortir du puits. (Une vérité tout autre...)
    Déterminant + adverbe +nom.
    Si vous supprimez le déterminant UNE, c'est TOUT qui devient le déterminant ; MAIS comme il doit s'accorder, nous obtenons TOUTE AUTRE vérité, qui a une signification différente.

    * L'objet de la psychologie est de nous donner une idée TOUT AUTRE des choses que nous connaissons le mieux. (Valéry)
  • Bonsoir,

    "de tout ports religieux"

    Y a t il une faute ?
  • Là tout est déterminant indéfini, il faut donc soit
    - de tout port religieux (tout = chaque, n'importe quel)
    soit
    - de tous les ports religieux

    Mais je ne suis pas sure de comprendre ce que vous voulez dire.
  • Tu as raison, je n'ai pas d'autre précision à faire. :) Merci !
  • Si "tout" est un adverbe, pourquoi écrire et l'accorder ainsi "toute une patrie" ; l'euphonie n'étant pas forcément nécessaire compte tenu de la voyelle qui suit ("u" en l'occurrence) ?
  • Dans ce cas là tout n'est pas l'adverbe, mais un déterminant indéfini. Donc il s'accorde avec le nom qu'il détermine. Associé à un autre déterminant, article, démonstratif, possessif... on l'appelle pré-déterminant.
    toute la vie, toute une voe, toute ma vie...
  • Toute une X = une X entière.
  • Ce qui explique pourquoi on écrit "tout entière" car "toute entière" serait redondant voire pléonastique ?
  • Tu n'es plus dans le même cas...

    Ce n'est pas une question de pléonasme ou de redondance, mais de prononciation. Il n'y a aucune raison d'appliquer l'exception à la règle d'invariabilité des adverbes quand la liaison rend l'écriture est conforme à la prononciation.

    Mais cette règle a changé au cours des temps, et certains la disctutent encore et n'hésitent pas à dire que l'Académie française a fait une erreur en considérant ce tout comme un adverbe.
  • JehanJehan Modérateur
    Pourtant on écrit aussi "tout émue", et "toute émue" ne serait pas redondant.

    En fait, l'anomalie est dans la variation en genre ("toute") d'un adverbe "tout" signifiant "tout à fait": tout petit, toute petite.... Normalement, les adverbes sont invariables...

    Il se trouve qu'avant une voyelle, le e ne sonnant plus, on le supprime aussi à l'écrit... et notre brave adverbe redevient momentanément invariable !

    Toute une X = une X entière.
    C'est le sens le plus fréquent, c'est vrai.
    toute une pomme = une pomme entière
    toute une année = une année entière


    Mais dans une telle tournure, il peut parfois arriver que "tout", "toute", demeurant variable, prenne davantage le sens adverbial de "tout à fait", "entièrement", avec une valeur qualitative, et non plus quantitative :

    C'est toute une histoire. = C'est vraiment une histoire importante. (et non pas "une histoire entière")

    C' est toute une affaire. = C'est vraiment une affaire compliquée. (et non pas "une affaire entière")
  • Ne mélangeons pas
    - tout adverbe devant un adjectif qualificatif.
    - tout déteminant devant un autre déterminant.
  • JehanJehan Modérateur
    "tout" est déterminant devant un nom (avec ou sans autre déterminant) :

    Tout homme.

    Dans l'emploi particulier "C'est toute une affaire", on a bien, fonctionnellement, un déterminant, mais du point de vue sémantique, il se rapproche en fait beaucoup d'un adverbe comme "entièrement" ou "vraiment". C'est simplement ce que j'ai voulu dire.
  • Merci à vous. :)
  • RDCRDC Membre
    je recherche le pluriel de "une femme tout ébaubie et toute soulagée" c'est un extrait d'une dictée de Pivot; tout, adverbe invariable, ne prend pas d'"e" devant ébaubie car la liaison se fait, mais prend un "e" phonique devant un mot commençant par une consonne; comment cela se passe t-il au pluriel?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Au pluriel : "des femmes tout ébaubies et toutes soulagées"...
    La règle est donc la même.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.