Ancien français

ENTENDRE

Étymologie

Ce verbe est issu du bas latin *intendere, qui avait au départ le sens concret de « étendre, tendre quelque chose vers » ; puis au figuré celui de « tendre, diriger son regard, son esprit vers » ; enfin, en latin chrétien, il a pris la signification de « faire attention à, écouter, comprendre ».

Ancienne langue

  • Domaine de l’audition : si le sujet a une attitude active, ce verbe signifie « tendre l’oreille », d’où « s’intéresser à, s’occuper de », « prêter attention, obéir à » ou encore « consentir à, acquiescer à ». Si au contraire le sujet a une attitude passive, ce verbe prend le sens de « recevoir par l’ouïe ». Dans ce cas, il est synonyme d’oïr.
  • Domaine de l’intellection Opération de l’intellect. : le verbe peut signifier « comprendre ».
  • Domaine de la volition Manifestation de la volonté. : d’après son sens étymologique, ce verbe peut également avoir le sens d’« avoir l’intention de », qui indique une tension vers un but.

Évolution jusqu’au français moderne

  • En français moderne, le sens le plus courant de ce verbe est celui de « percevoir par l’ouïe » (avec une attitude passive du sujet qui oppose ce verbe à écouter). Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’il a définitivement supplanté ouïr, jugé vieilli. Entendre au sens d’« écouter avec attention » s’est spécialisé dans le domaine juridique, par exemple dans les expressions entendre les témoins ou entendre une cause. Dans un contexte religieux, et surtout à l’époque classique, ce verbe a pu avoir pour acception « écouter d’une oreille favorable », d’où « exaucer (les prières de quelqu’un) ».
  • Le sens intellectuel du verbe (« comprendre ») est rare dans la langue contemporaine, et se maintient surtout dans l’expression laisser entendre (« faire comprendre, insinuer »).
  • Le sens relevant du domaine de la volition n’apparaît plus que dans quelques tournures stéréotypées comme j’entends être obéi (= « je veux être obéi »).
  • En français moderne, les formes pronominales de ce verbe sont assez souvent employées au sens d’« être d’intelligence avec quelqu’un », « se comprendre, se mettre d’accord » ou « sympathiser, vivre en bonne intelligence ».

Conseils de lecture

Vocabulaire d’ancien français Fiches de vocabulaire
Vocabulaire d’ancien français
Fiches de vocabulaire
→ Bibliographie pour le Capes de lettres

Liens Internet