Ancien français

CUIDIER, QUIDIER

Étymologie

Ce verbe est issu du latin classique cogitare, « agiter ensemble des pensées », d’où « agiter dans son esprit, penser ». Il a pour doublet savant le verbe cogiter, de même étymologie, qui, devenu ironique en français moderne, a le sens de « réfléchir de manière laborieuse, souvent inefficace ».

Ancienne langue

  • Le sens le plus répandu de ce mot en ancien et moyen français est celui de « penser, croire ». Deux problèmes sont cependant à considérer :
    - Le mode employé dans la complétive introduite par cuidier. À la première personne du présent de l’indicatif, on a cuidier que + indicatif, puisque je exprime une opinion sincère. Cependant, dès que cette opinion est remise en cause, nuancée par un doute, cuidier que est suivi du subjonctif, avec le sens de « s’imaginer que, croire à tort ». À la deuxième ou la troisième personne, cuidier entraîne le mode subjonctif, puisque l’opinion d’autrui est toujours sujette à caution. Il en va de même lorsque cuidier est employé à la première personne d’un temps du passé, comme dénonçant une illusion aujourd’hui révolue.
    - La relation de ce verbe avec penser et croire : penser implique plutôt l’idée d’une déduction intellectuelle rigoureuse ; croire implique plutôt une idée de confiance irrationnelle. Cuidier, à mi-chemin entre les deux, ne distingue pas adhésion rationnelle et opinion instinctive.
  • Construit avec l’infinitif, il traduit l’imminence contrecarrée au sens de « faillir, manquer de » : cuida cheoir, « il faillit tomber ». On a le même décalage entre les faits réels et ce qui aurait pu être.
  • En construction pronominale, le verbe prend le sens péjoratif d’« être présomptueux » (littéralement, « se croire, penser être », du latin praesumere).

Évolution jusqu’au français moderne

  • Le verbe cuidier, encore vivant au XVIe siècle, disparaît ensuite au profit des verbes penser et croire, déjà présents en ancien français.
  • En revanche, ses dérivés outrecuidant (« qui fait preuve d’une confiance excessive en soi ») et outrecuidance, issus du troisième sens de l’ancien français, se sont maintenus en français moderne.

Conseils de lecture

Vocabulaire d’ancien français Fiches de vocabulaire
Vocabulaire d’ancien français
Fiches de vocabulaire
→ Bibliographie pour le Capes de lettres

Liens Internet