Repères biographiques sur Chateaubriand (1768-1848)

Chateaubriand François-René de Chateaubriand a été écrivain et homme politique. C’est l’un des précurseurs du romantisme.

Le voyageur

Destiné à la carrière de marin (son père était armateur), Chateaubriand y renonça et, en 1789, assista aux premiers bouleversements de la Révolution française. En 1791, Chateaubriand part pour l’Amérique, continent dont il fera de nombreuses descriptions dans les Mémoires d’Outre-Tombe. En 1800, il rentre en France et fait publier l’année suivante Atala. 1802 est l’année de publication du Génie du christianisme qui marque son ralliement provisoire à Bonaparte, œuvre qui est aussi un plaidoyer en faveur de la religion et qui est composée d’Atala et de René.

La carrière politique

Chateaubriand commence alors une carrière politique : il est d’abord nommé secrétaire d’ambassade à Rome et un voyage en Orient lui inspire Les Martyrs (1809) et L’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811). Dès 1811, Chateaubriand met en chantier les Mémoires d’Outre-Tombe dont la rédaction prendra trente ans. La même année, il est élu à l’Académie française. Ministre de l’Intérieur de Louis XVIII sous la Restauration, Chateaubriand devient Pair de France après l’exil définitif de Napoléon. En 1816, la publication de sa Monarchie selon la Charte cause sa révocation. De 1822 à 1824, il est ministre des Affaires étrangères, et sera invité à démissionner pour avoir critiqué la politique du gouvernement. Après la mort de Louis XVIII, Charles X arrive au pouvoir et Chateaubriand devient ambassadeur à Rome. Au cours de la « Monarchie de Juillet », Chateaubriand est écarté du pouvoir en raison de son désaccord avec l’accession au trône de Louis-Philippe. Chateaubriand abandonne alors définitivement la politique.

Le mémorialiste

Chateaubriand se consacre désormais entièrement à l’écriture de ses Mémoires, œuvre qu’il achève en 1841. Il meurt en 1848.

Œuvres de Chateaubriand

  • Atala (1801)
    Atala a d’abord été pensé comme étant une œuvre racontant le voyage de Chateaubriand en Amérique, mais elle a été ensuite remaniée pour servir d’« illustration » à un thème du Génie du christianisme. Cet ouvrage a connu un vif succès en raison de l’évocation de souvenirs de voyage, d’un certain exotisme et d’une tonalité pathétique.
  • René (1802)
    Comme Atala, René a servi d’illustration pour un chapitre du Génie du christianisme. Cette œuvre est considérée comme ayant apporté la gloire à son auteur.
  • Génie du christianisme (1802)
    Très affecté par la mort de sa mère et de l’une de ses sœurs, Chateaubriand est l’auteur de cette apologie de la religion chrétienne. L’ouvrage a été publié peu avant le Concordat. Cette œuvre a connu un grand succès à l’époque. Son but est de montrer le génie du christianisme à l’œuvre dans l’Histoire (contre la tradition philosophique). Cette œuvre a aussi été écrite pour soutenir la politique religieuse de Napoléon en 1802 (→ œuvre apologétique).
  • Mémoires d’outre-tombe (1848)
    Les Mémoires d’outre-tombe sont le récit des épisodes de la vie de Chateaubriand. Il y raconte ses voyages et sa vie politique. On y lit une certaine obsession de la fuite du temps, une mélancolie manifeste : précurseur des romantiques, Chateaubriand a conscience d’appartenir à une génération de « fin de siècle », connaissant l’écroulement d’une société fondée sur la monarchie. Les thèmes abordés sont nombreux : confrontation du destin de l’homme et de l’histoire du monde, « mal du siècle », prise de conscience de l’Histoire entre Ancien Régime et Nouveau Monde, etc.

Conseils de lecture

Mémoires d’outre-tombe Chateaubriand, Atala
Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe
Chateaubriand, Atala, René

Liens Internet