Grammaire • L’interrogation

L’interrogation est une des modalités d’énonciation qui correspond à une attitude énonciative non thétique (le locuteur demande une information ou une validation) et à un acte de langage (celui de la question).

L’interrogation directe

L’interrogation totale (ou interrogation globale ou encore interrogation connexionnelle chez L. Tesnière1)

Elle demande une validation de l’énoncé entier. L’interrogation totale n’est pas une demande d’information, puisqu’elle contient en elle-même tous les éléments lexicaux de la réponse. On y répond par « oui » ou par « non ».
Exemples : Avez-vous fait la vaisselle ? / Partez-vous en Martinique ?

L’interrogation totale est caractérisée par une intonation ascendante à laquelle correspond un signe diacritique spécifique : le point d’interrogation.

L’ordre des mots : plusieurs configurations syntaxiques sont possibles :

  • Interrogation sans inversion (langue orale ; elle est seulement marquée par une intonation montante) : Vous avez fait la vaisselle, finalement ?
  • Interrogation avec inversion du sujet :
    • Inversion simple : Avez-vous fait la vaisselle ? (sujet placé après l’auxiliaire) / Avez-vous mangé ? (sujet placé après le verbe)
    • Inversion complexe : Marie dit-elle la vérité ? (le sujet reste devant le verbe et il est repris par le pronom personnel (elle) après le verbe)
  • Interrogation avec est-ce que + SUJET + VERBE : Est-ce que vous avez fait la vaisselle ?

L’interrogation partielle (ou interrogation nucléaire chez L. Tesnière)

Elle est une demande d’information. Contrairement à l’interrogation totale, elle demande une information qu’elle ne contient pas. Elle porte sur un élément particulier, qui est représenté par un morphème interrogatif (« qui », « que », « quand », etc.) et on ne peut pas y répondre par « oui » ou par « non ».
Comme pour l’interrogation totale, l’interrogation partielle se termine par un point d’interrogation. Elle est caractérisée par une intonation descendante, avec une note élevée sur le mot interrogatif placé en tête de phrase.
Exemples : Quand avez-vous fait la vaisselle ? / Que ferez-vous en Martinique ?

L’interrogation indirecte

  • Elle est une interrogation contenue dans une phrase.
  • L’interrogation indirecte n’est pas marquée par un point d’interrogation : Je me demande si vous avez fait la vaisselle. La modalité interrogative est exprimée non par la forme de la phrase, mais par le sémantisme du verbe introducteur (se demander, chercher, ignorer, savoir, etc.). Dans notre exemple, le verbe « demander » véhicule l’idée d’interrogation.

Le cas de l’interrogation oratoire

C’est une interrogation qui équivaut à une exclamation ou à un ordre. Exemple : Pouvez-vous fermer la fenêtre ? / Avez-vous l’heure ? → Lire « les actes de langage ».


1 Voir ce document pdf, page 12, note 30.

Conseils de lecture

Questions de grammaire pour les concours (Capes et Agrégation de lettres)  Grammaire du français
F. Calas et N. Rossi, Questions de grammaire pour les concours, Ellipses.
D. Denis et A. Sancier, Grammaire du français, Le Livre de poche.

Liens Internet