Grammaire

Plus-que-parfait

Une contribution de Michel.
  • Le plus-que-parfait indique un évènement passé à un moment indéterminé avant un autre évènement passé, exprimé le plus souvent à l’imparfait, et aussi au passé simple ou au passé composé.
  • Le plus-que-parfait peut introduire une condition, dont la réalisation aurait entraîné celle de la proposition associée : « Toujours j’ai été pour le calme, et si vous m’aviez écouté, vous n’en seriez pas, à coup sûr, où vous en êtes » (Zola, Germinal, partie 7, chapitre 1).
  • Accessoirement, le plus-que-parfait peut marquer l’atténuation : « Au reste, j’étais venu savoir si vous n’avez rien à mander à Paris, où j’envoie un de mes gens qui va partir » (Marivaux, Les Sincères, scène 9), « Et vous, Docteur. J’avais cru comprendre que vous opériez vendredi ».

Voici un récit typique, mélangeant l’imparfait, le plus-que-parfait et le passé simple :

« Le lundi 13, le parlement, chambres assemblées et pairs convoqués, arrêta et publia que “c’était par une déférence volontaire pour les désirs du roi que, de tout temps, il s’était porté à enregistrer les impôts ; qu’il n’avait aucun pouvoir à cet égard, et qu’il n’en pouvait pas recevoir du roi ; que cette erreur avait duré assez longtemps, et que la cour décrétait qu’à l’avenir le roi ne pourrait obtenir aucun impôt, sans au préalable avoir convoqué et entendu les états généraux.”
Pendant la longue délibération qui, depuis huit heures du matin jusqu’à sept heures du soir, avait précédé et produit cet arrêté, un peuple immense avait rempli successivement les salles, les cours et jusqu’aux avenues du palais de justice. A l’instant où les magistrats levèrent la séance, où les portes de la grand-chambre s’ouvrirent, et où il fut fait une lecture publique d’un arrêté qui, par sa nature, devait être voué au secret, une espèce de délire s’empara de toutes les têtes. Ce n’étaient pas seulement des acclamations, mais des hurlements, des transports d’affection presque redoutables pour ceux-là même qui les inspiraient, et autant d’imprécations contre le gouvernement que de signes d’idolâtrie pour les magistrats qui lui résistaient. Il y eut de la part de ceux-ci une forte réaction. Tandis que les graves sénateurs ne songeaient qu’à se dérober à des effusions qu’ils se félicitaient intérieurement de n’avoir pas méritées, les jeunes gens des enquêtes aimaient à se sentir pressés par la foule, se dénonçaient, pour ainsi dire, l’un l’autre à la reconnaissance populaire, et désignaient pour le triomphe ceux d’entre eux qui venaient d’opiner avec le plus de hardiesse dans la délibération des chambres. Le conseiller d’Eprémesnil avait à peine paru, qu’il fut élevé au-dessus de toutes les têtes, puis porté dans les bras jusqu’à sa voiture. Les imitateurs de son courage furent associés à sa gloire. Le temple de la justice devenait insensiblement le siège de la révolte.
Dès le soir il se tint à Versailles un conseil extraordinaire. Il y en eut un second le lendemain, et dans la nuit tous les membres du parlement reçurent une lettre de cachet qui leur ordonnait de se rendre à Troyes en Champagne. Ils obéirent. »


Weber, Mémoires, chapitre 2.

Voici quelques autres exemples d’utilisation du plus-que-parfait :
« C’est ainsi que, pendant longtemps, quand, réveillé la nuit, je me ressouvenais de Combray, je n’en revis jamais […] que le décor strictement nécessaire au drame de mon déshabillage ; comme si Combray n’avait consisté qu’en deux étages reliés par un mince escalier, et comme si il n’y avait jamais été que sept heures du soir » (11), « Cet homme habile n’avait reçu qu’une instruction sommaire » (chapitre 1), « Les normaliens frais émoulus étaient donc persuadés que la grande révolution avait été une époque idyllique » (chapitre 2), « On y voyait des foies si parfaitement méconnaissables que l’artiste avait dû peindre à côté d’eux le foie appétissant du bon citoyen » (chapitre 2), « Alors le père et le grand-père, et parfois même les voisins –qui n’avaient jamais étudié qu’avec leurs mains– venaient leur poser des questions, et leur soumettre de petites abstractions dont jamais personne au village n’avait pu trouver la clef » (chapitre 2), « C’est parce qu’il était sorti, lui aussi, dans un bon rang, que la déhiscence de la promotion ne l’avait pas projeté trop loin de Marseille, et qu’il était tombé à Aubagne » (chapitre 3).

Lectures suggérées

Grammaire  Grammaire méthodique du français
Grammaire, Le Robert & Nathan.
M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, Grammaire méthodique du français, PUF.

Voir aussi

Liens Internet