11

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

merci beaucoup
je poste demain soir ce que jaurais fais ce soir ok?
mercibon enfete hier soir yavait une sortie(representation de on ne badine pas avec lamour) donc je poste ce que jai fais

Rhinocéros est une pièce de théâtre écrite en 1959, créé à Düsseldorf, elle fut jouée un an plutard à Paris par Jean-Louis Barrault, c'est lui qui en assura le succès. Cette pièce traite du totalitarisme, de l’endoctrinement et du fanatisme qui agissent comme une véritable épidémie la plupart du temps. Dans la pièce c’est à travers une ville imaginaire où les habitants se transforment en rhinocéros les uns après les autres que sont transmises les idées de Ionesco. Une transformation physique et mentale. Un homme, Jean, assiste impuissant à la transformation du monde qui l'entoure, il se débat sans espoir et se demande s'il a raison de lutter. Il en devient le dernier de son espèce.
L’extrait qui nous intéresse se situe dans le première acte de la  première scène de la pièce
là jai pas encor emis le plan et les questions enfin....(premiere partie: scene dexposition


L'extrait que nous étudions fait partie de la scène d'exposition de l'oeuvre théatrale composé par Ionesco. Cette scène a pour but de nous présenter l'intrigue ainsi que les personnages. Les costumes permettent aux spectateurs de situer à quelle époque se situe le pièce. Cette scène se situe donc à notre époque comme le montre les mots «  cravate » et « veston ». Ce sont les didascalies qui nous apportent ces indications sur les costumes. Le vocabulaire employé par les différents personnages montrent également une certaine modernité de la pièce, « gueule de bois », « bureau », « cirrhose ».On apprend aussi que Jean fait tres attention à son apparence vestimentaire et physique, il va même jusqu'à s'occuper de Berenger « vos vêtements sont tout chiffonnés »et «Tenez, voici un peigne » . Ce même Berenger qui mene une vie rythmé par son travail « en semaine c'est moins fréquent, à cause du bureau... ». Ceci nous permet de déduire  la situation sociale de Berenger et de Jean; ce sont des personnages issues de la petite bourgeoisie.
Cependant ceci ne nous donne pas les élèments principaux de l'intrique. En lisant cette extrait on remarque que l'enjeu de la pièce n'est pas dit explicitement. A première vue c'est une discussion anodine entre deux personnages, « vous etes dans un triste état, mon ami » et  « j'ai mal aux cheveux ...» montre la banalité de cette conversation. Ceci est une façon de dénnoncer nos vies qui son vide et sans interet, en changeant les règles utilisés dans le théâtre classique  Ionesco créer une attente mais surtout une surprise chez les spectateurs. Ce vide serait-il l'une des raisons pour lesquelles la « rhinocérite » c'est si vite propagée.
Cependant même en ne donnant pas l'intrigue attendu elle répond à la définition énnoncée par Boileau. Cette scène est rapide ce qui permet aux specateurs de ne pas se lasser. Les marques de l'oralité sont très présentes « Tiens », « Oh ». Celles-ci permettent également d'accrocher le spectateur a la pièce. On a là une scène vivante, comme le montre les nombreuses phrases exclamatives et interrogatives : « où est-elle? », « vous l'avez perdue dans vos ébats! » ou encore « vous croyez? » et « c'est lamentable, lamentable ! »

12

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

Je n'aime pas du tout ton intro ! Ce n'est que mon avis, mais rien n'est dit. Il y a une manière de procéder. D'abord, situer la pièce et dire par qui elle a été écrite très bien. Ajouter où elle fut créée et qui l'a rendue célèbre n'ajoute rien du tout, au contraire, c'est très lourd. Cela donne l'impression que tu cales les notes de ton dico histoire d'occuper de la place. Les profs appellent ça du remplissage. Ton intro n'est pas structurée : tu as raison de dire qu'il s'agit d'une scène d'exposition, et d'en rappeler les attentes, mais tu mets tout dans le désordre. En expliquant d'abord de quoi elle traite (et officiellement, il n'est écrit nulle part dans la pièce le mot totalitarisme !) et ensuite que c'est une scène d'exposition, tu présentes les choses à l'envers. L'inverse serait bien plus efficace. De plus, je te le redis : il n'y a pas de découpage en scène dans Rhinocéros, seulement trois actes. Ce n'est donc pas la scène 1 de l'acte I mais simplement l'acte I (ce n'est même pas tout à fait le début puisqu'un certain nombre de didascalie et de répliques précèdent).

Il serait plus efficace d'opter pour une présentation du type : Il s'agit d'un extrait de Rhinocéros, sans doute la pièce la plus célèbre d'Eugène Ionesco, écrite en 1959. (peut-être même serait-il tout à fait opportun de rappeler que Ionesco a dû fuir sa patrie -la Roumanie je crois- à cause de la montée du nazisme). Nous sommes au début de la pièce, écrite en trois actes, dans ce qui constitue l'exposition de l'acte I. Deux hommes sont assis à la terrasse d'un café, et avaient rendez-vous. Bérenger était en retard, tandis que Jean venait d'arriver sur les lieux. L'absurde de Ionesco commence ici : Jean reproche à Bérenger son retard, alors qu'il ne l'a même pas attendu ! Les deux hommes s'installent, et Jean dresse le constat de l'état pitoyable de son 'ami' avec lequel il a pourtant honte d'être vu.

Cela devrait suffire, mais c'est à étoffer. Pour revenir maintenant sur le fond de la suite, tout cela reste très désordonné. Il y a de bonnes remarques cependant. D'autres moins bonnes.  A commencer par les costumes. Tu ne peux pas dire qu'ils sont de notre époque ! Nous sommes en 2007, pas en 1959, ce n'est pas la même époque ! La modernité des mots... non plus ! Ce n'est pas pertinent, ça n'apporte rien à ton explication. Là encore, c'est du remplissage. La vie de Bérenger n'est pas rythmée par le bureau mais par l'alcool, quand tu donnes la réplique, tu fais un contresens, il veut juste dire que la semaine il a moins le temps de boire à cause du travail, mais il boit tout de même. Le soin de Jean indique son appartenance à un monde très formaté, il ne faut pas sortir du lot ni se faire remarquer. On dirait que tu n'as pas lu ce que j'ai pris la peine de te poster précédemment. Il y avait beaucoup de choses à en tirer ! Donc, si Bérenger boit, c'est qu'il refuse d'appartenir au même monde que Jean, c'est son libre-arbitre, il le conserve. C'est cela l'essentiel. C'est parce qu'il conserve son libre-arbitre qu'il ne subira pas la rhinocérite. Je ne crois pas non plus qu'on puisse dire qu'ils sont issus de la petite bourgeoisie simplement en sachant que Bérenger travaille dans un bureau. La banalité de la conversation... oui et non. La banalité c'est le mauvais temps, pas les remarques extrêmement dures de Jean. Mais ton point de vue se justifie néanmoins. Tu devrais simplement le nuancer. Alors par contre, quand tu parles de la modification des règles du théâtre classique, attention, pente très glissante ! Le théâtre Classique c'est Racine, alors oui il y a une modification, mais fais attention à l'adjectif que tu emploies. Je te conseille donc d'évoquer plutôt une nouvelle esthétique du théâtre : l'esthétique de l'absurde. Je ne crois pas que Ionesco dénonce nos vies vides et sans intérêt, il dénonce le fait que la pensée collective, la propagande, est une régression vers un statut animal. Tu évoques une définition de Boileau, mais laquelle ? Tu ne l'as même pas citée et on ne sait pas de quoi tu parles ! En ce qui concerne les marques de l'oralité, encore une fois, je ne vois pas ce que cela a de pertinent. Je t'ai donné de très bonnes pistes et tu pars dans des élucubrations sans intérêt. Au lieu de parler de marques d'oralité, évoque plutôt, comme je te l'ai suggéré, la gradation du discours, la méchanceté qui se fait de plus en plus grande ainsi que le reproche. Et enfin la phrase ultime : "j'ai honte d'être votre ami". N'est-ce pas là une phrase très dure ?

Voilà j'ai repris en détail ce que tu as fait. Ton travail est louable car on voit que tu cherches à justifier tes remarques, quand bien même celles-ci ne sont pas tout à fait exactes. Continue comme ça, tu rendras un bon devoir smile

Bon courage !

13

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

merci a toi je vais tenter de prendre en compte tes remarques (sauf une ou deux, car je trouve que ce que jai mis peut se justifier (mais encore faut il que je me jusitifie))
je pense avoir finit demain soir ou vendredi mais aujourdhui je nai pas le tempsbon je tenvoie par message car des personnes de ma classe sont tombés sur mon truc (premiere page de google) et jaimerai pas que lon me pique mes idées..... tu peux repondre sur le ici ou par mail
merci davance
jai vite fait repris ce que javais fait mais pas trop... je me suis plutôt attardé sur la deuxieme partie et jai reflechi a la troisieme       
merci davancebonsoir
juste une precision a relevé
il ne faut pas lire En attendant godot mais la cantatrice chauve ll
enorme faute de ma part

voici la fin de la deuxieme partie et le debut de la troisieme

On peut identifier une troisième sorte de comique dans cette extrait qui se confond entre le comique de caractère et le comique de situation. De part la situation de départ qui est plutôt anodine. On voit deux collègues plutôt amis mais qui au fil du texte se « dispute » pour ne plus se quitter en tant que tel. Jean à « honte » d'être l'ami de Berenger. L'opposition lié au caractere de chaque personnage produit elle aussi un effet de rire chez le lecteur. Jean est soigneux, méthodique et régide contrairement à Berenger qui est superflu dans ses actions et désinvolte.Berenger est même en adminiration façe à son collègue comme le montre l'expression « vous êtes soigneux vous ». Ceci nous fait arriver sur le caractere des deux personnages.

On a dans cette pièce deux personnages qui ne sont en rien des stéreotypes de la comèdie comme il serait imaginable. A part leur position dans la hierarchie sociale il est très difficile de s'identifier soit à Jean soit à Berenger. Car ils representent chacun une extreme. C'est en ça également qu'ils sont opposés. Jean avec sa méchanceté remet en cause leur « amitié » comme le montre l'expression « j'ai honte d'être votre ami ». Tandis que Berenger avec sa naïveté plait aux spectateurs même dans le  « triste état » où il se trouve.

14

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

ui, effectivement ce que tu mets n'est pas du tout protégé!!!
la preuve, je suis mmoi aussi tombé dessus! je viens tout juste de commencer le mien... tongue
bon, ciao...
jean (le boss de ta classe)

15

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

bonsoir
pour info jai eu 13 merci de mavoir aidé au debut ca ma permis de me lancer...  je ne comprends pa pourqupi tu nas pas repondu apres mais bon pas grave
demain devoir de 4h sur le theatre je revise..... boileau surtout
a+

16

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

j'ai pas repondu parce que j'ai pas eu de message -_-
en tout cas 13 c'est plutôt pas mal smile

Bravo et bonne chance pour demain

17

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

Bonjour à tous!!

J'ai moi aussi à rendre un commentaire littéraire concernant ce même texte de Ionesco.

J'ai relevé beaucoup d'informations dans ce dialogue entre Jean et Bérenger, j'ai même commencé une introduction mais voilà, me manque le plus important une problématique et des axes...

Voici cette introduction (qui doit être paufinée):

a)situation:
                             Ce texte est un extrait de Rhinocéros, pièce de théâtre écrite par l'écrivain et auteur dramaturge français d'origine roumaine, Eugéne Ionesco. Cet auteur considéré avec Samuel Beckett comme le père du théâtre de l'absurde, a exposé sur scène une vision absurde de la condition humaine : le personnage est ôté de toute communication cohérente et il n'y a aucune cohérence à l'intrigue et aux propos tenus sur scène.
b)caractérisation:
                             Ce texte issu d'une critique du totalitarisme, met en place un dialogue entre deux personnages, Bérenger et Jean, deux amis qui se retrouvent afin de discuter. L'un est îvre mort et semble mal dans sa peau, l'autre sûr de lui, se permet de faire des reproches à son interlocuteur à propos de son état physique.
c)problématique:

Bon cette mini intro est un peu baclée je le reconnais mais j'y retravaillerai...
J'avais trouvé une problématique mais je ne sais pas si elle est correcte : "en quoi ce texte dégage-t-il un caractère absurde?"

Réflexion faite, j'ai pensé que ça pouvait faire l'objet d'un argument, non d'une problématique... Enfin qu'en dites-vous?

18

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

bonjour
si tu veux je peux tenvoyer le mien...? donne moi une adresse et je te le file (en ayant corrigé les remarques que mon prof ma fait bien sur)

bac blanc ce matin ca ma creuse la tete dis donc pas facile ce sujet sur le theatre

19

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

Ca me ferait plaisir et ça m'aiderait sûrement!

envoie à cette adresse : […]

Merci  smile

(Message édité.)

20

Ionesco, Rhinocéros, acte I, scène 1

pourquoi l'adresse que j'ai écrite a été surprimée, on n'a pas le droit de transmettre une adresse e.mail?