Voltaire, Candide - Les personnages de Martin et Pangloss

Vu que l'heure se prête aux recherches insensées sur les oeuvres littéraires et que ma cafetière est encore pleine je m'interrogeai sur un sujet qu'il me tarde de rendre à mon professeur de français, il s'agit des personnages secondaires de Candide.
Sur la plupart, mon sujet est fait mais je me disais qu'une comparaison des deux personnages les plus "philosophes" du conte (Pangloss, l'optimiste et Martin, le pessimiste) serait intéressant... Leurs deux philosophies étant absolument contraire et Voltaire ne semble aimer ni l'une ni l'autre. Pourtant on le sent plus proche du pessimisme que de l'optimisme (dénoncé tout au long de l'oeuvre) Je me trompe ?
D'autres questions sont à explorer également sur ce sujet. Martin semble le seul qui n'est pas un nom signifiant quelque chose, qu'en penser ? Etc...
Si vous avez quelques réponses dans la soirée, je prend...

2

Voltaire, Candide - Les personnages de Martin et Pangloss

Bonjour Rsir,

Tu concurrences Balzac (pour le café).
Tu ne te trompes pas.
Tu pourrais aller lire cette page du site ici.
Martin n'est pas le seul à porter un nom qui ne signifie rien : je pense à Jacques le bon anabaptiste, Cacambo peut-être (hormis l'aspect exotique de son patronyme).

Voltaire, Candide - Les personnages de Martin et Pangloss

J'ai pu concocter ceci hier, clôturé vers les 2h du matin... Ouvert pour toute remarques ou compléments.

I - Martin // Pangloss

a) Deux personnages opposés mais étroitement liés. Philosophies contraires, font partie tout 2 de l'enseignement de Candide. Bien que l'optimisme de Pangloss est dénoncé tout au long du livre. Pessimisme de Martin =/= But de Voltaire. Ils ont tout les deux une conception du bien et du mal trop poussée.

b) Pangloss→ Présent dès le premier Chapitre, présenté comme un beau parleur (Pan/Gloss = Tout en langue) Définition absurde et moqueuse : Meta-physico-Théologo-Cosmolonigologie. Décrit par sa philosophie "il n'y a point d'effet sans cause" Démonstration incohérente et inutile.
Martin→ Arrive au chapitre 19, choisit presque par le hasard et selon des volontés de candide qui veut un homme ayant vécu des malheurs pour qu'il puisse les raconter. V. le définit de savant et de "Bon homme" et le décrit par ses malheurs.

c) Pangloss→ apparaît au premier chapitre; Candide quitte le château; le retrouve vérolé, borgne et mutilé; le suit jusqu'au Portugal ou Pangloss est pendu; la corde se noue et il peut respirer, lors d'une opération il se réveille, va à Venise puis Constantinople et se fait forçat car il a ramassé un bouquet dans une mosquée et l'a donné à une jeune fille; retrouve Candide dans une galère et le suit jusque à la fin du livre.
Martin→ Vie malheureuse volé par sa femme, battu par son fils, abandonné de sa fille se retrouve à Surinam. Suit Candide jusqu'à la métairie.

d) Pangloss→ Aucune évolution au fil du roman, même après les malheurs qu'il a subit il croit toujours vivre dans le meilleur des mondes possibles. = absurdité.
Martin→ Aucune évolution également. Reste dans le pessimisme, il va cependant influencer Candide contre le discours de Pangloss qui n'est plus à présent acceptable pour quiconque.

e) Pangloss→ La philosophie de Pangloss est similaire à celle de Leibniz qui prétend que "Tout est au mieux dans le meilleur des mondes" Philosophie qui est d'abord la base dans l'esprit de Candide mais qui tend à décroître au fil de ces mésaventures. Les malheurs d'abattants sur les protagonistes rendent cette théorie inacceptable. Au chapitre 30 Candide renie alors la pensée de Pangloss en le coupant à deux reprises dans ses discours inutiles.
Martin→ Théorie totalement opposée à celle de Pangloss. Manichéens et pessimiste allant jusqu'à la paresse. Pour Martin quelque soit l'endroit où il est tout est au plus mal, le fait de travailler est alors un moyen d'oublier ce mal. Cette philosophie n'est pourtant pas celle défendu par Voltaire car elle est également dans la croyance de deux forces, le bien et le mal.

f) Les deux discours de Pangloss et Martin ressemble fort à une structure de dissertation littéraire. La thèse de base de Pangloss, l'optimisme se voit réfuter tout au long du récit puis une antithèse apparaît, celle du pessimisme de Martin. Finalement c'est une sorte de synthèse qui apparaît au chapitre 30 par la phrase de Candide répété par deux fois : "Il faut cultiver notre jardin"