Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

bibou1004 a écrit :

votre avis svp: faut il ecrire?

'Merci à Chantal de nous avoir guidé"?
'Merci à Chantal de nous avoir guidée"?
'Merci à Chantal de nous avoir guidés"?

Il me semble saugrenu de considérer Chantal comme directeur de thèse....

22

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Merci!

le 'nous' représentait 'mon mari et moi'.

j'aurais dû poser la question avant, ça nous aurait éviter de faire la faute sur le livret de messe de notre mariage sad

Merci bien et bonne continuation à vous

23

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Rien n'est plus facile que d'accorder un participe passé avec l'auxiliaire avoir. Il suffit de se mettre à la place des grammairiens qui ont décidé de cette règle grammaticale : Pour faire l'accord, il faut savoir, au moment où on écrit le participe passé, si l'on connaît le complément d'objet direct, donc si on l'a déjà écrit (traduit par : placé devant).
Exemple :  La chanson a été enregistrée dans le manoir de Catherine’s Court, une bâtisse qui datait du quinzième siècle et que le groupe avait loué comme studio d’enregistrement. "
Dans ce cas, lorsque l'on écrit "loué", il faut se poser la question de savoir si l'on a déjà écrit le COD. Ici, le COD est "bâtisse" et non "manoir" qui ne fait pas partie du même terme.
En conséquence, la bonne orthographe est "louée".
Attention : Il peut y avoir des pièges.
"Les efforts que ce livre m'a coûtés" (COD : efforts)
"Les 15 € que ce livre m'a coûté" (15 € n'est pas un COD mais un complément circonstanciel de coût donc pas d'accord).

Cependant, pour ne plus faire d'erreur lorsque vous accordez un participe passé avec l'auxiliaire "avoir", demandez-vous au moment où vous écrivez ce participe passé, si vous avez déjà écrit le COD. Si oui : accord ; si non : pas d'accord.

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

En confirmation de ce que propose Nicolion, voici ce que j'avais déjà proposé sur un autre fil le 6 juin dernier.
Même pas besoin de parler de COD, en fait :

J'aime bien la méthode qu'un grammairien contemporain un peu frondeur, Wilmet, a proposé  pour résoudre sans user de termes grammaticaux la plupart des accords courants. Elle ne résout pas tout, bien sûr, mais elle peut souvent aider bien des écoliers (ou adultes !) hésitants. 

Au moment où l'on écrit le participe passé, toujours se demander si l'on a déjà écrit ce qui est... ou ce qui s'est...  (+ participe passé)

Application la plus simple :

"J'ai jeté des fleurs." — Au moment même où j'écris "jeté", ce qui est jeté (les fleurs), n'est pas encore écrit : pas d'accord !
 
"Les fleurs que j'ai jetées étaient fanées." — Au moment où j'écris "jetées", j'ai déjà écrit ce qui est jeté (les fleurs) : accord ! (féminin pluriel).

Peu importe que je sache, dans ma tête, ce que j'ai jeté. L'ai-je déjà écrit au moment où j'écris "jeté"?

25

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Le plus difficile dans l'accord du Cod, c'est lorsqu'il s'agit de deux verbes qui se suivent comme par exemple :

"la vérité dont elle s'était laissé convaincre"

Laissée ou laissé ? J'ai appris que ce verbe ne s'accordait jamais quand il était suivi d'un autre verbe. Mais pour la subtilité de la langue, si on veut insister sur la notion de "laisser" quelque chose, plus que "convaincre", on peut mettre le "e".

"la vérité qu'elle s'était mis(e?) à détester"

Dans un autre genre (pas pronominal cette fois) avec des expressions :
"La place qu'il avait laissé de côté"

laissé ou laissée ? Ah ah !

"la rose qu'il avait laissé se faner"

Sauf erreur. Mais j'attends des "compléments" ou des corrections bien sûr smile

26

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

La place qu'il avait laissée de côté : c'est la règle habituelle : COD avant le participe, donc accord.

La vérité qu'elle s'était mis à détester : "que" mis pour "vérité" n'est pas COD de "était mise" mais de détester.

Normalement, un participe passé suivi d'un infinitif s'accorde si le COD fait l'action exprimée par l'infinitif. Il est à la fois COD du verbe conjugué et sujet de l'infinitif. Mais laisser, comme faire, est un cas particulier.

Pour laissé suivi d'un infinitif, il n'y a pas de règle absolue : certains estiment que ce participe doit être invariable (à l'instar de fait), d'autres l'accordent. :
- les clefs que j'ai laissé(es) tomber
* avec l'auxiliaire être (forme pronominale) :
- elles se sont fait prendre ;
- elle s'est laissée mourir de chagrin (c'est elle qui meurt) ;
- elle s'est laissé séduire (ce n'est pas elle qui séduit).
Les cas d'accord de « fait » et « laissé » suivis d'un infinitif ne sont pas simples. Aussi, et compte tenu des recommandations du Conseil supérieur de la langue française de 1990, on peut considérer que les participes « fait » et « laissé », suivis immédiatement d'un infinitif, sont invariables (avec l'auxiliaire avoir comme en emploi pronominal).

(BOF)

donc  : elle s'est laissé convaincre, , la rose qu'il avait laissé se faner

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

"la vérité dont elle s'était laissé convaincre"
Tout-à-fait Anne ; elle a laissé convaincre qui ? elle ; donc s' mis pour elle est COD de convaincre, et pas de (s')être laissé.

28

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Et une phrase comme : "cette vie, je l'ai vu défiler"

Vu ou vue ?  big_smile

29

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

vue, puisque c'est la vie qui défile.

30

Accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Merci !!
Je reviens avec cette phrase : "c'est l'impression qu'elle m'a faite" ?

(m', bien que coi, est masculin, je précise).

Impression n'est-il pas cod ? J'hésite tout de même à accorder...

J'aimerais votre avis, merci d'avance smile