1

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

C'est pour mercredi prochain :-D

alors pour le plan le voici :

l.1 à l.6 = " la faillibilité de l'humaine "
l.7 à l.23 = " la faillibilité de la justice " - les lois et les droits changent selon les époques
l.24 à l.25 = " Le verdict de la justice est un hasard "

voici mon introduction , dites qu'est que vous en pensez

Ce discours a été prononcé le 17 septembre 1981 par le ministre de la justice robert badinter à l'assemblée nationale qui est chargée d'abolir la peine capitale.
Pour débuter , le commentaire suivant nous allons commenté 3 plan , nous pouvons les distinger par des alinéas et des sauts de lignes.
De la ligne 1 à 16 , Robert badinter démontre la faillibilité de l'humaine.
De la ligne 7 à 23 , il expose la faillibilité de la justice par ses sentiments et changement des droits et des lois selon l'epoque
De la ligne 24 à 25, il nous fait montrer la loterie de la justice , le verdict peut etre un pur hasard de chance ou de malchance .

ou

Dans son discours face à lAssemblée nationale datant de 1981, Robert Badinter, un ancien avocat qui devient ministre de la justice par francois mitterand , qui vient d´etre juste élu président de la république, s'exprime sur un sujet polémique: l'abolition de la peine capitale...

mais des gens disent qu'il faut pas annoncé le plan et je ne sais pas comment le mettre sans montrer le plan indirectement , et je dois aussi troouvé la problématique et je ne trouve pasle texte :

Il s’agit bien, en définitive, dans l’abolition, d’un choix fondamental, d’une certaine conception de l’homme et de la justice. Ceux qui veulent une justice qui tue, ceux-là sont animés par une double conviction : qu’il existe des hommes totalement coupables, c’est-à-dire des hommes totalement responsables de leurs actes, et qu’il peut y avoir une justice sûre de son infaillibilité au point de dire que celui-là peut vivre et que celui-là doit mourir.

A cet âge de ma vie, l’une et l’autre affirmations me paraissent également erronées. Aussi terribles, aussi odieux que soient leurs actes, il n’est point d’hommes en cette terre dont la culpabilité soit totale et dont il faille pour toujours désespérer totalement. Aussi prudente que soit la justice, aussi mesurés et angoissés que soient les femmes et les hommes qui jugent, la justice demeure humaine, donc faillible.

Et je ne parle pas seulement de l’erreur judiciaire absolue, quand, après une exécution, il se révèle, comme cela peut encore arriver, que le condamné à mort était innocent et qu’une société entière - c’est-à-dire nous tous - au nom de laquelle le verdict a été rendu, devient ainsi collectivement coupable puisque sa justice rend possible l’injustice suprême. Je parle aussi de l’incertitude et de la contradiction des décisions rendues qui font que les mêmes accusés, condamnés à mort une première fois, dont la condamnation est cassée pour vice de forme, sont de nouveau jugés et, bien qu’il s’agisse des mêmes faits, échappent, cette fois-ci, à la mort, comme si, en justice, la vie d’un homme se jouait au hasard d’une erreur de plume d’un greffier. Ou bien tels condamnés, pour des crimes moindres, seront exécutés, alors que d’autres, plus coupables, sauveront leur tête à la faveur de la passion de l’audience, du climat ou de l’emportement de tel ou tel.

Cette sorte de loterie judiciaire, quelle que soit la peine qu’on éprouve à prononcer ce mot quand il y va de la vie d’une femme ou d’un homme, est intolérable. Le plus haut magistrat de France, M. Aydalot, au terme d’une longue carrière tout entière consacrée à la justice et, pour la plupart de son activité, au parquet, disait qu’à la mesure de sa hasardeuse application, la peine de mort lui était devenue, à lui magistrat, insupportable. Parce qu’aucun homme n’est totalement responsable, parce qu’aucune justice ne peut être absolument infaillible, la peine de mort est moralement inacceptable. Pour ceux d’entre nous qui croient en Dieu, lui seul a le pouvoir de choisir l’heure de notre mort. Pour tous les abolitionnistes, il est impossible de reconnaître à la justice des hommes ce pouvoir de mort parce qu’ils savent qu’elle est faillible.

Le choix qui s’offre à vos consciences est donc clair : ou notre société refuse une justice qui tue et accepte d’assumer, au nom de ses valeurs fondamentales - celles qui l’ont faite grande et respectée entre toutes - la vie de ceux qui font horreur, déments ou criminels ou les deux à la fois, et c’est le choix de l’abolition ; ou cette société croit, en dépit de l’expérience des siècles, faire disparaître le crime avec le criminel, et c’est l’élimination.

Cette justice d’élimination, cette justice d’angoisse et de mort, décidée avec sa marge de hasard, nous la refusons. Nous la refusons parce qu’elle est pour nous l’anti-justice, parce qu’elle est la passion et la peur triomphant de la raison et de l’humanité.

Travail que j´ai fait :
http://img90.imageshack.us/img90/6739/fr1ji1.jpg
http://img90.imageshack.us/img90/1738/fr2wg1.jpg
http://img90.imageshack.us/img90/8830/fr3zv0.jpg
http://img503.imageshack.us/img503/4408/fr4yg2.jpg

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

Ta 2nde intro est meilleure ; et il est préférable d'annoncer le plan

3

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

en faite pour le deuxieme

Dans son discours face à l’Assemblée nationale datant de 1981, Robert Badinter, un ancien avocat qui devient ministre de la justice par François Mitterrand, qui vient d´etre juste élu président de la république, s'exprime sur un sujet polémique: l'abolition de la peine capitale...

je ne sais pas annoncé le plan a part les 3 partie du plan mais des gens disent qu'il faut pas tout devoilé et il faut mettre un problématique est ce vrai ?voila je pense que c'est les procedé argumentatif dans un discours <== problématique a vous de dire si c 'est ca ?J’ai trouvé une problématique ===> les procédés argumentatifs dans un discours

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

Ton plan du texte (1er message) devrait te permettre de dégager la problématique

5

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

pour la problématique c 'est les procedé argumentatif dans un discoursj'ai refait la phrase

Dans son discours de 1981, face à l'Assemblée nationale, Robert Badinter, ancien avocat devenu ministre de la Justice sous François Mitterrand, tout juste élu Président de la République, défend un projet de loi controversé à l'époque : l'abolition de la peine capitale...as tu une idée Léah  ?

6

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

L'annonce du plan est la dernière étape de l'introduction mais comment fait -on pour l'introduire :-( et c'est quoi le plan dans ce discours svp ?voila j'ai fait ca je sais pas si c 'est bon :

dans son discours de 1981 , face a l'assemblée nationale, Robert Badinter, ancien avocat devenu ministre de la justice sous François Mitterrand, tout juste élu président de la republique, défend un projet de loi controversé à l’époque : l'abolition de la peine capitale.
Nous allons nous intéresser aux procédés argumentatifs utilisé par le personnage et par la suite des faillibilité de l'homme et de la justice pour et pour conclure le hasard du verdict a cette époque .

dites moi si c'est bon , je pense qu'il faut rajouté des choses ) merci de vos réponses

(Message édité.)

7

Discours de Robert Badinter sur l'abolition de la peine de mort

Bonjour à tous !
Alors je me présente : Je m'appelle Amira et je suis une élève de 3 ième et j'ai un petit de mal avec mon DM qui porte sur l'argumentation je vais vous  joindre ci dessous le texte , les quelques questions auquel je n'ai pas pu répondre avec des suggestions de réponse .
Merci de votre attention et des vos réponses futur !

La première question est : Qui parle ? A qui s'adresse-t-il ? Dans quel lieu ? A quel titre ? Dans quel but ?
Je pense avoir la réponse à tout sauf à A quel titre je ne comprend pas le sens de la question
Voici ma réponse : C'est le narrateur Robert Badinter qui s'adress aux auditeurs et lecteurs , il se trouve à L'assembléé Nationale afin d'abolir la peine de mort .

La seconde Quelle thèse réfute t-il ? Quelle thése défend-t-il ?
Je pense que la thése qu'il réfute est que la Justice soit infaillible mais je ne voit pas quel thèse il défend hmm

La troisième est dans le  2ième ,3ième et  4ième paragraphe répérer les phrases qui expriment l'opposition .
Je n'ai trouvé aucune phrase O_O

Puis la dernière : Observer les 3 dernière phrases du paragraphe 4 Quel procédés sont utilisés pour emporter la conviction des députés ( synthaxe , rythme des phrases , sonorités , lexique , figure de style ... ) ?


Ps : Désolé pour les fautes d'orthographe et pour le nombre de questions .