Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Ça y est, je crois que j'ai finis de monter mon plan, juste deux dernières questions.

En problématique, je songeais : "En quoi peut-on qualifier cette scène de « débat affectif »  ?"
Cela recouvre t-il l'ensemble du plan ?

Et si ma conclusion est-elle convenable ?
- La présence d'un débat actuel dans un texte relatant l'antiquité.
- En 1935, la peur d'une seconde guerre mondiale.

Si tout cela est juste, je pourrais surement effectuer le commentaire sans trop de soucis.

12

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

J'essaierais une problématique plus précise et plus excitante : en quoi ce dialogue théâtral traite-t-il de la guerre sur un ton moderne ?

La conclusion doit synthétiser ton argumentation. L'ouverture finale peut consister sans doute à montrer la permanence du mythe ou l'intérêt de la réécriture...

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

J'en prend note.
Merci encore pour votre aide Jean-Luc.

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

S'il vous plaît est ce que quelqun pourrait m'aider a fair emon commentaire sur jean giraudoux la guerre de troie n'aura paslieu!!! svp

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

15

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Bonjours à tous moi aussi je dois réaliser ce commentaire mais je bloque un petit peu:

J'ai trouvé une problématique (dont je suis assez fier je dois le reconnaître  big_smile ): Comment Giraudoux prône-t-il le pacifisme face à une guerre inévitable à travers la voix d'Andromaque, à l'aube de la seconde Guerre Mondiale?

J'ai également trouvé les deux premières parties de mon plan (je cherche encore, péniblement, la troisième):

I)Le désespoir d'Andromaque...
  a)Andromaque est inférieure à Priam hiérarchiquement
  b)Andromaque utilise la persuasion, puis la "conviction" (je sus pas sur de ce mot, le fait de convaincre en clair)
  c) Les horreurs de la guerre (champ lexical des animaux, de la mort)

II)...face à la raison de Priam
  a)Guerre inévitable, malheuresment
  b)...
  c)"La raison du plus fort est toujours la meilleur" (dernière réplique)

III) ....

Voilà, mais j'ai l'impression que mon plan ne "colle" pas avec mon projet de lecture, qu'en pensez-vous? lequel devrais-je changer? Et pouvez-vous m'indiquer "une piste" vers où chercher pour trouver mon troisième axe s'il vous plait, merci d'avance  smileSujet fini non sans mal, merci beaucoup pour votre aide... 
Désolé pour le hors sujet mais: dédicace à la 1èreS4 dont quelques membres ont grillé ma présence sur ce forum  big_smile

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Bonjour,

J'ai une question de corpus à rédiger ces vacances qui regroupe 4 textes :

-Les caractères ou les moeurs de ce siècle, Jean de la Bruyère
-Candide, Voltaire
-"Paix", Damilaville
-La guerre de troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6, Jean Giraudoux

La question étant: Quels moyens emploient les auteurs du corpus pour critiquer la guerre ?, il me semble évident d'organiser la réponse en "convaincre" et "persuader". Ainsi je pense que les trois premiers textes correspondent à "persuader" mais je ne suis pas sur du dernier qui serait "convaincre". Voici l'extrait :


PRIAM
- Je ne veux pas, ma petite chérie. Mais savez-vous pourquoi vous êtes là, toutes si belles et si vaillantes ? C'est parce que vos maris et vos pères et vos aïeux furent des guerriers. S'ils avaient été paresseux aux armes, s'ils n'avaient pas su que cette occupation terne et stupide qu'est la vie se justifie soudain et s'illumine par le mépris que les hommes ont d'elle, c'est vous qui seriez lâches et réclameriez la guerre. Il n'y a pas deux façons de se rendre immortel ici-bas, c'est d'oublier qu'on est mortel.
ANDROMAQUE
- Oh ! justement, Père, vous le savez bien ! Ce sont les braves qui meurent à la guerre. Pour ne pas y être tué, il faut un grand hasard ou une grande habilité. Il faut avoir courbé la tête, ou s'être agenouillé au moins une fois devant le danger. Les soldats qui défilent sous les arcs de triomphe sont ceux qui ont déserté la mort. Comment un pays pourrait-il gagner dans son honneur et dans sa force en les perdant tous les deux ?
PRIAM
- Ma fille, la première lâcheté est la première ride d'un peuple
ANDROMAQUE
- Où est la pire lâcheté ? Paraître lâche vis-à-vis des autres et assurer la paix ? Ou être lâche vis-à-vis de soi-même et provoquer la guerre ?
DEMOKOS
- La lâcheté est de ne pas préférer toute mort à la mort pour son pays
HECUBE
- J'attendais la poésie à ce tournant. Elle n'en manque pas une.
ANDROMAQUE
- On meurt toujours pour son pays ! Quand on a vécu en lui digne, actif, sage, c'est pour lui aussi qu'on meurt. Les tués ne sont pas tranquilles sous la terre, Priam. Ils ne se fondent pas en elle pour le repos et l'aménagement éternel. Ils ne deviennent pas sa glèbe, sa chair. Quand on retrouve dans le sol une ossature humaine, il y a toujours une épée près d'elle. C'est un os de la terre, un os stérile. C'est un guerrier.
HECUBE
- Ou alors que les vieillards soient les seuls guerriers. Tout un pays est le pays de la jeunesse        . Il meurt quand la jeunesse meurt.
DEMOKOS
- Vous nous ennuyez avec votre jeunesse. Elle sera vieillesse dans trente ans.

Merci par avance pour vos réponses.

17

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Le texte de Giraudoux relève plutôt de la persuasion.
Les arguments jouent sur les sentiments plus que sur la raison.
Le lexique est moralisateur et affectif...

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Merci pour votre réponse. Je me retrouve maintenant avec quatre textes ayant pour point commun la persuasion, je ne sais pas ce que je vais pouvoir trouver comme différences parmi ces texte.
La question étant : Quels moyens emploient les auteurs du corpus pour critiquer la guerre ?, je pensais qu'il était évident de jouer sur convaincre et persuader mais maintenant je ne sais plus trop comment aborder cette question de corpus. Auriez vous des pistes à me donner ?
Merci pour votre attention.

19

Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, acte I, scène 6

Ces textes ne sont pas exclusivement persuasifs, ils utilisent dans une part variable des arguments de conviction.
Par ailleurs, tu peux les distribuer selon leur genre : discours, essai, récit...
Ils répondent aussi soit à un projet d'argumentation directe, soit indirecte...